Contexte et histoire

Les Prix littéraires du Gouverneur général sont offerts pour la première fois en 1937 par la Canadian Authors’ Association (CAA). La CAA assure l’administration des prix jusqu’en 1944, quand un conseil d’administration indépendant est mis en place. En 1959, le Conseil des arts du Canada prend en charge l’administration des prix et distribue huit prix de 1 000 $ chacun pour les œuvres de fiction, les essais et les œuvres de poésie et de théâtre, en anglais et en français (auparavant, les prix n’étaient offerts que pour des œuvres en langue anglaise). La même année, la catégorie de littérature jeunesse, créée en 1946 mais pour laquelle aucun prix n’avait été offert avant 1949, est abandonnée.

Changements apportés aux prix et aux catégories

Le prix en argent passe à 2 500 $ en 1965, à 5 000 $ en 1975, à 10 000 $ en 1988 et à 15 000 $ en 2002. En 2007, dans le cadre des célébrations du 50e anniversaire du Conseil des arts du Canada, le prix en argent est porté à 25 000 $.

À partir de 1971, le Conseil des arts du Canada nomme des jurys anglophone et francophone de neuf membres, chacun étant supervisé par un président non votant et recruté parmi des écrivains, des universitaires et des critiques littéraires expérimentés. En 1988, trois nouvelles catégories sont ajoutées : littérature jeunesse – texte, littérature jeunesse – livres illustrés, et traduction.

Jusqu’en 1991, les prix sont offerts durant l’année suivant la publication des œuvres. À partir de 1991, des cérémonies ont lieu durant l’année de publication elle-même.

Controverses et critiques

Comme toute compétition, les Prix littéraires du Gouverneur général ont parfois donné lieu à des controverses. Les jugements des contemporains ne traversent pas toujours l’épreuve du temps, et selon un reproche assez fréquent, les écrivains n’ont pas toujours été récompensés pour leurs meilleures œuvres. On a aussi relevé des omissions spécifiques (par exemple, le fait que The Great Code de Northrop Frye n’a pas remporté de prix en 1983). Enfin, certains gagnants ont refusé le prix pour des motifs politiques.