Famille et début de carrière

La famille Sutto émigre au Canada dans les années 1930. Janine Sutto amorce à 18 ans une carrière de comédienne, sous les encouragements combinés de son père, Léopold Sutto, un temps associé à Charles Pathé, fondateur d'une grande maison de production cinématographique portant son nom, et de la comédienne Sita Riddez, une amie de la famille. Elle est vite intégrée à la troupe du Montreal Repertory Theatre français, sous la direction de Mario Duliani. Elle y croise d'autres figures marquantes de cette époque pionnière, Gisèle Schmidt, Huguette Oligny, Jean-Louis Roux.

Théâtre, radioromans et télévision

Au début des années 1940, elle joue plusieurs boulevards au Théâtre Arcade en compagnie des sœurs Antoinette et Germaine Giroux, les grandes vedettes de cette période. En 1944, elle épouse l'homme de théâtre Pierre Dagenais, figure centrale de l'Équipe, un des premiers metteurs en scène du Québec. Leur mariage ne dure que deux ans. Janine Sutto prend une année sabbatique à Paris, où elle rencontre l'homme de théâtre français Henri Deyglun qui deviendra son second mari, en 1957.

De retour à Montréal, en 1947, elle partage son temps entre la scène et la radio, participant aux plus populaires radioromans de l'époque, dont Jeunesse dorée et Rue Principale. Dans les années 1950, elle joue de plus en plus de rôles importants au Théâtre du Nouveau Monde et au Théâtre du Rideau Vert, deux établissements-phares de la modernité théâtrale québécoise.

Travailleuse infatigable, engagée aussi bien pour des productions classiques que des pièces du théâtre d'été, elle poursuit sa carrière depuis plus d'un demi-siècle et a endossé plus de 150 rôles. En 1968, Janine Sutto participe à la création de Les Belles-soeurs de Michel Tremblay, pièce maîtresse de la dramaturgie québécoise contemporaine, en incarnant Lisette de Courval. Elle fait ses débuts de metteur en scène au Théâtre Le Trident, en 1992, dans une nouvelle production de Florence de Marcel Dubé. En même temps, comme bien des comédiennes de sa génération, elle est active à la télévision pendant toute sa carrière. Elle participe à environ 70 téléthéâtres, dont une adaptation du Journal d'un curé de campagne de Bernanos et L'Épreuve de Marivaux. Dans les années 1970, aux côtés de Gilles Latulippe et Jean-Louis Millette, elle marque l'imaginaire populaire participant à la distribution du téléroman Symphorien, présenté à TVA. Janine Sutto est la mère de la comédienne Mireille Deyglun.