Premières années et début de carrière

William Andrew Cecil (W.A.C.) Bennett naît sur une ferme à Hastings, au Nouveau-Brunswick, le 6 septembre 1900. Il est l’un des cinq enfants d’une famille pauvre. Ses parents se nomment Andrew Havelock et Emma Bennett. Surnommé « Cece » par ses amis, il abandonne l’école avant la neuvième année, mais prend plus tard des cours par correspondance.

À 17 ans, W. A. C. Bennett s’enrôle dans l’Aviation royale canadienne, mais la Première Guerre mondiale prend fin avant qu’il ne soit appelé au combat. En 1919, il suit son père, un ancien combattant, jusqu’en Alberta, où ils se joignent au mouvement du retour à la terre dans le district de la rivière de la Paix. W. A. C. Bennett, toutefois, ne trouve pas son compte dans l’agriculture et décroche plutôt un emploi dans une quincaillerie à Edmonton. Il enseigne également l’anglais aux immigrants chinois le dimanche et s’implique dans le groupe jeunesse de sa communauté. C’est d’ailleurs dans ce groupe qu’il rencontre Annie Elizabeth May Richards, qu’il épouse en 1927.

En 1930, alors que la crise financière bat son plein, W. A. C. Bennett, sa femme et leurs deux enfants déménagent en Colombie-Britannique, d’abord à Victoria, puis à Kelowna. En 1932, leur troisième enfant, Bill Bennett, naît.

À 29 ans, W. A. C. Bennett achète à Kelowna une quincaillerie qui devient rapidement prospère. Entrepreneur né, il établit une chaîne de cinq quincailleries. Bien qu’il soit un teetotaliste toute sa vie (une personne qui ne boit pas d’alcool), il devient l’un des partenaires de ce que l’on appelle aujourd’hui les vignobles Calona, dans la vallée de l’Okanagan. Il s’agit d’un des plus anciens vignerons encore en exploitation dans la province.

Politique provinciale

Si le sujet l’intéresse depuis sa jeunesse au Nouveau-Brunswick, W. A. C. Bennett fait plutôt son entrée en politique en Colombie-Britannique. Il est élu comme membre conservateur à l’Assemblée pour Okanagan en 1941. Après deux essais ratés pour se hisser à la tête des conservateurs, il change d’allégeance et se fait élire en 1951 comme candidat indépendant pour Victoria.

W. A. C. Bennett se joint au Crédit social et remporte un siège aux élections provinciales de juin 1952. Il est subséquemment nommé chef du parti. Les créditistes — un mouvement depuis longtemps très puissant en Alberta, mais émergent en Colombie-Britannique — causent toute une surprise aux élections en remportant un gouvernement minoritaire. Le lieutenant-gouverneur demande à W. A. C. Bennett de constituer un gouvernement le 1er août 1952. Il devient, ce faisant, le 25e premier ministre de la province.

Premier ministre

W. A. C. Bennett est loin d’être un créditiste fondamentaliste. Il promeut au contraire des politiques financières conservatrices tout en développant de façon très dynamique les infrastructures de la province, notamment en matière d’énergie et de transport. Pendant deux décennies de prospérité économique, son administration supervise la construction et l’amélioration de nombreuses autoroutes, réalise des projets hydroélectriques majeurs sur la rivière de la rivière de la Paix et le fleuve Columbia, et prolonge vers le nord le réseau ferroviaire de la Pacific Great Eastern Railway (PGE), qui est encore en construction lorsqu’il prend le pouvoir. Le chemin de fer occupe une place importante dans son projet de développement du nord de la province : « Parmi tous les intérêts que j’ai dans la vie publique, il n’y a pas plus grand défi… Tout l’argent de cette province ne me satisfera jamais plus que de voir ce chemin de fer passer d’une blague à une entreprise financièrement prospère », déclare-t-il.

Tout en favorisant la libre entreprise, W. A. C. Bennett prend en charge la ligne de transbordeur Black Ball et fonde British Columbia Ferry Services en 1958. Son gouvernement exproprie également la plus grande entreprise hydroélectrique privée de la province pour créer BC Hydro en 1962. Il tente enfin de fonder une institution financière dans laquelle la province détiendrait 25 % des parts : la Banque de la Colombie-Britannique.

À partir de 1953, W. A. C. Bennett s’approprie le rôle de ministre des Finances. En appliquant une politique du « paiement comptant », qui permet de surveiller de près les dépenses du gouvernement et qui transfère les dettes aux agences gouvernementales comme la British Columbia Toll Highways and Bridges Authority, il parvient en 1959 à affirmer que sa province n’a plus de dettes.

Son administration limite le pouvoir des syndicats et freine les dépenses de la sécurité sociale, économise à la fonction publique et fait construire des établissements d’enseignement postsecondaires.

Relations entre la province et le fédéral

W. A. C. Bennett se dit fier d’être Canadien, mais entretient des conflits avec le gouvernement fédéral tout au long de son mandat. Il croise notamment le fer avec Ottawa à propos du Traité du fleuve Columbia, du partage fiscal et de la réforme constitutionnelle.

Cela étant dit, il soutient aussi la création d’un système d’assurance maladie national. « Les propositions du Canada pour une assurance médicale qui englobe les services médicaux, hospitaliers, dentaires et pharmaceutiques sont une partie majeure et intégrale du programme de sécurité sociale pour les résidents du Canada », affirme-t-il lors d’une conférence provinciale-fédérale en 1955.

Longévité politique

W. A. C. Bennett gagne un total de sept élections consécutives : 1952, 1953, 1956, 1960, 1963, 1966 et 1969. Il est actuellement le premier ministre ayant été au pouvoir le plus longtemps de l’histoire de la Colombie-Britannique. Ses partisans comme ses ennemis l’affublent du même surnom : « Wacky », signifiant « farfelu ». Comme le note le journaliste britanno-colombien Peter Murray, W. A. C. Bennett est peut-être farfelu, mais il est habile en politique et rusé comme un renard.

En août 1972, après 20 ans à la tête du gouvernement créditiste (et suivant une campagne électorale sans éclat par un W. A. C. Bennett étrangement désintéressé), les électeurs élisent les néo-démocrates menés par Dave Barrett. W. A. C. Bennett démissionne de ses fonctions à l’Assemblée et comme chef du Crédit social en 1973. C’est son fils Bill Bennett qui lui succède et qui devient à son tour premier ministre, en 1975.

Patrimoine

W. A. C. Bennett est nommé officier de l’Ordre du Canada en 1976. Il décède le 23 février 1979 à Kelowna et est enterré au Kelowna Memorial Park Cemetery. Sa tombe est ornée de l’épitaphe suivante : « Il a voué sa vie au peuple de la Colombie-Britannique. »

En 1998, Postes Canada crée un timbre en son honneur. La bibliothèque W. A. C. Bennett de l’Université Simon Fraser, à Burnaby, en Colombie-Britannique, porte également son nom, tout comme un barrage de 186 m à Hudson’s Hope.

En 2016, une exposition au W. A. C. Bennett Dam Visitor Centre reconnaît les effets néfastes que la plus grande installation hydroélectrique de la province a eue sur les communautés autochtones de la région.