Louis Joseph Robichaud, avocat, homme politique, premier ministre du Nouveau-Brunswick de 1960 à 1970 et sénateur (né le 21 octobre 1925 à Saint-Antoine, N.-B.; décédé le 6 janvier 2005 à Sainte-Anne-de-Kent, N.-B.). Il étudie à l'Université du Sacré-Coeur et à l'Université Laval, puis pratique le droit et est élu député du comté de Kent à l'Assemblée législative en 1952. Élu chef du Parti libéral du Nouveau-Brunswick en 1958, il le mène à la victoire contre Hugh J. Flemming, en 1960, sert comme procureur général de 1960 à 1965 et comme ministre de la Jeunesse en 1968. Premier Acadien élu premier ministre du Nouveau-Brunswick (1960), il implante de profondes réformes sociales contenues dans son programme « Chance égale », à tendance centralisatrice.

Son gouvernement libéral modernise les lois concernant les boissons alcooliques, abolit la taxe sur les primes d'hospitalisation, adopte la Loi sur les langues officielles du Nouveau-Brunswick, met sur pied l'Université de Moncton, accroît la présence des Acadiens au sein de l'administration et encourage le développement des industries minière et forestière. En 1970, les libéraux sont défaits par Richard Hatfield, et Robichaud démissionne comme chef du Parti et comme député en 1971 pour devenir président de la section canadienne de la Commission mixte internationale.

En 1973, il est nommé au Sénat, où il continue d'appuyer le bilinguisme et l'unité nationale. Il est nommé Compagnon de l'Ordre du Canada en 1971.