Étudiant la « grande transformation » de l'Ouest canadien au 19e siècle et l'économie des ressources naturelles, elle écrit des livres et des articles et apporte une contribution précieuse au maintien des valeurs humaines dans beaucoup de communautés. Ses travaux sur l'expédition Palliser (1857-1860) et les souvenirs de Peter Erasmus traduisent son souci de tenir compte du contexte impérial et des facteurs économiques sous-jacents à l'histoire canadienne de cette époque.

Dans les années 1930, elle est membre de la League for Social Reconstruction. Elle travaille avec H.A. Innis alors qu'il se consacre à ses études sur la pêche à la morue et sur les pâtes et papiers, et elle étudie le développement de l'énergie électrique au Canada. Elle représente la Fédération des instituts féminins du Canada à l'Union mondiale des femmes rurales de 1954 à 1967, en tant que présidente exécutive de 1959 à 1965 et comme adjointe à la présidence de 1968 à 1974.

Avec son mari, Graham Spry, un agent général de la Saskatchewan au Royaume-Uni et en Europe pendant deux décennies, elle a été une fervente partisane du Canada et d'une approche sociale-démocrate des politiques gouvernementales. Elle est nommée Officier de l'Ordre du Canada en 1993.