Guitare

Développement et caractéristiques de la guitare moderne

Guitare : Instrument à cordes pincées dont le manche est muni de frettes.

Au 16e siècle, la guitare à quatre cordes est un instrument populaire, en particulier en France et en Espagne. L'Espagne est aussi le pays d'origine de la vihuela la plus sophistiquée, un instrument similaire à la guitare mais plus large, avec cinq cordes. Au 17e siècle, la guitare à cinq cordes est bien établie. Il existe un large répertoire européen de cette période de musique populaire plutôt rudimentaire et de musique artistique raffinée.

La guitare moderne possède des frettes de métal et habituellement six cordes simples, sauf quelques exceptions telles que la guitare à 12 cordes (six cordes doubles accordées en octaves) et des instruments avec des cordes de basse ajoutées, c'est-à-dire généralement sept, huit ou dix cordes. Les cordes de la guitare classique sont faites de nylon (au lieu des boyaux utilisés auparavant). Celles de la guitare de folklore et de la guitare acoustique sont généralement en acier.

La guitare électrique, inventée au début du 20e siècle, est soit une guitare acoustique avec un microphone ajouté, soit une guitare à caisse pleine (sans caisse de résonance). Dans le premier cas, c'est le son acoustique naturel qui est amplifié. Dans le cas de la guitare à caisse pleine, le son est produit entièrement électroniquement. La popularité grandissante de la musique du monde entraîne le développement de guitares classiques amplifiées, instruments principaux de la musique espagnole et sud-américaine. Aujourd'hui, beaucoup de guitaristes classiques utilisent une forme quelconque d'amplification quand ils jouent avec des ensembles mixtes ou avec des orchestres.

Histoire de la guitare au Canada

Les premières guitares arrivent au Canada au milieu du 17e siècle, apportées par des immigrants européens. Dans History of Music in Canada, Kallman cite une lettre du 4 octobre 1658 (tirée des Lettres de la Révérende Mère Marie de l'Incarnation, Tournai 1876), dans laquelle on raconte comment on a endormi des Iroquois au son de la guitare, permettant ainsi à un groupe de Français d'échapper à une mort certaine. L'officier Jacques Bizard, nommé en 1678 seigneur de l'île près de Montréal qui portera son nom, possédait une guitare ou luth, tandis que le principal homme d'affaires de la Nouvelle-France au XVIIe siècle, Charles Aubert de La Chesnaye, gardait une guitare dans son cabinet de travail. (La Vie musicale, p. 328, 352). En 1992, des archéologues ont trouvé, à la Petite Ferme du Séminaire de Québec, située sur la côte de Beaupré à l'Est de Québec, un fragment de chevillier de guitare en os gravé d'une jolie muse jouant de la vièle-à-bras. Ce fragment, dont le style a permis de le dater entre 1690 et 1720, était tombé entre les interstices du plancher de la chapelle incendié en 1769. (La Vie musicale, p. 400-401).

En 1752, John Smith de Halifax, annonce la vente de guitares. Frédéric Glackemeyer est professeur et réparateur de guitare à Québec ainsi qu'à Montréal. Le chef de musique Jouve joue et enseigne la guitare française pendant la même période. Dès 1790, les cours de guitare font partie des cours offerts aux jeunes filles du couvent des Ursulines à Québec.

Montréal est le centre de la musique pour guitare au Canada jusqu'au milieu du 19e siècle. Des musiciens tels que Jean Brauneis I, Signor Jean Muscarelli, Mme Goni et Mme Stennett offrent des cours et jouent de cet instrument en concert. Des réclames de Mead & Co annoncent qu'on peut acheter des guitares françaises, espagnoles et italiennes en ville. L'instrument est beaucoup utilisé pour accompagner la voix et est très influencé par les principales tendances de la mode musicale européenne.

Un des cercles les plus actifs de guitare vers la fin du 19e siècle se trouve à Victoria (C.-B.). La plupart des activités gravitent autour de l'ensemble choral Germania Singverein, formé en 1861. Abraham Hoffman et Charles Hegele forment un duo de guitares qui joue de la musique populaire transcrite ou composée par C.G. St. Clair et E. Pique. Dans les années 1890, la guitare, le banjo et la mandoline sont populaires à Victoria et dans la plupart des autres villes canadiennes. Des cours sont offerts dans la majorité des grandes villes ainsi que dans de nombreux établissements d'enseignement pour jeunes filles, en particulier en Ontario et au Québec. Des publicités et des catalogues de compagnies américaines de commande par correspondance permettent aux habitants de l'est du Canada de commander des partitions et des guitares directement aux États-Unis où l'on produit massivement des instruments abordables.

On parle peu de la guitare après la Première Guerre mondiale, jusqu' à son regain de popularité après 1945, regain qui, dans le monde entier, mène sa domination actuelle dans les domaines de la musique populaire et de la musique folklorique.

Fabricants de guitare au Canada

Parmi les luthiers canadiens de guitares acoustiques (sèches), on compte Richard Berg, Geza Burkhardt, Sergei de Jong, Michael Dunn, Frank Gay, Louis Gosselin, Oscar Graf, George Gray, Chris Griffiths, Neil Herbert, Gordon Judd, Jean-Claude Larrivée, Grit Laskin, Charles-Lévis Laterreur, Bill and Jack Lewis, Patt Lister, Linda Manzer, Fritz Muller, Kolya Panhuysen, Daryl Perry, Mikhail Robert, Edward Rusnac, Daniel Stickel, René Wilhelmy, Daryl Williams et David Wren. Le plus important manufacturier canadien est Guitabec, autrefois Norman Guitars Inc. (maison fondée en 1972 à La Patrie, Québec, par Normand Boucher). Sa production annuelle atteint 6000 instruments en 1972. Également à La Patrie, Unisonic Inc. fabrique le modèle Kamouraska. La manufacture Larrivée, à Vancouver, produit des guitares à la chaîne et des guitares électriques, acoustiques et classiques personnalisées. Chris Griffiths reçoit un prix de distinction Manning en 2003 pour son système innovateur de fabrication de caisse de guitare.

Guitare classique au Canada

Guitaristes classiques de 1948 à 1970

En 1948, le Torontois Norman Chapman est l'un des premiers Canadiens à donner un concert solo de guitare classique. Celle-ci parvient à s'imposer comme instrument de concert valable au cours des années 1950 et, dès la fin de cette décennie, Stephen Fentok instaure un programme d'études de la guitare classique au McGill Cons. (Université McGill) ainsi qu'à l'École Vincent-d'Indy. Eli Kassner est le pionnier de la guitare à Toronto et, en 1951, il introduit cet instrument au programme du Conservatoire royal de musique. Entre 1950 et 1970, la plupart des grandes universités canadiennes et des conservatoires de musique emboîtent le pas.

Outre Kassner, qui est bien connu pour avoir formé un bon nombre des meilleurs guitaristes de concert canadien, les principaux professeurs de guitare de cette période sont John Perone à Toronto, Antonin Bartos et Carol van Feggelen à Montréal et Robert Christopher Jordan à Vancouver. À cette époque, les guitaristes canadiens sont encouragés par les cours de perfectionnement de Julian Bream (Festival de Stratford), d'Alirio Diaz et d'Oscar Ghiglia (Centre d'arts de Banff). Le Centre d'arts d'Orford offre aussi des classes de maître avec Pierre Augé, le duo Ako Ito et Henri Dorigny et Alexandre Lagoya.

Guitaristes classiques de 1970 à 1989

Dans les années 1970, le nombre des guitaristes augmente. C'est à ce moment que débute l'exceptionnelle carrière de Liona Boyd. Mentionnons, au nombre des autres interprètes et professeurs renommés de cette période, Stephen Boswell, Philip Candelaria, Bartholemew Crago, Paul-André Gagnon, Lynne Gangbar, Paul Gerrits, Lynne Harting-Ware, Davis Joachim, Norbert Kraft (premier prix du Concours national de la SRC en 1979 et premier prix du Concours international de guitare Andrés Segovia à Mallorque, en Espagne en 1985), Michael Laucke, Robert Lemieux, Peter McCutcheon, Martin et Marie Prével, Douglas Reach, Alan Rinehart, Ray Sealey, Michael Strutt (prix du Concours international de guitare de 1976 à Alicante, en Espagne), Alan Torok, le Wilson-McAllister Guitar Duo et Jean Vallières.

Guitaristes classiques après 1990

Après les années 1980, une nouvelle génération de guitaristes élargit la gamme des possibilités de la guitare au Canada et à l'étranger. Parmi eux figurent Michael Bracken, Aaron Brock, Philip Candelaria (prix du Concours international Bartoli en France), Danielle Cumming, Rachel Gauk, John Goulart (prix du Concours de la Guitar Foundation of America en 1992), Jeffrey McFadden (médaillé d'argent du Concours de la Guitar Foundation of America en 1992), Harold Micay, Gordon O'Brian (premier prix de la John Williams International Competition en Australie), Sylvie Proulx et Patrick Roux (premier prix du Concours national de guitare du Canada en 1989).

En s'installant à l'étranger, bon nombre de guitaristes canadiens enrichissent la musique pour guitare dans le monde entier par leurs prestations et leur enseignement : Daniel Bolshoy est à l'Indiana University School of Music et Rémi Boucher (gagnant de beaucoup de concours internationaux de haut calibre, dont le Concours Andrés Segovia en Espagne et les Concours Mauro Guiliani et Fernando Sor en Italie) vit en Autriche. Vincea McClelland est à Paris et elle est consultante honoraire des Guitar Societies de Shanghai et de Beijing. Dale Kavanagh est au Musikhochschule à Detmold, en Allemagne.

La communauté canadienne de guitaristes continue de grandir grâce aux artistes immigrants, parmi lesquels on compte l'américain Alexander Dunn, qui s'installe à Victoria, et l'interprète acclamé internationalement Alvaro Pierri (médaillé d'or du Concours international de guitare de Paris), qui s'installe à Montréal. Écossais de naissance, l'interprète et éditeur/monteur de musique de beaucoup d'éditions de musique ancienne Simon Wynberg s'installe à Toronto.

Autres experts de guitare

Carol van Feggelin, qui enseigne aussi au Conservatoire royal de musique et ensuite à l'Université Dalhousie, amasse l'une des plus grandes collections de guitares de l'Amérique du Nord. Abel Nagytothy-Toth, de Montréal, est reconnu comme étant une autorité en matière de documentation et de musique sur l'instrument et il a une vaste bibliothèque qui contient beaucoup d'anciennes éditions musicales.

Compositions

Presque tous les importants compositeurs canadiens écrivent pour la guitare, dont John Armstrong, Edward Arteaga, Milton Barnes, Robert Bauer, Walter Buczynski, Stephen Chatman, Robert Daigneault, Omar Daniel, Samuel Dolin, Robert Feuerstein, Alain Gagnon, Claude Gagnon, Steven Gellman, Gary Hayes, Jacques Hétu, Douglas Jamieson, Otto Joaquim, Denis Lorrain, Bruce Mather, François Morel, R. Murray Schafer, John Oliver, Harry Somers, Alan Torok et John Weinzweig. Parmi les nombreuses œuvres qui attirent l'attention internationale, on retrouve Le Cri de Merlin (Schafer), Suite (Hétu) et Contrasts (Weinzweig).

Sociétés de guitaristes

Des sociétés vouées à la guitare sont établies à Calgary, à Edmonton, à Halifax, à Hamilton, à Kingston, à Lethbridge, à London, à Ottawa, à Sault Sainte Marie, à Thunder Bay, à Toronto, à Vancouver, à Victoria et à Winnipeg. Certaines n'existent plus aujourd'hui. Les sociétés les plus actives sont celles de Calgary, d'Ottawa et particulièrement la Guitar Society of Toronto, qui parraine une série d'importants festivals internationaux de guitare (1975, 1978, 1981, 1984 et 1987). En 1986, un concours à l'échelon national est lancé, le premier ayant lieu à Toronto. Par la suite, il est tenu à Ottawa (1989) et à Calgary (1992).

Jazz

Sauf de rares exceptions, le guitariste de jazz utilise un instrument électrique et joue dans un groupe un rôle de soutien et de soliste très proche de celui du pianiste. Parmi les meilleurs guitaristes de jazz au Canada, citons Ernie Blunt, Oliver Gannon, Ray Norris, Ron Samworth et Felix Smalley (Vancouver); Bob Cairns (Edmonton), Gordie Brandt (Saskatoon); Greg Lowe et Larry Roy (Winnipeg), Lenny Breau (Winnipeg-Toronto); Georgie Arthur, Ed Bickert, Art DeVilliers, Kenny Gill, Sonny Greenwich, Peter Leitch, Lorne Lofsky, Hank Monis, Roy Patterson, Rob Piltch, Red Schwager et Stan Wilson (Toronto); Roddy Ellias (Ottawa); Donald Meunier (Hull et Montréal); Greenwich, Leitch, Mike Gauthier, Ben Johnson, Gilbert « Buck » Lacombe, Sylvain Provost, Tony Romandini, Eric Saint-Laurent, Nelson Symonds et Bill White (Montréal); et Jamie Colpits (Moncton, N.-B.).

Les Canadiens Arnold « Red » McGarvey et Danny Perri font carrière aux États-Unis. Le premier travaille brièvement avec Red Norvo dans les années 1930 et le dernier avec Jack Hylton et pendant plusieurs années en tant qu'accompagnateur de Perry Como. Le guitariste belge René Thomas vit de 1958 à 1963 à Montréal et l'influent musicien de blues Lonnie Johnson de 1965 à 1970 à Toronto. Parmi les autres guitaristes américains actifs, nommons Michael Muñoz à Toronto et Eugene Chadbourne à Calgary au début des années 1970 et Stan Samole à Toronto depuis 1984.

En fusion, comme on appelle la combinaison d'éléments de jazz et de rock, les guitaristes bien en vue sont Piltch, Michel Cusson (UZEB), Joey Goldstein, Harris Van Berkel (Skywalk), Tony Zorzi et Geoff Young, alors que Tim Brady, Lloyd Garber et René Lussier explorent l'improvisation libre et de nouvelles techniques de jeu.

Les orchestres de studio emploient habituellement des guitaristes formés au jazz, tels Gannon à Vancouver, Bickert, Bobby Edwards, Bob Mann et Jim Pirie à Toronto, Lacombe, Romandini et Richard Ring à Montréal. Les guitaristes rock sont aussi amenés à travailler en studio pour des refrains publicitaires et des films. Tony Bradan est un important professeur de jazz aussi bien que de rock; Bickert et Symonds influencent chacun fortement d'autres guitaristes dans leur ville.

Voir aussi Jazz.

Rock et folk

La plupart des guitaristes au Canada jouent dans ces styles et sont souvent des musiciens autodidactes. Le talent requis pour jouer de la musique folk ou rock ou celle des chansonniers est fondamentalement limité à la connaissance d'un petit nombre d'accords. Néanmoins, de nombreux instrumentistes très habiles passent d'un style à l'autre et sont adulés comme des instrumentistes vedettes.

Parmi les guitaristes folk figurent Amos Garrett, David Rea et Laurice Milton « Red » Shea qui, dans les années 1960, sont les accompagnateurs de Gordon Lightfoot, Ian et Sylvia et d'autres. Shea (née Laurice Pouliot, Prince Albert, Sask 1938? - Aurora, Ont 10 juin 2008) travaille plus tard avec les Good Brothers et Tommy Hunter.

Les auteurs-compositeurs-interprètes folks s'accompagnent pour la plupart eux-mêmes à la guitare, et Bruce Cockburn, Stephen Fearing, Sue Foley, Ken Hamm et Don Ross, en particulier, sont bien connus pour leur technique instrumentale. Joni Mitchell, Sarah McLachlan et la chanteuse country Terri Clark sont d'autres exemples de chanteurs à succès qui s'accompagnent à la guitare. Shirley Eikhard compose pour la guitare; sa chanson « Pickin' My Way » est enregistrée par Chet Atkins.

Au nombre des guitaristes rock qui utilisent presque exclusivement des instruments électriques, citons « Red Armstrong », David Bendeth, Terry Bush, Randy Bachman (BTO), Marvin Birt (Haywire), Rik Emmett (Triumph), Derry Grehan (Honeymoon Suite ), Bill Hill (J.B. and the Playboys), Fred Keeler, Roger Law (Mother Tucker's Yellow Duck), Alex Lifeson (Rush), Frank Marino, Moe Marshall (Jury), Danny McBride, Kim Mitchell, Alanis Morissette, Ed Patterson, Walter Rossi et David Wilcox. Stacey Heydon, Robbie Robertson, Pat Travers, Dom Troianoet Zal Yanovsky mènent des carrières fructueuses de musiciens rock à l'extérieur du Canada. (Voir aussi Rock.) D'autres, dont Jean-Marie Benoit, Gaye Delorme, Kat (Kathleen)Dyson, Terry Frewer, Rick Haworth, Danny McBride et Robert Stanley font carrière dans une très grande mesure comme accompagnateurs en studio et en concert pour des artistes pop ou rock. Au nombre des guitaristes de blues et de blues-rock canadiens éminents figurent Jeff Healey, Colin James, Jimmy James, Paul James, Colin Linden, Ellen McIlwaine, Mike McKenna, Jack Semple, Margaret Stowe, et John Tilden.

Parmi les partisans de la guitare basse, on retrouve Melissa Auf der Maur (anciennement des Smashing Pumpkins et récemment à la tête de son propre groupe), Alain Caron (UZEB), Sylvain Gagnon, Denny Gerrard, David Piltch et Rene Worst (Skywalk).

Guitare hawaïenne, guitare électrique à pédale

Parmi les variantes de la guitare, la guitare dite hawaïenne est populaire en Amérique du Nord dans les années 1920 et 1930 alors que le chanteur et guitariste Ben Hokea vit tantôt à Toronto tantôt à Montréal, et enregistre chez Compo et HMV. La guitare à cordes d'acier, prédominante en musique country, compte au nombre de ses principaux interprètes canadiens Al Briscoe, Ron Dann, Mike « Pepe » Francis, Ken Greer, Ernie Hagar, Bob Lucier, Steve Smith et Art Williams.

Musique du monde

Après 1990, on observe une explosion dans le domaine de la musique du monde. Il s'agit d'un domaine interdisciplinaire, avec des musiciens ayant souvent de l'expérience dans les styles et les techniques classiques, jazz et folk. Parmi les musiciens et les artistes de studio d'enregistrement, on compte Jesse Cook, John Gilliat et Celso Machado.