Violet Louise Archer (née Balestreri), M.C., compositrice, enseignante, pianiste, organiste et percussionniste, est née le 24 avril 1913 à Montréal, au Québec, et est morte le 21 février 2000 à Ottawa, en Ontario. Compositrice de forte individualité, Violet Archer est largement reconnue pour son agilité à appliquer les techniques propres à la musique traditionnelle et à la musique contemporaine, et pour son œuvre considérable et diversifiée. Elle a composé plus de 330 pièces musicales, dont un grand nombre a été interprété dans plus de 30 pays. Sa pièce Piano Concerto (1956) est considérée comme l’un des plus beaux concertos canadiens. Figure de proue de la composition féminine, elle doit également sa renommée internationale à son dévouement à faire connaître la musique classique du XXe siècle aux jeunes. Membre de l’Ordre du Canada (M.C.), elle a reçu le Prix d’excellence de l’Alberta, le Prix du Compositeur de l’année du Conseil canadien de la musique, la médaille du 125e anniversaire de la Confédération du Canada et la Médaille du jubilé d’argent de la Reine.

Enfance et éducation

La mère de Violet Archer, Italienne de naissance, déménage en Italie avec sa fille, alors âgée de 14 mois, et y reste cinq ans, soit jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale. C’est en Italie que Violet Archer s’imprègne de la musique, mais c’est à son retour au Canada que sa passion se soulève, abreuvée de l’opéra chéri de ses parents et des visites à l’église presbytérienne. À l’âge de 10 ans, elle entreprend des leçons de piano. En 1930, elle termine ses études à la High School for Girls de Montréal.

À 17 ans, elle est accompagnatrice-pianiste, alors étudiante au Conservatoire de McGill (voir Départements de musique de l’Université McGill), où elle étudie le piano avec Dorothy Shearwood-Stubington et l’orgue avec John J. Weatherseed. Elle étudie aussi la composition, grâce à des bourses, avec Claude Champagne et Douglas Clarke. Elle obtient un certificat en pianoforte de l’Université McGill en 1934, un baccalauréat en musique en 1936 et un diplôme associé du Collège royal canadien des organistes en 1938.

Début de carrière

De 1940 à 1947, Violet Archer est percussionniste pour la Symphonie féminine de Montréal. Durant cette période, elle est aussi accompagnatrice, enseignante de piano et de la théorie musicale, et suppléante organiste pour diverses églises de Montréal. Elle fait ses débuts informellement à titre de compositrice orchestrale avec sa pièce Scherzo Sinfonico, jouée par le Montréal Orchestra sous la direction de Douglas Clarke en 1940. La même année, elle et sa famille adoptent le surnom Archer, qui est une traduction anglaise du nom « Balestreri ».

L’année suivante, sir Adrian Boult choisit sa composition Britannia — A Joyful Overture pour une diffusion à la BBC le 19 mars 1942. La pièce est par la suite enregistrée et diffusée par la BBC aux forces armées en Europe. En 1946, sa première composition est publiée, Three Scenes for Piano (Habitant Sketches).

Béla Bartók et Paul Hindemith

À l’été 1942, Violet Archer voyage à New York pour des leçons privées avec le compositeur hongrois Béla Bartók, qui l’initie aux airs folkloriques hongrois et à la technique de variation, et fait naître en elle un vif intérêt pour la musique folklorique. Il l’inspire aussi à explorer différents modes et rythmes. De 1944 à 1947, elle enseigne au Conservatoire de McGill, puis elle étudie la composition à l’Université de Yale de 1947 à 1949, grâce à une bourse commémorative Bradley‑Keeler (1947), à deux bourses du gouvernement du Québec (1948 et 1949) et à une bourse Charles Ditson (1948). Paul Hindemith, son professeur attitré, lui enseigne à jouer ses pièces avec les instruments concernés et à travailler avec les interprètes.

En 1948, Violet Archer décroche un baccalauréat en musique de l’Université Yale et une maîtrise en musique l’année suivante. Elle remporte le prix commémoratif Woods Chandler de Yale, en 1949, pour sa grande pièce chorale orchestrale The Bell, qui est interprétée pour la première fois en 1953 par la Chorale de Bach de Montréal. La première de sa composition Fanfare and Passacaglia est présentée à l’International Student Symposium of Music à Boston en 1949. Bon nombre d’années plus tard, en 1968, Violet Archer reçoit une mention pour service distingué en musique de l’Association des anciens diplômés de l’école de musique à Yale.

Violet Archer est percussionniste pour l’Orchestre symphonique de New Haven de 1947 à 1949, et elle enseigne à l’école d’été de l’Université de l’Alberta de 1948 à 1949. En 1949, elle remporte un prix du Ladies' Morning Musical Club de Montréal qui lui permet de passer quelque temps en Angleterre en 1950. Elle profite de son séjour en Europe pour jouer ses pièces au piano en Angleterre, en France, en Suisse et en Italie.

Carrière en enseignement

De 1950 à 1953, Violet Archer est compositrice en résidence au North Texas State College (maintenant connu sous le nom University of North Texas), où elle étudie aussi la musicologie avec Otto Kinkeldey. Elle enseigne ensuite, en 1952, à l’Université de Cornell. Puis, de 1953 à 1961, elle enseigne la composition à l’Université de l’Oklahoma tout en animant des émissions de radio et de télévision sur la musique du XXe siècle et en agissant comme juge d’État (de 1953 à 1961) et juge national (de 1959 à 1961) pour divers concours de jeunes compositeurs. À l’été 1956, elle reçoit une subvention pour composer à la MacDowell Colony (la plus vieille résidence de création aux États-Unis). De plus, elle reçoit une bourse de perfectionnement du Conseil des Arts du Canada qui lui permet de prendre une année sabbatique de l’Université de l’Oklahoma, de 1958 à 1959, pour achever quatre pièces, dont Apocalypse et Violin Concerto.

À son retour au Canada, elle entreprend des études doctorales à l’Université de Toronto en 1961, mais les abandonne pour prendre soin de sa mère malade. En 1962, elle entre à la faculté de musique de l’Université de l’Alberta, où elle est élue présidente du Département de composition et de théorie musicale. Elle demeure à l’Université de l’Alberta jusqu’à sa retraite en 1978, moment auquel elle est nommée professeure émérite. Elle poursuit tout de même l’enseignement à temps partiel.

Elle enseigne aussi à l’Université de la Saskatchewan en 1990 et à l’Université de l’Alaska en 1992, et est nommée professeure adjointe à l’Université Carleton. Parmi ses étudiants dignes de mention, on compte le compositeur Larry Austin et la violoncelliste Shauna Rolston.

Rôles administratifs

En plus de ses tâches académiques, Violet Archer organise la Semaine de la musique canadienne à Edmonton et fait partie du jury à divers concours de composition (p. ex., pour le Centre d’arts de Banff, pour la Canadian Broadcasting Corporation [CBC], pour la Fédération canadienne des associations de professeurs de musique, pour la Société de droits d’exécution du Canada et pour d’autres organisations aux États-Unis). Elle s’investit dans le Western Board of Music de 1965 à 1968 et cofonde l’Association des compositeurs de l’Alberta en 1977. Elle est élue au conseil de la Ligue canadienne des compositeurs en 1975, et siège au comité consultatif des célébrations des femmes sur la scène artistique à Edmonton en 1988.

Compositions

Compositrice méthodique, elle crée efficacement et aisément des pièces classiques qui s’insèrent dans la tradition occidentale tout en incorporant des séries de procédés modernes, ou des influences parallélistes et folkloriques dans ses compositions. Ses premières pièces musicales reflètent l’influence modale de certaines inspirations comme Douglas Clarke et Vaughan Williams. On remarque une tendance grandissante vers le chromatisme dans son œuvre, en plus d’une acceptation de l’éthique Gebrauchsmusik (musique écrite dans un but particulier). Elle enseigne le dodécaphonisme à ses étudiants, mais ne l’applique jamais dans ses pièces. De plus, elle n’utilise jamais le procédé de musique aléatoire (composer par hasard).

Violet Archer compose un grand nombre de mélodies principalement vocales et instrumentales, dont l’opéra-comique Sganarelle (1973) et une musique de film pour le documentaire Someone Cares (1976). La grande influence de Paul Hindemith se reflète dans ses compositions ultérieures à 1950, dont un nombre considérable représente des pièces au rôle formateur et pédagogique. Reconnaissant l’importance de former des musiciens et un public qui comprennent et apprécient l’harmonie, la mélodie et le rythme du XXe siècle, elle écrit plusieurs ouvrages qui s’adressent à des interprètes novices et intermédiaires, de niveaux primaire et secondaire. Elle encourage d’ailleurs d’autres compositeurs à écrire pour les enfants.

Durant ses années d’enseignement aux États-Unis, l’influence d’Arnold Schoenberg, l’inventeur du dodécaphonisme, se fait entendre dans ses techniques de variation. Sa composition Cantata Sacra (1966) témoigne d’une forte influence expressionniste. Son intérêt grandissant pour les sonorités dramatiques et suggestives plonge la compositrice dans l’expressionnisme avec sa pièce Prelude‑Incantation (1964). Les innovations n’effraient pas Violet Archer; en 1970, elle utilise des sons électroniques pour ses pièces Haiku et Episodes.

Parmi ses premières compositions, celles pour piano témoignent de la plus grande agilité, mais elle apprend rapidement à utiliser un orchestre, surtout après avoir appris à jouer de la clarinette, des percussions, des instruments à cordes et des cuivres, et sous l’aile de Paul Hindemith. Ses compétences croissantes sont bien exposées dans Piano Concerto (1956), tissé d’un sublime solo sur une toile orchestrale transparente et agilement parsemé de solos d’instruments à vent, une caractéristique signée Violet Archer. Ce concerto demande une grande virtuosité à la fois du soliste et de l’orchestre.

Contrepoints adroits et organisations formelles fortes sont des signatures des compositions de Violet Archer. L’intérêt de cette dernière pour la liberté rythmique de la musique folklorique grandit et transparaît dans ses sonates et sa pièce String Trio No. 2 (1961). Violet Archer décrit sa musique comme un portrait aux influences canadiennes. D’ailleurs, des influences folkloriques canadiennes se font entendre dans Evocations (1987), qui exploite les thèmes du peuple inuit et du peuple autochtone de la côte Ouest. Elle s’inspire souvent de la musique folklorique canadienne pour dénicher des idées mélodiques et rythmiques pour ses compositions pour enfants et pour étudiants en musique, de même que pour certaines pièces de concert, comme le trio de piano Ikpakhuaq. Fortement inspirée par la poésie, elle écrit plusieurs séries de chansons et des chansons individuelles utilisant une variété de poèmes, tels que ceux de Walt Whitman, de Vachel Lindsay et de Dorothy Livesay.

Bon nombre de compositions de Violet Archer sont enregistrées par des artistes comme Christina Petrowska Quilico et l’Orchestre de la CBC à Vancouver (le Concerto No. 1 pour piano et orchestre), et la pianiste Elaine Keillor et le clarinettiste James Campbell.

Dans la dernière décennie de sa vie, Violet Archer compose, enseigne et voyage pour présenter les premières de ses compositions. En 1993, à l’âge de 80 ans, elle est compositrice en résidence au Festival of the Sound à Parry Sound, en Ontario, et prend part au festival de l’Université de l’Alaska. En 1998, elle déménage d’Edmonton et s’installe à Ottawa pour se rapprocher de sa famille, et finalise sa dernière composition commandée, soit Concerto for Accordion and Orchestra, l’année qui précède sa mort.

Distinctions et héritage

Le professeur Fordyce Pier de l’Université de l’Alberta décrit la musique de Violet Archer comme « caractérisée par une grande agilité et par une intensité souvent presque écrasante et une rigueur intellectuelle ». Le violoncelliste Julian Armour évalue l’influence de la compositrice en affirmant : « L’œuvre de Violet Archer est phénoménale, et presque tout est incroyablement bien ficelé [...] Pour plusieurs décennies, elle a été l’une des compositrices les plus importantes au Canada. »

Violet Archer est également reconnue pour son soutien à l’innovation musicale, et particulièrement en raison de l’importance qu’elle a accordée à la création de la musique du XXe siècle pour la relève. Son œuvre est notamment digne de mention, puisqu’elle a réussi à se faire connaître à un moment où il était difficile pour les femmes de se frayer un chemin dans le domaine de la composition. Elle fait partie d’un triumvirat de compositrices canadiennes des Temps modernes, avec Jean Coulthard et Barbara Pentland, qui se sont démarquées.

En 1985, un festival de trois jours en l’honneur de Violet Archer s’est tenu à Edmonton, au cours duquel quatorze de ses plus grandes compositions ont été interprétées, dont plusieurs pour la première fois. Ce festival représente le premier événement qui célèbre de la sorte une compositrice nord-américaine. Le 80e anniversaire de Violet Archer, en 1993, est célébré par un concert gala et une cérémonie à Edmonton, puis par une interprétation de sa pièce Variations on an Original Theme for Carillon par le carillonneur du Dominion, Gordon Slater, à la tour de la Paix d’Ottawa. Lors de son départ d’Edmonton en 1998, on organise un concert d’Adieu et on nomme un petit parc d’Edmonton en son honneur.

De plus, le département de musique de l’Université de l’Alberta donne le nom de la compositrice à une bourse en 1992, et le Centre de musique canadienne, région des Prairies, de l’Université de Calgary, à sa bibliothèque en 2007. En 2005, le bassiste des Rheostatics, Tim Vesely, nomme son groupe de musique indie folk rock The Violet Archers en hommage à la compositrice. En 1990, Violet Archer fait don de ses manuscrits à l’Université de Calgary. Tous ses autres écrits sont conservés dans le Fonds Violet Archer de l’Université de l’Alberta.

Une version de cet article paraît dans l’Encyclopédie de la musique au Canada.

Prix

Quelques compositions

Musique de scène

  • Sganarelle, opéra, livret de Molière et Samuel A. Eliot (Berlin, 1973).
  • The Meal, opéra, livret de Rowland Holt-Wilson (1983). Manuscrit (ms).

Musique d’orchestre

  • Trois premières pièces (1930‑40). Manuscrits (mss).
  • Poem for Orchestra (1940). Berlin, 1979.
  • Scherzo Sinfonico (1940). Berlin (location).
  • Britannia — A Joyful Overture (1941). Ms.
  • Fantasy on a Ground (1946, édité en 1956). Berlin (location).
  • Symphony (1946). Berlin (location).
  • Fanfare and Passacaglia, avec l’Orchestre symphonique de la CBC(1948, 1949). British Music Collection (BMIC), 1964. RCI 130/7-ACM 17.
  • Divertimento (1957). BMIC, 1968.
  • Three Sketches, avec l’Orchestre de la CBC à Winnipeg (1961). BMIC, 1966. CBC SM-119/7-ACM 17.
  • Prelude-Incantation (B&H, 1964).
  • Sinfonietta, avec l’Orchestre de la CBC à Vancouver(1968). Berlin, 1977. CBC SM-226/7-ACM 17.
  • Sinfonia (1969). Berlin (location).
  • Little Suite for String Orchestra (1970). Ms.

Musique pour soliste(s) ou chœur avec orchestre

  • Fantasia Concertante, flûte, hautbois, clarinette, instrument à cordes (1941). Berlin (location).
  • Fantasy for Clarinet and Strings (1942). Ms.
  • Concertino for Clarinet and Orchestra (1946, éditée en 1956). Berlin (location).
  • Lamentations of Jeremy, SATB, orchestre, mots de la Bible (1947). Ms.
  • The Bell, avec l’Orchestre symphonique de la CBC, SATB, orchestre, livret de John Donne (« The Bell Doth Toll ») (1949). Ms. RCI 130/7-ACM 17, 1978. Audat WRC1-499 (avec la chorale de concert de l’Université de l’Alberta).
  • Concerto No. 1 for Piano and Orchestra (1956). Berlin, 1979.
  • Apocalypse “Revelations”, soprano, SATB, timbales (1958). Ms.
  • Violin Concerto (1959). Berlin (location).
  • Cantata sacra, cinq solos, petite orchestre, mots de textes médiévaux (1966). Ms.
  • Psalmody, baryton, SATB, orchestre, mots de la Bible (1978). Ms.
  • Divertimento for Piano and Strings (1985). Ms.
  • Evocations, deux pianos, orchestre (1987). Ms.
  • Improvisation On a Name, orchestre de chambre (1987). Ms.
  • Four Dialogues for Classical Guitar and Chamber Orchestra (1990). Ms.

Musique de chambre

  • Deux String Quartets (1940, 1949). Mss.
  • Sonata, flûte, clarinette, piano (1944). Ms.
  • Quartet, flûte, hautbois, clarinette, basson (1945). Ms.
  • Fantasy for Violin and Piano (1946). Ms.
  • Two Pieces for Flute Solo (1947). Ms.
  • Divertimento No. 1., clarinette, basson (1949). Dorn, 1981. RCI 192 (Melvin Berman, hautboïste).
  • Fantasy in the Form of a Passacaglia, orchestre de chambre (1951). Ms.
  • Deux String Trios (1953, 1961). Mss.
  • Trio No. 1., trio pour piano (1954). Ms. RCI 112/7-ACM 17 (Hyman Bress, violoniste).
  • Prelude and Allegro, violin, piano(1954). BMIC, 1958. RCI 136/7-ACM 17 (Arthur Le Blanc, violoniste).
  • Three Duets for Two Violins (1955). Peer, 1960.
  • Sonata for Cello and Piano (1956). Ms. RCI 139/7-ACM 17 (Walter Joachim, violoncelliste).
  • Sonata No. 1., violon, piano (1956). Ms. RCI 196/7-ACM 17 (Mildred Goodman, violoniste).
  • Trio No. 2., avec le Trio de l’Université de Brandon, trio pour piano (1957). Waterloo, 1977. RCI 196 (Hyman Bress, violoniste)/RCI 241/CBC SM-5/7-ACM 17.
  • Divertimento No. 2., hautbois, violon, violoncelliste (1957). Ms.
  • Divertimento for Brass Quintet (1963). Berlin, 1974.
  • Introduction, Dance and Finale, trompette, cor, trombone, tuba, harpe (piano), percussions (1963). Ms.
  • Sonata, cor, piano (1965). Berlin, 1980. RCI 412/7-ACM 17 (Armas Maiste, piano).
  • Dance, violon, violoncelle (1970). Ms.
  • Sonata, clarinette, piano (1970). Waterloo, 1973. RCI 412/7-ACM 17 (James Campbell, clarinettiste).
  • Three Little Studies for Violin and Piano (1970). Ms
  • Suite for Four Violins (1971). Ms.
  • Sonata for Alto Saxophone and Piano (1972). Berlin, 1974. RCI 412/7-ACM 17 (Paul Brodie, saxophoniste).
  • Sonata for Oboe and Piano (1973). Berlin, 1978.
  • Little Suite for Trumpet and Piano (1975). Leeds, 1979.
  • Simple Tune for Soprano Recorder and Piano (1975). Ms.
  • Sonata, viola, violoncelle, piano (1976). Ms.
  • Suite for Solo Flute (1976). Dorn, 1981.
  • Sonatina for Oboe and Piano (1977). Dorn, 1981.
  • Fantasy on “Blanche comme la neige”, guitare (1978). Ms.
  • Sonatina for Bassoon and Piano (1978). Ms.
  • Sonatina for Clarinet and Piano (1978). Dorn, 1981.
  • Divertimento for Saxophone Quartet (1979). Dorn, 1981.
  • Four Duets for Violin and Piano (1979). Ms.
  • Sonata for Bassoon and Piano (1980). Dorn, 1981.
  • Capriccio, violoncelle, piano (1981). Ms.
  • Sonata for Solo Cello (1981). Ms.
  • String Quartet No. 3, avec le Quatuor à cordes de l’Université de l’Alberta (1981). Ms, 1982. 7‑ACM 17.
  • Twelve Miniatures, violon, piano (1981). Waterloo, 1982.
  • Soliloquies, clarinette (1982). Ms.
  • Statements, flûte (1982). Ms.
  • Celebration, quintette de cuivres (1983). Ms.
  • Signatures, alto, flûte (1984). Ms.
  • Ikpakhuag, violon, violoncelle, piano (1984). Ms.
  • Six Miniatures for Cello (1984). Waterloo, 1984.
  • Six Miniatures for Double Bass (1984). Waterloo, 1984.
  • Six Miniatures for Viola and Piano (1984). Waterloo, 1984.
  • I va vari, quintette de cuivres (1985). Ms.
  • Moods, clarinette, saxophone alto (1985). Ms.
  • The Dancing Kitten, violon, piano (1986). McCurdy Festival Series, 1986.
  • Six Miniatures for String Bass and Piano (1986). Waterloo, 1986.
  • Four Miniatures for Classical Accordion (1988). Ms.
  • Three Essays, saxophone (1988). Ms.
  • Two Fanfares for a Festive Day, quintette de cuivres (1989). Ms.
  • Improvisation for Solo Snare Drum (1990). Ms.
  • Prelude and Dance for Solo Tympani (1990). Ms.
  • One Fifth on Four, xylophone, célesta, piano, clarinette, violoncelle (1991). Ms.

Musique de piano

  • Three Scenes (1945). Mercury, 1946; Presser, 1961; Berlin, 1982.
  • Sonata for Pianoforte (1945, éditée en 1957). Ms.
  • Trois Sonatinas (1945, 1946, 1973). No 2: B&H, 1948. No 3: Waterloo, 1979. No 2: RCI 132 (Ross Pratt, pianiste).
  • Three Scenes (1945). Berlin, 1982.
  • Six Preludes (1947). Waterloo, 1979.
  • Three Sketches for Two Pianos (1947). Waterloo, 1979.
  • Suite for Piano (1947). Ms.
  • Theme and Variations on Là-Haut (1952). Ms. Centrediscs CMC-1684 (Charles Foreman, pianiste).
  • Ten Folk Songs for Four Hands (1953). BMIC, 1955. RCI 113/7-ACM 17 (Pierre Beaudet, pianiste; Guy Bourassa, pianiste).
  • Rondo (1955). Peer, 1964.
  • Minute Music for Small Hands (1957). Peer, 1959.
  • Eleven Short Pieces (1960). Peer, 1964. CCM-1 (Rachel Cavalho, pianiste).
  • Four Little Studies for Piano (1963). Waterloo, 1964.
  • Theme and Variations for Piano (1963). Waterloo, 1964.
  • Three Miniatures (1963). Waterloo, 1965. CCM-1 (Rachel Cavalho, pianiste).
  • Improvisations for Piano (1968). Ms. Mel SMLP-4031 (Antonín Kubálek, pianiste).
  • Two Miniatures,« Little March » (1970). Waterloo, 1972.
  • Lydian Mood and A Quiet Chat (1971). Waterloo, 1973.
  • Four Bagatelles for Piano (1977). Waterloo, 1979.
  • Four Contrapuntal Moods for Piano (1978). Ms. Oil City Press, 1981.
  • Eight Little Canons for Piano (1978). Ms.
  • Sonata No 2 (1979). Berlin, 1982. 7-ACM 17 (Charles Foreman, pianiste).
  • Here and Now (1980). Kerby, 1982.
  • Four Vignettes (1984). Ms.
  • D’autres pièces, dont certaines se retrouvent dans le répertoire de livrets de partitions pour piano du Royal Conservatory of Music et dans les collections publiées de l’Alberta Keys Music.

Musique d’orgue

  • Sonatina (1944). GVT, 1971.
  • Two Chorale Preludes (1948). Peer, 1962.
  • Chorale Improvisation on “O Worship the King” (1967). Ms. All Saints' Cathedral Edmonton ST‑56722-23 (Hugh Bancroft, organiste).
  • Prelude and Fantasy on “Winchester New (1978). Ms.
  • Festive Fantasy (1979). Ms.
  • Improvisation on “Veni Creator (1984). Waterloo, 1986.
  • Variations on Aberystwyth (1984). Waterloo, 1986.
  • Quatre autres préludes. Mss.
  • Aussi, plusieurs pièces pour carillon.

Musique chorale

  • Psalm 150, SATB, orgue (1941). Waterloo, 1965.
  • Landscapes, livret par Thomas S. Eliot, SATB (1950). Waterloo, 1973. CBC SM-274/7-ACM 17 (avec les Festival Singers of Canada)/RCI 70 (avec la Chorale de Bach de Montréal).
  • « Proud Horses », SATB, paroles d’Arthur M. Sampley (1953). Peer, 1981. RCI 189/7-ACM 17 (avec la Chorale de Bach de Montréal).
  • Three French Canadian Folk Songs, SATB (1953). BMIC, 1962. Vox STPL-511-860 (avec la Chorale de Bach de Montréal).
  • Christmas, SSA, hautbois, harpe (piano), paroles d’Althea Bass (1955). Chanteclair, 1972. TCC D-003/TCC 009 (avec la Chorale d’enfants de Toronto).
  • The Mater Admirabilis Chapel, SSA, hautbois, harpe (piano), paroles d’Althea Bass (1955). Chanteclair, 1972; Avondale, 1990.
  • Two Songs for Women's Voices, SSA, hautbois, piano, livret d’Althea Bass (1955). GVT, 1972.
  • Introit and Choral Prayer, liturgie, SATB, orgue, livret de G. Raymond Campbell (1962). BMIC, 1963.
  • Sing, The Muse, SATB, livret de William Shakespeare, John Marston, William Drummond, Walter Raleigh (1964). Ms.
  • Centennial Springtime, unisson (SATB), piano, livret de J. Alexander (1967). Ms.
  • Harvest, unisson, piano, livret de J.L. Hetherington (arrangement, 1967).
  • « I Will Lift up Mine Eyes » (Psaume 121), SATB, orgue (1967). Waterloo, 1969.
  • Sweet Jesu, King of Bliss (anonyme), SATB (1967). Jay, 1967.
  • « À la claire fontaine », SA, piano (arrangement, 1968). Berlin, 1970.
  • Amens For Church Use, SATB, orgue (1968–74). Ms.
  • « O Lord Thou Hast Searched Me and Known Me » (Psaume 139), SATB, orgue (1968). Waterloo, 1969.
  • « O Sing Unto the Lord » (Psaume 96), SA, trompette (1968). Waterloo, 1969. SNE 525 (avec les Petits Chanteurs du Mont-Royal).
  • The Glory of God, mots de la Bible, SSAA (1971). Ms.
  • « Sing a New Song to the Lord » (Psaume 98), SATB, orgue (1974). Waterloo, 1974.
  • Four Newfoundland Folk Songs, ténor, TTBB (arrangement, 1975). Ms.
  • « Three Sailors from Groix » (chants de marins français, traduits par Gerald Cockshott), SSA, piano (arrangement, 1975). Ms.
  • « Shout with Joy » (Psaume 100), SATB, orgue (1976). Waterloo, 1977.
  • To Rest in Thee, SATB, livret de Thomas a Kempis (1981). FH, 1984.
  • « The Cat and the Moon », SATB, piano, paroles de William B. Yeats (1983). Ms.
  • Songs of Summer and Fall, SATB, livret de David Carter (1982). Ms.
  • Reflections, SSAATB, livret de David Carter (1983). Ms.
  • Two Hymns for SATB, Congregation and Organ, livret de Herbert O'Driscoll (1986). Ms.
  • « O Sing Unto the Lord a New Song » (Psaume 96), SATB (1989). Ms.
  • Aussi, plusieurs autres pièces pour chœur.

Musique vocale

  • « Someone » (de la Mare), voix moyenne, piano (1949, éditée en 1959). Waterloo, 1976.
  • Under the Sun, mezzo, piano, paroles d’Arthur Bourinot (1949). Ms. CBC SM-79/7-ACM 17 (Judith Forst, mezzo-soprano)/(« First Snow’ »); RCI 108 (Maureen Forrester, mezzo-soprano).
  • « April Weather », alto, piano, livret de Amy B. England (1950). Waterloo, 1976. RCI 108/7-ACM 17 (Maureen Forrester, contralto).
  • « Cradle Song », alto, piano, livret d’Amy England (1950). FH, 1959. RCI 108/7-ACM 17 (Maureen Forrester, contralto).
  • « The Twenty-Third Psalm », alto, piano (1952). BMIC, 1954. RCI 108/7-ACM 17 (Maureen Forrester, contralto).
  • Two Songs for Soprano Voice and B-flat Clarinet, livret de William Blake (1958; éditée pour mezzo, 1987). Ms.
  • « I Corinthians, 13 », mezzo, piano (1976). Ms.
  • Moon Songs, mezzo, piano, livret de Vachel Lindsay (1976). Ms.
  • « Separation », alto (baryton), piano, texte en chinois du Xe siècle (1976). Ms.
  • « In Just Spring », voix moyenne, piano, paroles de Edward E. Cummings (1977). Ms.
  • Plain Songs, mezzo, piano, paroles de Dorothy Livesay (1977). Ms.
  • Northern Landscape, mezzo, piano, livret de Arthur J. M. Smith (1978). Ms. Centrediscs CMC-1083 (Phyllis Mailing, mezzo-soprano).
  • A Sprig of Flowers, ténor, flûte, piano, livret de Kuan Han Ch'ing (1979). Ms.
  • Prairie Profiles, baryton, cor, piano, livret de David Carter (1980). 7-ACM 17 (Harold Wiens, baryton; Janet Scott, pianiste; David Hoyt, corniste).
  • Primeval, ténor, piano, texte de chansons autochtones (traduit par Frances Densmore et John Neihardt) (1980). Ms.
  • « Caleidoscopio », soprano, piano, livret de Gisella Azzi (1981). Ms. Centrediscs CMC-1183 (Roxolana Roslak, soprano).
  • Green Jade, flûte, baryton, piano, livret de Wu-chi Liu et Irving Lo (1982). Ms.
  • « Birds at Daybreak », ténor, piano, paroles d’Irving Layton (1982). Ms.
  • Epigrams, baryton (ténor), piano (1985). Ms.
  • If the Stars Are Burning, mezzo, clarinette, piano, livret de F. E. Buske (1987). Ms. Arts Venture CD-1001 (Suzanne Summerville, mezzo; Richard Nunemaker, clarinettiste; R. McCoy, pianiste).
  • « Surly, Burly Shirley », soprano (ténor), piano, livret de Shirley Ottman (1989). Alberta Keys Music, 1989.
  • « The Owl Queen », soprano (ténor), piano (1989). Alberta Keys Music, 1989.
  • Northern Journey, baryton, piano (1990). Ms.

Musique électronique

  • Episodes, bande magnétique (1973). Ms. Melbourne SMLP-4024.

Musique de film

  • Someone Cares (Université de l’Alberta, 1976).
  • Whatsoever Things Are True (Université de l’Alberta, 1980).

Écrits

« Music of Canada as Related to Its Composers », Pan Pipes vol. 51 (mars 1959).

« Alberta and Its Folklore », CFMS Newsletter, vol. 2 (juillet 1967).

« The Need for Educational Music », Prairie Sounds, vol. 5, no 2 (1987).

« Let Us Bring an Understanding of 20th century Music into the 21st », Prairie Sounds (avril 1992).

« Paul Hindemith in the USA », CFMTA Newsletter (avril 1996).