Suzanne Desrochers

Suzanne Desrochers, érudite, écrivaine de voyage, romancière (Lafontaine, Ont., 1976). Suzanne Desrochers a un pied à terre à Toronto, mais elle a habité à Paris et à Tokyo, et a voyagé en Asie, publiant des articles sur les voyages dans le magazine torontois Now. Son origine franco-ontarienne (voirFRANCO-ONTARIENS) et ses études en histoire à l'UNIVERSITÉ YORK l'amènent à choisir d'écrire sa thèse de maîtrise sur les femmes des premières colonies en NOUVELLE-FRANCE, les FILLES DU ROI, qui l'inspirent et forment la toile de fond de son premier roman, Bride of New France. Chercheuse au King's College de Londres, en Angleterre, elle compare la migration des Françaises et celle des Anglaises en Amérique du Nord au 17e siècle. Bride of New France figure plusieurs mois au palmarès des meilleurs vendeurs des libraires canadiens du GLOBE AND MAIL.

Dans Bride of New France (2011), elle imagine la vie des « filles du roi » et leur rôle dans l'histoire canadienne grâce à la voix et à l'expérience d'une jeune femme dénommée Laure Beauséjour. En faisant précéder le récit d'une citation de Leonard COHEN tirée de Let us Compare Mythologies, l'auteure montre son intention de remettre en question les représentations officielles et romantiques qu'on se fait des « épouses de la Nouvelle-France ». Le roman est divisé en quatre parties, chacune représentant une période dans la vie de Laure. Ainsi, Suzanne Desrochers définit ce que sont les « filles du roi », souligne leur importance pour les objectifs impériaux fixés par Louis XIV, décrit les dangers et les souffrances que doivent affronter les « citadines » qui font la traversée et avance des hypothèses sur la manière dont Laure et les femmes de la colonie de VILLE-MARIE (qui deviendra Montréal) font face aux incertitudes qui accompagnent le fait d'épouser un parfait étranger ainsi qu'aux craintes, aux épreuves et à la solitude d'une vie dans une contrée sauvage inconnue.

Suzanne Desrochers explore les thèmes de la loyauté, de la perte, de la peur, de l'abandon et du courage physique et émotif. Par le regard de Laure, l'auteure présente la vie des filles et des femmes qui vivent en marge de la société parisienne et qui deviendront les « filles du roi ». À l'âge de 5 ans, après avoir été enlevée à ses parents, Laure est conduite à la Salpêtrière, un hospice peuplé par des gens abandonnés et sans foyer. Elle affronte les dangers et la mort que représente la traversée. Elle éprouve un choc à son arrivée en Nouvelle-France : il faut vite s'adapter à cette énorme contrée sauvage, à la peur des « sauvages », à son mari brutal, au froid terrible et à l'isolement de son premier HIVER en milieu rural. En revanche, elle finit par comprendre son désir de liberté personnelle, son besoin de contrôler sa propre vie. Pour cela, elle paie le prix fort. Pourtant, alors qu'elle entreprend le chemin du retour vers Ville-Marie, la peur de l'inconnu cède la place aux possibilités d'une vie différente. Suzanne Desrochers est une conteuse puissante : ses descriptions viscérales des paysages internes et externes sont crédibles et attachantes. Le roman est subtilement imprégné des réalités historiques et des détails de la vie quotidienne de la France impériale et de la colonie de la Nouvelle-France au 17e siècle.

Suzanne Desrochers projette d'explorer d'autres expériences et mythologies associées au QUÉBEC qui ne sont pas bien connues dans le reste du Canada : le MONTRÉAL du 17e siècle, le massacre de LACHINE et les représailles contre les IROQUOISqui s'ensuivent, ainsi que la vie de la recluse Jeanne LeBer.