D’un point de vue historique, le potlatch était une cérémonie de remise de cadeaux très élaborée et régie par des rites précis commune à la plupart des peuples autochtones de la côte nord-ouest. Ce rituel était aussi commun dans les groupes dénés ou athapascans de l'intérieur du subarctique de l'Ouest, mais les pratiques et la formalité variaient entre tous les groupes. Ces communautés autochtones organisaient des potlatchs pour souligner des événements sociaux d'importance comme les mariages, les naissances et les funérailles.

Fonction du potlatch

Le potlatch, du mot chinook patshatl, a pour fonction de conférer un statut et un rang à des individus ou à des groupes et des clans apparentés, et de revendiquer des noms, des pouvoirs et des droits sur des territoires de chasse et de pêche. Les individus hauts-gradés accumulent, au fil du temps, voire pendant des années, des richesses sous forme de biens d'utilisation courante comme des armes à feu, des couvertures, des vêtements, des coffres en cèdre sculpté, des canots et de la nourriture et des symboles de prestige comme les esclaves et les cuivres. Les hôtes offrent ensuite ces biens à leurs invités en guise de présents. Ils peuvent aussi les détruire avec grande cérémonie pour démontrer une générosité, un statut et un prestige supérieurs à leurs rivaux. Un grand potlatch peut durer plusieurs jours et comporter un festin, des danses des esprits et des représentations théâtrales.

Interdiction du potlatch

En plus d'avoir des fonctions de redistribution économique et de filiation, le potlatch maintient la solidarité communautaire et les relations hiérarchiques au sein des bandes et des nations et entre celles-ci.gouvernement fédéral intolérant adopte une modification à la Loi sur les Indienspour interdire le potlatch de 1884 à 1951, soi-disant parce que le traitement de la propriété personnelle est perçu comme étant gaspilleur, irresponsable et anti-chrétien. En adoptant cette stratégie d’assimilation, le gouvernement et les partisans de l'interdiction n'ont pas compris l'importance symbolique du potlatch et sa valeur communale (et individuelle) d'échange économique.

Le dernier grand potlatch, celui de Daniel Cranmer, un Kwakwaka’wakw d'Alert Bay, en Colombie-Britannique, a lieu en 1921. Les biens sont saisis par des agents du ministère des Affaires indiennes et des accusations sont déposées. Au moment de l'abrogation de l'interdiction en 1951, surtout en raison de la difficulté à l'appliquer et du changement des mentalités, les identités autochtones traditionnelles s'étaient effritées et les relations sociales étaient perturbées.

Le potlatch aujourd'hui

De nos jours, les potlatchs sont à nouveau célébrés afin de revitaliser les coutumes et les traditions ancestrales, droit maintenant garanti en vertu de l'article 35 de la Loi constitutionnelle canadienne (1982). Toutefois, les événements n'ont plus l'ampleur qu'ils avaient par le passé.