Lucille Dumont, OC, OOQ, chanteuse, professeure (née le 20 janvier 1919 à Montréal, Québec; décédée le 29 juillet 2016 à Montréal). Elle reçut d'abord les conseils de Léo Le Sieur qui la fit débuter à la radio de CKAC avec l'orchestre Sweet Caporal en 1935. La même année, elle eut sa propre série « Linger A While », à la station CFCF. Puisant alors largement dans le répertoire de la chanteuse française Lucienne Boyer, elle interprétait entre autres « Parlez-moi d'amour », « Si petite » et « Prenez mes roses ». De 1935 à 1949, elle participa à de nombreuses séries d'émissions telles que « Rêverie », « Variétés françaises » et « Refrains d'hier et d'aujourd'hui ». Lors d'une émission visant à promouvoir l'Emprunt de la Victoire en avril 1945, elle créa la chanson « Insensiblement », qui allait devenir un succès mondial dans la version de Jean Sablon et de quelques autres. L'auteur de la chanson, le compositeur et chef d'orchestre français Ray Ventura, était au pupitre à cette occasion. À la radio de la SRC (1949-52), elle se fit entendre dans d'autres séries comme « Tambour battant », « Le Petit bal des copains », « Les Chansons d'hier » et « Aux rythmes de Paris ». Première chanteuse à être élue Miss Radio par les lecteurs de l'hebdomadaire montréalais Radiomonde (1947), elle se vit, à l'occasion du 15e anniversaire de sa carrière de chanteuse, surnommer « Grande dame de la chanson » par l'animateur Jean Baulu sur les ondes de CKVL en 1950. Ce titre est toujours resté associé au nom de Lucille Dumont. Elle connut un succès aussi lors des débuts de la télévision dans « Café des artistes » et « Feux de joie » ainsi qu'« À la romance », émission dont elle était l'animatrice (1956-60). Lucille Dumont est considérée comme la meilleure interprète de Jacques Blanchet : elle remporta le premier prix au « Concours de la chanson canadienne » de la SRC en 1957, avec « Le Ciel se marie avec la mer », et le deuxième prix au concours belge Chansons sur mesure en 1962, avec « Tête heureuse ». Elle fut l'animatrice de plusieurs émissions, parmi lesquelles « Entre vous et moi » (1961-62), « Histoire d'une étoile » (1967-69) et « Le Temps d'aimer » (1972-73) à CFTM-TV, et « Lucille Dumont » (1965) à la SRC. Claude Gingras écrivit à la suite d'un récital à la Comédie-Canadienne : « C'est toujours la même voix chaude, caressante, pénétrante, immédiatement reconnaissable... Et ce que Lucille Dumont chante encore mieux, ce sont ces chansons tendres, sentimentales, ce répertoire que l'on appelle parfois dédaigneusement mais à tort, <les chansons d'amour> » (La Presse, Montréal, 22 octobre 1968). Parmi ses principaux enregistrements, citons Mes premières chansons (RCA Victor Gala CGP-243) et Lucille Dumont pour toi (Harmonie HFS-9055), ainsi qu'un micr. composé de chansons populaires canadiennes-françaises (RCI 169) paru en 1960. En 1968, elle a ouvert à Montréal une école de chant et d'interprétation, L'Atelier de la chanson, où elle a compté Marie-Denise Pelletier parmi ses élèves..