Les Autochtones utilisent la pompe foreuse pour forer des trous dans des matériaux comme le bois, les coquillages, les os et la pierre. Les outils électriques modernes remplacent la pompe foreuse après le XIXe siècle. Toutefois, certains bijoutiers et artisans spécialisés l'utilisent encore.

Histoire

De tout temps, la pompe foreuse a été utilisée par les Inuits, les peuples autochtones du sud-ouest des États-Unis et les Haudenosaunee (Iroquois). On croit que l'outil pourrait être arrivé en Amérique du Nord depuis le nord de l'Asie, où il était aussi assez commun. Il est surtout utilisé pour forer des trous dans des pierres dures pour des projets de construction et dans des os et des coquillages pour fabriquer des bijoux.

Fonction

La foreuse consiste en une traverse percée d'un trou dans lequel passe un arbre (axe). Des cordes sont attachées au sommet de l'arbre et aux deux extrémités de la traverse. Lorsque celle-ci est poussée vers le bas, l'arbre se met à pivoter, aidé par les cordes. Étant donné que l'arbre ne pivote pas assez vite pour rembobiner les cordes, il est muni d'un volant servant à les rembobiner et à maintenir l'arbre en rotation, d'abord dans un sens, puis dans l'autre. L'arbre est coiffé d'un chapeau qui permet à l'utilisateur d'accroître la pression vers le bas sur la foreuse.

Utilisation contemporaine

Après le XIXe siècle, la pompe foreuse est remplacée par des outils électriques modernes. De nos jours, la pompe foreuse est encore utilisée par certains bijoutiers, charpentiers et artisans.