Pierre précieuse

 Le terme pierre précieuse s'applique à une matière organique, rocheuse ou MINÉRALE, utilisée comme parure personnelle ou comme ornements. Une gemme est le produit fini taillé et poli. La plupart des pierres précieuses sont des minéraux : une centaine des 3800 espèces de minéraux connues ont des variétés de gemmes, mais seulement 25 d'entre elles sont mises en marché couramment. Les principaux attributs des pierres précieuses sont la beauté, qui vient de leur couleur, de leur éclat, de leur forme, de leur texture ou de leur capacité à réfléchir la lumière, la durabilité, en ce sens qu'elles sont assez dures pour résister à l'abrasion, à la cassure ou à la décomposition, et la rareté, une qualité qui augmente la valeur et la demande. Le diamant possède ces attributs à un degré exceptionnel, surpassant toutes les autres pierres précieuses connues.

Diamant du Canada

La première mine de DIAMANT du Canada - la mine d'Ekati, près du Lac de Gras, dans les T.- N.-O. - a commencé à produire en 1998. La plus grande partie de la production de diamants est exportée, mais un petit pourcentage demeure au Canada pour être taillé. Une partie des premiers diamants extraits à Ekati ont été taillés par une firme de Victoria, en C.-B., qui a produit des gemmes brillantes finement taillées pesant jusqu'à un carat.

Utilisation historique

Le jade néphritique était très prisé par les AUTOCHTONES de la côte Nord-Ouest de la Colombie-Britannique il y a déjà 3000 ans. Il y a de 500 à 700 ans, les INUITS de l'ÎLE D'ELLESMERE taillaient, façonnaient et foraient des nodules d'ambre pour former des perles rondes ou ovales. Ils sélectionnaient les matériaux plus clairs, de qualité gemme, qui seraient issus de l'érosion des couches de CHARBON tertiaires (de 65 millions à 1,65 million d'années) le long des rives du lac Hazen, où on trouve encore de l'ambre aujourd'hui.

Les Inuits façonnaient aussi l'ivoire en perles et en artefacts. Il y a 7500 ans, les peuples de CULTURE ARCHAÏQUE des Maritimes sur les côtes du LABRADOR se servaient de l'ivoire pour fabriquer des outils. La première pierre précieuse à être exportée du Canada serait l'améthyste de la Nouvelle-Écosse dont des cristaux ont été présentés au roi Henri IV de France par le sieur De Monts alors qu'il était gouverneur de l'Acadie, et un d'entre eux fait partie des joyaux de la Couronne de France.

Utilisation moderne

L'utilisation moderne des pierres précieuses du Canada a commencé au XIXe siècle. La mise au jour de gisements de pierres précieuses au cours d'explorations géologiques a attiré les lapidaires amateurs qui ont taillé ou sculpté et puis poli la matière brute, faisant ainsi ressortir sa beauté et la transformant en gemme ou ornement. Le Canada ne possède pas de dépôts de pierres précieuses classiques comme le diamant, le rubis, l'émeraude ou le saphir, mais il peut compter sur un assortiment de pierres précieuses moins connues, mais tout aussi intéressantes. Leur valeur intrinsèque est relativement faible, mais dans les mains expertes d'un artisan ou d'un joaillier créatif, leur beauté inhérente peut se manifester et leur valeur augmenter.

Extraction

L'extraction des pierres précieuses au Canada est une activité pratiquée comme passe-temps ou dans un but commercial. L'EXPLOITATION MINIÈRE commerciale se fait seulement à petite échelle, souvent au cours d'expédition en solitaire, et de manière sporadique, suivant les fluctuations de la demande. Les plus grandes et les plus importantes exploitations commerciales ont trait au jade néphritique récupéré des dépôts alluviaux et des affleurements rocheux. La production des récentes années provient des régions du mont Sidney Williams, du mont Ogden, du lac Cry et du lac Dease, en Colombie-Britannique, et de la région du lac Frances, au Yukon. La majorité du jade est expédié dans les centres de taille de l'Orient. Le Canada est le premier producteur mondial de jade néphritique.

Diverses petites exploitations commerciales sont également menées de manière intermittente : l'améthyste près de THUNDER BAY; la sodalite et le quartz rose, près de Bancroft (Ontario); la labradorite, dans l'île de Tabor, dans les îles limitrophes et sur la côte du Labrador; l'amazonite (microcline), près d'Eganville (Ontario) et au Lac-Saint-Jean (Québec); la rhodonite en divers emplacements de Colombie-Britannique; et l'opale à Okanagan (C.-B.). La production est expédiée aux fournisseurs américains et aux centres de taille de l'Orient et de l'Europe. Une petite quantité est distribuée sur le marché intérieur pour les lapidaires amateurs et quelque 200 détaillants de minéraux et de pierres précieuses du Canada. Les produits exportés reviennent souvent aux fournisseurs et aux détaillants sous forme de pierres taillées non montées, de perles, de bijoux ou d'objets ornementaux, et seuls les géologues ou les connaisseurs de pierres précieuses du Canada peuvent en déceler l'origine.

L'ammolite, une pierre précieuse de LETHBRIDGE (Alberta), fait exception du fait qu'elle est extraite et transformée en pierres prêtes à être utilisées en joaillerie par une opération intégrée. La plus récente pierre précieuse du Canada a été découverte à la fin des années 70 et provient de la coquille irisée d'ammonodes céphalopodes (cephalopoda ammonoidea), des ammonites fossilisées du crétacé (144,2 à 65 millions d'années). La pierre finie, mosaïque opaline aux couleurs éclatantes, est surtout vendue aux manufacturiers et aux joailliers du Japon, du Canada et des États-Unis. Sur le marché, elle est connue sous le nom de calcentine et korite.

Les pierres précieuses destinées au marché intérieur sont produites par les lapidaires amateurs ou qui travaillent sur commande et par les joailliers. Les techniques de taille, de façonnage et de polissage de la matière brute sont essentiellement les mêmes que celles utilisées dans le monde depuis environ 500 ans. Les pierres précieuses transparentes sont facettées et taillées, parfois en surfaces planes (facettes) comme pour le diamant. La matière translucide et opaque est taillée en forme de cabochon, qui présente une base plate et un dessus dômé. La matière qui n'est pas de qualité gemme est façonnée en sculptures et en ornements (voir ART INUIT).

 L'extraction non commerciale, qui se pratique au cours d'excursions menées en solitaire ou par un club de lapidaires, est effectuée par des lapidaires amateurs qui traitent eux-mêmes la matière. Ils choisissent la matière brute à partir des affleurements rocheux ou dans les mines et les carrières abandonnées. Dans certains cas, comme pour la mine Cassiar ASBESTOS en Colombie-Britannique, la mine d'amiante Jeffrey à ASBESTOS (Québec) et la mine Geco de métaux communs à MANITOUWADGE (Ontario), les pierres précieuses (jade néphritique, grenat essonite et iolite, respectivement) sont récupérées par les mineurs ou les géologues travaillant dans les grandes exploitations minières. Ces pierres précieuses sont considérées comme des pierres de collection. Dans les exploitations de sable aurifère du Yukon, les plus grosses pépites d'OR sont réservées pour l'INDUSTRIE DE LA BIJOUTERIE ET DE L'ARGENTERIE.

 Les gemmes les plus communes et les plus populaires sont le quartz, l'agate et le jaspe, provenant d'emplacements en Colombie-Britannique, en Alberta, au Manitoba, dans la région du lac Supérieur, en Gaspésie et à la BAIE DE FUNDY; l'améthyste de la Nouvelle-Écosse; et le bois pétrifié de la Colombie-Britannique et de l'Alberta. Parmi les pierres précieuses de collection moins courantes, il y a l'ambre de l'Alberta, l'idocrase de la Colombie-Britannique, les feldspaths de l'Ontario (perthite et péristérite pierre de lune), le scapolite du Québec, la xonolite et l'ivoire de Terre-Neuve ainsi que la saponite et la lapis-lazuli des Territoires du Nord-Ouest.

Ces pierres de collection se présentent habituellement sous forme de pierres non montées dans les joailleries ou sous forme de sculptures dans les expositions d'objets d'art. Il existe aussi une centaine de clubs de lapidaires et d'amateurs de minéraux au Canada et, chaque année, certains d'entre eux organisent des expositions de gemmes et de minéraux. Les sculptures et bijoux façonnés par les peuples autochtones sont souvent vendus dans les coopératives.

L'industrie traditionnelle des gemmes du Canada est modeste sur le plan de la variété et de la production. Elle soutient toutefois les intérêts lapidaires locaux et l'industrie touristique. Cette situation connaît un changement spectaculaire avec la production récente de diamants dans les T.-N.-O. Comme il est prévu que davantage de mines de diamant soient exploitées au cours des prochaines années, on s'attend à ce que le Canada se classe parmi les plus grands producteurs de diamants au monde.