Stan Douglas, artiste vidéo et en installation, photographe (né le 11 octobre 1960 à Vancouver, en Colombie-Britannique). Associé à l’École de Vancouver, il est un artiste conceptuel qui travaille primordialement en photographie et en vidéo. Son travail se confronte aux rêves utopiques échoués de l’esthétique moderniste et explore la réalité sociale contemporaine ainsi que les techniques des médias de masse. Ce faisant, il implique l’histoire de la littérature, du cinéma et de la musique. Il est l’un des artistes contemporains canadiens les plus largement célébrés et les plus renommés à l’échelle internationale.

Formation et début de carrière

Stan Douglas obtient son diplôme de l’Emily Carr College of Art and Design (aujourd’hui, l’Emily Carr University of Art and Design) en 1982. L’année suivante, il est inclus dans l’enquête Vancouver: Art and Artists 1931-1983 de la Vancouver Art Gallery. L’installation Deux Devises de 1982-1983 dans laquelle il utilise des diapositives et des bandes sonores offre une vue précoce des soucis de l’artiste, juxtaposant une chanson d’amour du 19e siècle du compositeur français Charles Gounod avec des diapositives en dissolution aux paroles sous forme d’une traduction vers l’anglais dans les sous-titres sur un écran vide. Le deuxième segment montre la bouche de l’artiste lui-même qui forme les mots de la chanson de 1936 « Preachin’ Blues », de la légende du blues du delta du Mississippi, Robert Johnson. Ce contraste entre la sensibilité de salon et la lamentation du blues est détonnant et pénétrant, et défie à la fois l’identité et les normes et préjugés culturels. En tant que personne noire qui grandit dans une culture fondamentalement blanche, Stan Douglas remarque son impression d’aliénation subjective, d’un soi rarement reflété dans les images populaires autour de lui. Il souligne également le degré auquel une légère chanson du centre de la civilisation européenne du 19e siècle est rendue prioritaire par rapport à la lamentation tourmentée d’un Afro-Américain dans ce qui était alors le régime Jim Crow arriéré et misérable du Sud.

Technologies caractéristiques

Les recherches effectuées par Stan Douglas et son utilisation de films, de photographies et de musique historiques comme technologies et thèmes caractéristiques demeurent constantes tout au long de sa carrière. L’installation Onomatopoeia, incluse dans l’exposition centenaire Songs of Experience (1986) du Musée des beaux‑arts du Canada, renouvelle l’attention accordée à l’artiste. Cette œuvre combine un vieux piano mécanique à des images projetées de machines à tisser, de cartes à perforer (qui ressemblent beaucoup aux rouleaux du piano mécanique) et d’outils désuets. La sonate de Beethoven (jouée par le piano) qui accompagne l’œuvre rappelle le ragtime de l’Américain Scott Joplin. Une fois encore, Stan Doublas évoque le passé et une méditation sur l’histoire et la société, sur le plaisir et le travail, la culture élitiste et la culture populaire.

D’ailleurs, Overture (1986) consiste en des séquences de 16 mm en noir et blanc trouvées en archives, décousues et nerveuses, prises entre 1899 et 1901 d’un voyage en train à travers les passes et tunnels escarpés des Rocheuses. Le métrage est accompagné d’une voix hors champ lisant des passages du début du premier volume d’À la recherche du temps perdu de Marcel Proust, parlant de la désorientation ressentie lorsque l’on se réveille dans le noir au milieu de la nuit et que l’on essaye de se rappeler à cet instant qui et où l’on est. Bien que le titre de l’œuvre fasse allusion aux méditations sur la mémoire au début du chef-d’œuvre de Proust, qui est en soi fort probablement modelé sur les fameuses ouvertures des opéras du compositeur allemand Richard Wagner, l’œuvre semble au moins en partie suggérer la façon dont la technologie perturbe notre expérience à la fois de l’espace et du passé.

Avec Television Spots (1987–88) et Monodramas (1991), Stan Douglas intervient dans le contexte télévisé; ces œuvres vidéo sont aussi brèves que les annonces publicitaires, chacune durant moins d’une minute, mais comportent un ton singulièrement « non commercial ».

La projection vidéo double face Hors-champs (1992), réalisé avec le Musée national d’art moderne à Paris, offre un commentaire plus poussé sur les styles télévisés, dans ce cas, à la manière classique de Jean-Christophe Averty de la France des années 1960. En même temps, Hors-champs célèbre le « free jazz » joué pendant ces années par les Noirs-Américains déplacés, tout en remarquant leur quasi-exil en Europe à l’époque. L’artiste continue à attirer le soutien des musées à travers le monde : l’installation vidéo à trois canaux Evening (1994) est commandée par The Renaissance Society à l’Université de Chicago; l’installation cinématographique Der Sandmann (1995) est produite à Berlin.

Photographie

Lauréat du Prix de photographie Scotiabank en 2013 et du prestigieux Prix de la Fondation Hasselblad en 2016, plus récemment, Stan Douglas est reconnu comme photographe important à part entière, au même titre que Jeff Wall. Abbott & Cordova, 7 August 1971 est une représentation en contre-jour minutieusement mise en scène de l’émeute de Gastown qui implique les hippies occupant un coin du Vancouver-Est qui est traditionnellement un quartier ouvrier. À l’avant-plan de la scène peu éclairée, mais intense, des policiers bousculent des personnes dans l’arrière d’un fourgon; un policier monté est situé à droite; un jeune homme se précipite de l’autre côté de la rue alors qu’un autre officier brandit une matraque et l’observe. Imprimé en plusieurs couches sur un immense panneau de verre, l’œuvre est installée comme partie de l’édifice Woodward dans le Vancouver-Est. Bon nombre des photographies de l’artiste impliquent la recréation d’événements historiques. Dans Powell Street Grounds, January 1912 (2008), une foule d’hommes se tient proche les uns des autres et une femme presse deux petites filles de s’avancer sur le trottoir pendant que la police brutalise deux manifestants. Dans Two Friends, 1975 (2010), un homme vêtu d’une combinaison de loisirs verte est assis dans un bar avec une femme portant une robe de cocktail rouge. Les deux ont les yeux dans le vague et semblent ennuyés et distraits.

Travail de conservation

En 1988, Stan Douglas organise l’exposition autorisée Samuel Beckett: Teleplays pour la Vancouver Art Gallery; cette exposition fait ensuite le tour du Canada, des États-Unis, de l’Australie, de la France et de l’Italie. Stan Douglas organise aussi une série de conférences sur l’art contemporain à Vancouver, qu’il édite pour la faire paraître sous la forme d’un livre intitulé Vancouver Anthology: The Institutional Politics of Art.

Stan Douglas obtient des réactions positives envers son travail depuis la fin des années 1980. Ses œuvres sont présentées au Documenta IX (Kassel, 1992), à la Biennale de Sydney (1990, 1996), à l’exposition itinérante Passages de l’Image (1990) du Centre Pompidou et à la Biennale de Lyon (1995, 1997), ainsi que dans de grandes expositions solos dans des musées en France, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Suisse, aux États-Unis et au Canada. Ses recherches et les soins apportés à la fois à la production et à la présentation sont exhaustifs, ce qui fait de l’engagement et du défi intellectuel un plaisir.

Honneurs

Prix de la Fondation Hnatyshyn pour les arts visuels (2007)

Prix Bell d'art vidéographique (2008)

Prix Infinity pour l’Art, Centre international de photographie (2012)

Prix de Photographie Scotiabank (2013)

Prix de la Fondation Hasselblad (2016)