La musique que l’on entend dans les pow-wow est généralement considérée comme l’élément central et le vecteur d’unification de ces rassemblements d’une grande importance culturelle. Généralement, les pow-wow mettent en vedette au moins trois groupes de joueurs de tambour, chacun composé d’au moins cinq chanteurs qui battent un grand tambour à l’unisson. Tour à tour, les groupes interprètent des chansons pour le pow-wow, dont le type s’accorde au genre de danse réalisée; par exemple, il peut s’agir d’une danse sociale intertribale à laquelle toutes et tous peuvent participer ou d’une danse spécifique dans le cadre d’une compétition. Les groupes peuvent également interpréter une chanson au drapeau, une chanson d’éloge ou une chanson de guérison, qui sont parfois spécifiquement demandées par un organisateur de pow-wow ou un participant. La sélection de la chanson se fonde sur les catégories de compétition de danse (par exemple, la danse libre des hommes, la danse des clochettes des femmes, etc.) (voir Danses de pow-wow).

Les musiciens des groupes de tambour de pow-wow battent le tambour à l’unisson et chantent une chanson qu’ils ont choisie en fonction de la danse ou de l’activité. Dans la plupart des cas, ce ne sont que les hommes qui battent les tambours de pow-wow, les femmes offrant leur soutien en restant debout derrière les hommes assis et se joignant aux chants à des moments précis. Ces restrictions imposées aux femmes se fondent sur la tradition et les enseignements culturels. Certains groupes de tambour mixtes ou composés uniquement de femmes, tels que les Crying Woman Singers, ont toutefois obtenu du succès.

Variations régionales

Bien que les musiciens et les groupes se rendent aux quatre coins de l’Amérique du Nord pour y jouer du tambour, apprendre de nouvelles pièces et rendre visite aux membres de leur famille et à leurs amis, leur style souvent distinct est influencé par les tendances musicales propres à chacun des membres. Les différences linguistiques ont notamment une influence sur le son produit par un groupe de tambour mi’kmaq, qui se distingue de celui produit par un groupe cri; le style de chant et les rythmes de tambour peuvent également varier en fonction de la région dans laquelle un groupe de tambour est situé. Certains groupes chantent d’une voix plus grave, tandis que d’autres préfèrent l’autre extrême de leur registre vocal. Les variations régionales sont également évidentes dans le choix des chansons. En effet, alors que de nombreux groupes jouent les mêmes chansons de pow-wow, certains groupes incorporent dans leur répertoire des chansons propres à leur nation, comme ladanse du poulet des Prairies ou la danse de la fumée des Haudenosaunee dans la région de l’Ontario et du Québec. Ces chants régionaux nécessitent parfois d’autres instruments (tels que des tambours à eau et des hochets au lieu d’un tambour de pow-wow) et des styles de chant adaptés (telle qu’une voix « tendue » ou « détendue »).

Bien que les groupes de tambour dans les pow-wow puissent se composer de chanteurs non autochtones, de Métis et d’Inuits, ils sont surtout constitués de peuples des Premières Nations. Les groupes peuvent se constituer de membres d’une communauté, d’une organisation, ou d’une Première Nation spécifique, ou peuvent réunir des personnes issues de diverses nations (par exemple, les Cris, les Mi’kmaq, les Mohawks, etc.).

Rôles et membres des groupes de tambour de pow-wow

Au sein des groupes de tambour, chaque musicien s’acquitte d’un rôle spécifique. Le chanteur principal possède un grand répertoire de chansons et choisit généralement des chansons adaptées à l’occasion. Il entame chaque chanson, les autres membres du groupe se joignant à lui après les notes d’ouverture. Cette structure est généralement répétée à au moins quatre reprises pendant la chanson.

Le gardien du tambour est responsable de la protection physique et spirituelle du tambour, de son transport et de son entreposage; il doit veiller à son intégrité comme instrument de musique, et lui donne des offrandes de tabac et le purifie avant la performance, une façon de reconnaître sa signification spirituelle. Sur le site où se déroule la performance, les membres du groupe de tambour veillent à ce que l’instrumentne soit jamais laissé sans surveillance, autant pour des raisons pratiques (notamment pour éviter qu’il soit volé) que pour des raisons spirituelles (respecter le tambour en ne le laissant pas à lui seul). Suivant les enseignements traditionnels, les membres du groupe de tambour font preuve de respect envers l’instrument, maintiennent la propreté de l’espace autour du tambour au cours des pow-wow et adoptent un mode de vie sain.

Un groupe de tambour de pow-wow au sein duquel un noyau de musiciens demeure inchangé constitue la norme. Il peut cependant arriver que des individus se joignent à d’autres groupes, selon les événements et les besoins de ces derniers. Parfois, les chanteurs se joignent à un autre groupe de tambour le temps d’une chanson, ou s’ils ont des amis ou des connaissances au sein de ce groupe.Cependant, de nombreux pow-wow interdisent strictement le passage d’un groupe à l’autre.

Un groupe de joueurs de tambour choisit les pow-wow et les activités auxquels il participe. Si le groupe reçoit un cachet pour sa participation à un pow-wow ou un prix dans le cadre d’une compétition, les gains sont normalement partagés entre les membres.

Raisons de la participation

Certains groupes de tambour dans les pow-wow jouent simplement pour le plaisir ou pour soutenir des événements au sein de la communauté. D’autres visent à être reconnus pour leur excellence musicale. Certains groupes peuvent jouir d’une bonne réputation au sein de leur communauté et de la région, alors que d’autres jouissent d’une plus grande renommée, avec des contrats d’enregistrement, des sites Web, des CD et des chansons vendues sur iTunes. Chaque membre d’un groupe de tambour participe à un pow-wow pour ses propres raisons, que ce soit pour la fierté par rapport à sa culture autochtone, le sentiment d’appartenance à un groupe, ou encore le plaisir de jouer de la musique avec des confrères et consœurs.

Les musiciens tirent une grande fierté de la joie qu’ils procurent aux gens qui écoutent leur musique et dansent au rythme de celle-ci, et ils comprennent l’importance de la musique dans les pow-wow pour la revitalisation culturelle des Premières Nations dans l’ensemble du Canada. Les chanteurs de pow-wow sont très appréciés par leurs familles et les communautés pour leur talent et leur contribution musicale à ces rassemblements sociaux et spirituels. De plus, par l’entremise de leur musique, ils partagent leurs connaissances culturelles avec un publicautochtone comme nonautochtone, ce qui favorise les liens interculturels.

Noms des groupes de tambour

Le nom des groupes de joueurs de tambour se fonde parfois sur la communauté d’origine ou un nom de famille. Un nom peut également être choisi pour la signification particulière qu’il a pour un des membres du groupe. Parmi les groupes les plus connus qui participent aux pow-wow, on compte notamment Northern Cree Singers, Bear Creek Singers, Black Bear Singers, Red Bull, Midnite Express, The Boyz et Young Spirit.

Northern Cree n’est qu’un exemple parmi les nombreux groupes de joueurs de tambour de grande renommée. Existant depuis plus de 30ans, le groupe originaire de la Première Nation de Saddle Lake Cree, près d’Edmonton, en Alberta, a reçu de nombreux prix pour ses enregistrements musicaux. Il a souvent fini en première place et a été nommé « meilleur groupe de tambour » lors de nombreuses compétitions dans le cadre de différents pow-wow en Amérique du Nord. Northern Cree constitue ainsi une source d’inspiration pour de nombreux autres groupes et musiciens de pow-wow.

Jouant depuis plus de 25ans, les Red Bull Singers possèdent également des antécédents de longue date en tant que groupe de tambour de pow-wow. Originaire de la Nation crie de Little Pine, près de North Battleford, en Saskatchewan, les membres des Red Bull Singers sont des musiciens de pow-wow très respectés. Ils ont également acquis une certaine notoriété grâce à leur participation à l’enregistrement de la chanson Darling Don’t Cry, coécrite par Buffy Sainte-Marie et Edmund Bull, une chanson de danse en rond qui a remporté un prix Juno.

Parmi les groupes de joueurs de tambour jouissant d’une grande renommée dans leur région, citons les Sitting Bear Singers de Wikwemikong, en Ontario, les Ottawa River Singers d’Ottawa, en Ontario, les Eastern Eagle, un groupe mi’kmaq de la Nouvelle-Écosse, et les Black Bear Singers, un groupe de tambour de Manawan, au Québec. Les groupes jouent lors de pow-wow, d’événements communautaires, de rassemblements publics et de réunions privées en appui aux causes autochtones au Canada.