Prix de musique Polaris

Le Prix de musique Polaris, créé par Steve Jordan en 2006, est remis annuellement à un artiste ou à un groupe ayant produit le meilleur album complet. Le Prix de musique Polaris est comparable au Mercury Prize du Royaume-Uni : tous les styles musicaux contemporains sont admissibles et les albums sont jugés sur leur valeur artistique plutôt que sur leur succès commercial. Lors de la soirée du Prix de musique Polaris présenté en septembre à Toronto, le gagnant reçoit un prix de 20 000 dollars en argent. Plusieurs artistes finalistes se produisent à l'occasion de ce gala présenté en direct sur la chaîne anglaise CBC Radio 3 de la SRC et Sirius Satellite Radio ainsi que sur le web et à la télévision sur la chaîne anglophone de Musiqueplus.

Processus de sélection

Les finalistes du Prix de musique Polaris sont choisis par un jury composé de près de 200 chroniqueurs, communicateurs, blogueurs et universitaires de la scène musicale canadienne. Chaque membre du jury soumet un choix de cinq albums canadiens produits au cours de l'année précédente. Des 40 albums présélectionnés, 10 sont retenus par les membres de ce jury. Ensuite, le « Grand Jury », un deuxième jury composé de 11 membres, choisit le gagnant au gala du Prix de musique Polaris. Bien que la liste des finalistes sélectionnés soit diffusée publiquement dès le lancement de ce prix, la liste longue n'est rendue publique qu'à partir de 2008.

Candidats et lauréats

Le premier prix de l'histoire des Prix de musique Polaris est remis à Final Fantasy en 2006 pour l'album He Poos Clouds. Par la suite, les lauréats de ce prix sont Patrick Watson (Close to Paradise), Caribou (Andorra), Fed Up (The Chemistry of Common Life) et Karkwa (Les Chemins de verre).

Les artistes en lice pour le prix sont, entre autres, Patrick Watson, Owen Pallett, Broken Social Scene, K'Naan, Malajube, Metric, The Besnard Lakes, Joel Plaskett, Chad VanGaalen, Caribou et Shad. Warner Music Canada produit des albums de compilation comprenant des pièces d'albums finalistes en 2006 et 2007.

Impact et critique

On reconnaît que le Prix de musique Polaris contribue à la valorisation de la musique indépendante canadienne à l'échelle nationale et internationale. Bien que certains critiquent le fait que sa présélection comprend principalement des albums anglophones et exclue des styles musicaux comme le classique et le jazz, il est reconnu pour attirer l'attention sur la plupart de ses artistes finalistes.

En 2009, le conseil d'administration du Prix de musique Polaris annonce un partenariat avec l'organisme caritatif MusiCounts pour soutenir l'éducation musicale au Canada.

Bibliographie

Joshua OSTROFF. « Why Polaris Prize matters to Canadian music », Times-Colonist (Victoria, 18 sept. 2006).

« What the heck is the Polaris Prize? », Winnipeg Free Press (22 nov. 2007).

Sandra SPEROUNES. « Polaris Music Prize shines its light at just the right time: As arts funding gets slashed, others pick up the slack », Edmonton Journal (29 sept. 2008).

Larissa LIEPINS. « Not so polarized over Polaris Prize: Musicians find all kinds of reasons to celebrate award », The Ottawa Citizen (20 sept. 2010).