Youville, Marie-Marguerite d'

  Marie-Marguerite d'Youville, née Dufrost de La Jemmerais, fondatrice des Soeurs de la Charité de l'Hôpital général de Montréal (Varennes, Qc, 15 oct. 1701 -- Montréal, 23 déc. 1771). Marie-Marguerite étudie chez les ursulines de Québec puis, en 1722, elle marie François d'Youville, de Montréal, qui meurt en 1730. Elle élève ses deux enfants et continue de s'occuper de l'entreprise familiale, malgré sa « conversion » religieuse qui l'amène à se retirer de la société en 1727. Dix ans plus tard, en compagnie de quatre autres femmes, elle forme un groupe laïc voué aux oeuvres de charité et prononce des voeux simples.

Les soeurs sont appelées « grises » (au sens d'« éméchées ») parce que les d'Youville ont la réputation de profiter du commerce de l'eau-de-vie. En 1747, on leur confie la direction de l'Hôpital général de Montréal, fondé en 1692 par François Charon de La Barre mais alors en faillite. Elles le convertissent en hospice pour les personnes âgées, les enfants trouvés, les orphelins et les femmes « déchues ». En 1750, les autorités civiles et religieuses décident de le fusionner avec l'Hôpital général de Québec, mais les sulpiciens intercèdent à Paris, et Louis XV confère le 3 juin 1753 à la communauté un statut juridique et un nom à l'hôpital.

En 1755, les religieuses entreprennent enfin leur carrière de Soeurs de la Charité de l'Hôpital général de Montréal, ou SOEURS GRISES. Pour financer leur oeuvre, elles mettent sur pied diverses entreprises : des fermes, un verger, une meunerie et une boulangerie. Pendant l'épidémie de variole de 1755 et la guerre de Sept Ans, leur établissement devient vraiment un hôpital. Mère d'Youville connaît toutefois des déceptions : sa famille retourne en France lors de la Conquête, et son hôpital brûle en 1765. Elle meurt en 1771 après plusieurs années de maladie.

Beaucoup de Montréalais témoignent de ses dons de prophétie et de ses pouvoirs de guérison miraculeuse. Sa vie spirituelle et son esprit de sacrifice sont officiellement reconnus par Rome : elle est la première personne née au Canada à être béatifiée, et elle est canonisée en 1990.