Les wampums sont des perles tubulaires mauves et blanches faites à partir de coquillages. Les wampums sont principalement utilisés par les Autochtones des forêts de l'Est à des fins ornementales, cérémonielles, diplomatiques et commerciales. L’importance que prennent les wampums pour les échanges après les premiers contacts avec les Européens leur confère rapidement le statut de monnaie. Les ceintures de wampums sont aussi utilisées pour symboliser l’entente entre deux peuples et sont particulièrement importantes dans le contexte des traités et des pactes entre les peuples autochtones et les puissances coloniales européennes.

Origine et fabrication

Les wampums — dont le nom dérive d’un mot Narragansett (de la famille des langues algonquiennes) signifiant « enfilade de coquillages blancs » — sont des perles tubulaires fabriquées à partir de coquillages provenant de la côte Atlantique. Différents coquillages peuvent être utilisés, mais les perles blanches proviennent la plupart du temps de coquilles de buccins et les perles mauves de coquilles de quahogs (un autre nom pour les myes, ou palourdes). Les peuples autochtones qui vivaient le long du littoral recueillaient les coquillages, produisaient les perles et les offraient par exemple aux Haudenosaunee en échange de fourrures, de maïs, de haricots ou de courges. Ces perles avaient une valeur considérable dans l’Est du Canada et dans les Maritimes où elles étaient prisées comme objets ornementaux ou cérémoniels ainsi que pour le commerce des fourrures et les échanges diplomatiques, en particulier aux XVIIe et XVIIIe siècles. Plus tard, les colons européens de la région se serviront des wampums comme d’une monnaie. Les wampums étaient enfilés sur des fils qui étaient ensuite tissés pour confectionner des bracelets, des colliers, des écharpes et, plus tard, des ceintures symbolisant les ententes politiques.

Ceintures wampum, traités et alliances

Les motifs représentés symbolisent des événements, des alliances ou des liens de parenté entre différentes personnes. Les wampums peuvent ainsi être utilisés pour confirmer des liens, demander quelqu’un en mariage, expier un meurtre ou verser une rançon pour libérer des prisonniers. Les perles et les ceintures étaient également utilisées pour valider les traités et comme support pour la tradition orale. Chez de nombreuses communautés, des gardiens du wampum étaient chargés de la protection des ceintures et de l’interprétation des histoires que ces objets relataient.

Avant la Confédération, certains groupes d’Autochtones, en particulier ceux des forêts de l’Est, indiquaient leur assentiment à certains traités en offrant une longue ceinture wampum aux représentants de la Couronne. La ceinture wampum à deux rangs (Kaswentha), des Haudenosaunee, symbolise encore aujourd’hui une entente de respect mutuel et de paix entre ce peuple et les Européens (au début, des Hollandais) nouvellement arrivés en Amérique du Nord. Les principes de l’entente étaient inscrits dans les motifs de la ceinture : deux rangs de perles wampum mauves sur un fond de perles blanches représentent un canoë et un navire européen. Les trajectoires parallèles représentent les règles qui gouvernent le comportement des Autochtones et celles qui régissent celui des Européens. Le Kaswentha stipule qu’aucun des deux groupes n’imposera ses lois, ses traditions, ses coutumes ou sa langue sur l’autre et que les deux groupes coexisteront pacifiquement en suivant leur propre voie.

Importance contemporaine

Le Kaswentha continue à représenter la chaîne d’alliance, la série d’ententes établies entre les Six Nations et leurs partenaires européens du XVIIe siècle aux temps modernes. Symbolisant un principe philosophique fondamental de respect et d’amitié, la ceinture peut être utilisée comme un vecteur d’amélioration des relations entre les peuples autochtones et divers niveaux de gouvernement.

De nombreux exemplaires de ceinture wampum et d’autres objets wampum à base de perles sont conservés dans des collections privées et dans les musées locaux, provinciaux ou nationaux au Canada et aux États-Unis. Les wampums conservés dans des collections publiques font l’objet de négociations entre les représentants de certaines communautés qui voudraient les rapatrier et les responsables de ces collections qui tiennent à respecter les droits d’accès de ces communautés à leurs artefacts culturels tout en leur permettant d’utiliser des techniques de préservation adéquate lors de l’éventuelle utilisation traditionnelle des objets en question.