René Angélil, C. M., O.Q, agent artistique, chanteur et acteur (né le 16 janvier 1942 à Montréal, Québec; décédé le 14 janvier 2016 à Las Vegas, Nevada). Réputé pour son sens des affaires, René Angélil a été un acteur incontournable du monde du divertissement. Il a dirigé pendant plus de 30 ans la carrière de Céline Dion, artiste québécoise de renommée internationale, et a été son mari de 1994 jusqu'à son décès en 2016.

Jeunesse et carrière

René Angélil est né à Montréal, dans le quartier Villeray, d’une mère (Alice Sara) québécoise d’origine libanaise et d’un père (Joseph Angélil) d’origine syrienne (voir Arabo-Canadiens). Tout jeune, ce premier de classe et grand sportif, démontre déjà les qualités d’un leader. Après ses études chez les Sulpiciens du Collège André-Grasset et les Clercs de Saint-Viateur, il s’inscrit à l’École des hautes études commerciales de Montréal (HEC Montréal), qu’il fréquente quelques mois en 1959.

Au grand désappointement de son père, il décide en 1960, avec ses amis Pierre Labelle et Jean Beaulne, de former le groupe de musiciens et chanteurs Les Baronets. De 1962 à 1972, ce groupe se spécialise dans l’interprétation en français des meilleures chansons des Beatles et obtient un réel succès. En 1964, la chanson « C’est fou mais c’est tout » (version française de Hold me tight) se hisse le groupe au haut du palmarès québécois. Parallèlement à sa carrière de chanteur, René Angélil joue dans deux longs métrages, Après ski (1971) et L’apparition (1972).

Débuts en tant qu’agent artistique

En 1972, une fois l’aventure des Baronets terminée, Angélil se joint à l’équipe des agents artistiques de Guy Cloutier (Les Productions Guy Cloutier). C’est là, en gérant les tournées du jeune René Simard, étoile montante de l’époque et lauréat du Grand prix du festival de la chanson de Tokyo en 1974, qu’il apprend les rouages du métier. En 1979, Angélil quitte les Productions Cloutier pour faire cavalier seul et fonde Les Productions René Angélil (aujourd’hui Les Productions Feeling). Il est alors l’imprésario de Johnny Farago et de Ginette Reno. Cependant, sa collaboration avec cette dernière tourne court, le laissant devant un avenir incertain.

Agent artistique de Céline Dion

En 1981, père de famille et sans le sou, il songe très sérieusement à quitter le métier d’agent d’artiste et à retourner sur les bancs d’école étudier le droit. Marié à l’ancienne chanteuse populaire Anne Renée avec qui il a deux enfants, Jean-Pierre et Anne-Marie, Angélil est aussi le père d’un autre garçon, Patrick, né de son précédent mariage avec Denise Duquette. C’est alors qu’il reçoit un enregistrement de la chanson « Ce n’était qu’un rêve » écrite par la mère et le frère de Céline Dion et interprétée par cette dernière, alors âgée de 12 ans. Captivé, il décide de tout miser sur cette jeune adolescente et, à partir de ce moment, il ne s’occupe que de sa carrière. En 1982, Céline réitère la performance de René Simard en remportant elle aussi le Grand prix à Tokyo. L’année suivante, sa chanson « D’amour ou d’amitié » est certifiée or en France puisque la vente de l’album simple a atteint 500 000 exemplaires. La protégée de René Angélil décroche également le prix Félix de l’interprète féminine et celui de Révélation de l’année au gala de l’ADISQ en 1983. C’est à cette époque qu’Angélil restructure son entreprise et que Les Productions René Angélil deviennent Les Productions Feeling.

Rêvant d’une carrière internationale pour Céline Dion, Angélil négocie avec CBS (devenu Sony Music) une entente pour la parution d’un premier album en français, Incognito (1987). Cet album connaît un succès retentissant et est écoulé à 500 000 exemplaires à travers la Francophonie. Sa victoire en 1988 à l’important Concours Eurovision de la chanson auquel Angélil est parvenu à l’inscrire, y est aussi pour beaucoup.

En 1990, un tout premier album en anglais, Unison, aux sonorités pop et réalisé par David Foster, permet à l’artiste de percer le marché américain. Le simple à succès « Where Does My Heart Beat Now » se place en tête du palmarès RPM Adult Contemporary au Canada et devient le premier simple de Céline Dion à figurer parmi les 10 meilleurs succès aux États-Unis, atteignant la quatrième position au palmarès du magazine Billboard en 1991. Son deuxième album en anglais, Céline Dion (1992), également chez Sony, marque un tournant dans la carrière de Céline. Il lui vaut une première certification platine aux États-Unis et un premier prix Grammy pour l’interprétation en duo de la chanson « Beauty and the Beast » dans la trame sonore du film d’animation de Disney.

Mariage avec Céline Dion

Entretemps, la relation professionnelle de René et Céline se transforme en relation amoureuse et le 17 décembre 1994, le couple se marie à la basilique Notre-Dame de Montréal. La cérémonie fastueuse est retransmise à la télévision et suivie par plusieurs milliers de téléspectateurs. Dans les années qui suivent, Céline enchaîne les succès avec les albums The Colour of My Love (1993), Falling into You (1996) et Let’s Talk About Love (1997), qui comprend notamment la chanson thème du film Titanic, « My Heart Will Go On », qui reçoit un Oscar et un Golden Globe de la meilleure chanson originale. D’abord réfractaire à l’idée d’interpréter cette chanson, Céline s’est laissée convaincre par René Angélil d’enregistrer une maquette. « My Heart Will Go On » demeure son plus grand succès en carrière. Parallèlement, elle multiplie les albums en français (elle revisite notamment les chansons de Luc Plamondon et interprète les compositions du Français Jean-Jacques Goldman) et s’impose comme l’une des artistes francophones les plus écoutées et vendues au monde.

Au début des années 2000, peu de temps après que Céline ait donné naissance à leur premier fils (René-Charles), René Angélil conclut une entente lucrative (100 millions de $US sur trois ans) avec l’hôtel-casino Caesars Palace de Las Vegas afin que Céline y présente un spectacle permanent dans une toute nouvelle salle, The Colosseum, construite spécialement pour elle. Présenté à partir de mars 2003 et prolongé jusqu’en décembre 2007, le spectacle « A New Day » est un véritable triomphe. En 2008, l’artiste amorce sa tournée mondiale « Taking Chances World Tour », qui prend fin en 2009. En mars 2011, après une pause au cours de laquelle elle a mis au monde les jumeaux Nelson et Eddy, elle revient à Las Vegas, avec un tout nouveau spectacle simplement intitulé Céline.

Grâce à sa voix, à sa prestance sur scène et à la direction de René Angélil, Céline Dion accède au rang des artistes d’envergure internationale avec 220 millions d’albums vendus en carrière, cinq prix Grammy, deux Oscars et 40 prix Félix. Jacqueline Cardinal et Laurent Lapierre, deux spécialistes en gestion de HEC Montréal, reconnaissent le génie d’Angélil : « Il a prouvé, par la gestion de la carrière de Céline Dion, qu’il possédait le flair, l’audace et la détermination à la fois d’un entrepreneur et d’un leader ».

Homme d’affaires

Le couple Angélil-Dion investit également dans la restauration. En 1990, il fonde la chaîne de restaurants Nickels et en 2012, il fait l’acquisition du célèbre restaurant montréalais de viandes fumées Schwartz’s. Par ailleurs, au fil des années, Angélil prend sous son aile d’autres artistes, dirigeant notamment les carrières de Garou, Marilou, Marc Dupré et la Franco-Ontarienne Véronic DiCaire. Il participe en 2009 et en 2012 à l’aventure Star Académie, une émission québécoise visant à faire découvrir de nouveaux interprètes. En 2012, il prête ses traits à un parrain de la mafia montréalaise dans le film Omertà de Luc Dionne.

Philanthropie

Également associé à plusieurs causes, il contribue aux activités de financement du CHU Sainte-Justine (centre hospitalier mère-enfant) à Montréal, de la Fondation des maladies du cœur et de la Fondation André-Delambre pour la sclérose latérale amyotrophique. À partir de 2011, il accepte de parrainer la Chaire de recherche en oncologie ORL Dr Azar-Angélil du Centre hospitalier de l’Université de Montréal. Ayant fait face à un cancer de la gorge au tournant des années 2000, il déclare : « Si ma participation à cette chaire peut encourager ceux qui en sont atteints à se battre et aider nos médecins et chercheurs d’ici à nous guérir, j’aurai alors relevé mon pari ». Passionné de golf, René Angélil est aussi un joueur de cartes expérimenté. Il s’est d’ailleurs distingué au Tournoi des Champions de Las Vegas en 2005 et lors de la Série mondiale de poker en 2006.

Prix et hommages

En 1987 et 1988, les efforts de l’imprésario sont publiquement reconnus : il obtient le prix Félix du gérant de l’année lors du gala de l’ADISQ. En 1996, l’association québécoise lui décerne le prix Hommage pour l’ensemble de sa carrière. En 2009, il reçoit un prix de gestion (Management Achievement Award) de l’Université McGill et est fait officier de l’Ordre national du Québec. En 2012, il accède à l’Ordre du Canada à titre de Membre tandis que son épouse est élevée au rang de Compagnon. Enfin, la SOCAN lui attribue le prix Inspiration lors de son 25e Gala annuel, tenu à Montréal en décembre 2014.

La même année, en raison de problèmes de santé, René Angélil avait quitté la direction des Productions Feeling, confiant à Aldo Giampaolo le soin de gérer la carrière de son épouse. Il décède le 14 janvier 2016 dans sa résidence de Las Vegas, emporté par un nouveau cancer de la gorge. Dans les jours qui suivent, de nombreuses personnalités du monde du divertissement, des médias et de la politique lui rendent hommage. Le gouvernement du Québec offre à sa famille de tenir des funérailles nationales. Celles-ci ont lieu le 22 janvier 2016, à la basilique Notre-Dame de Montréal, à l’endroit même, où une vingtaine plus tôt, il a épousé Céline Dion.