Les Pétuns (« tabac ») sont un peuple de langue iroquoienne très apparenté aux Hurons, vivant dans la région de Collingwood, en Ontario, dans la première moitié du XVIe siècle. Ce sont les Français qui leur donnent le nom de Pétuns, parce qu'ils se distinguent en tant que cultivateurs de tabac. À l'arrivée des Européens, ils occupent de huit à dix villages en aval de l'escarpement du Niagara le long de la côte Sud-Ouest de la baie Géorgienne. On ne connaît pas leur nombre exact avant l'arrivée des Européens, mais on l'estime à plusieurs milliers.

Les Pétuns sont peu différents des Hurons, qui vivent à un jour de voyage au nord-est. Les relations historiques et les études archéologiques portent à croire que l'origine du peuple pétun est relativement récente et qu'il a été formé à la fin de la préhistoire par l'union de groupes de langue iroquoienne partis de la Huronie vers l'ouest et d'autres groupes iroquoiens des régions actuelles de Toronto et de Hamilton. Ils entretiennent des relations commerciales avec les Neutres et les Hurons, ainsi que les Outaouais et les Nipissings, de langue algonquienne. En 1649, ils sont massacrés ou dispersés par les Iroquois en même temps que les Hurons. Les survivants se joignent aux réfugiés hurons et font de longs voyages dans le Midwest des États-Unis. Dans les années 1850, ils finissent par s'établir en Oklahoma, où des descendants des deux groupes vivent maintenant sous le nom de Wyandot, une variante du nom que les Hurons se donnaient eux-mêmes à l'origine.

L'histoire rapporte que les Pétuns comptaient deux tribus, les Loups et les Cerfs, et que chacune avait son village principal ainsi que plusieurs villages ou hameaux secondaires. Les villages, entourés de palissades, étaient occupés à longueur d'année et comptaient de nombreuses maisons longues. Ils cultivaient le maïs, les haricots et la courge, en plus de chasser et de pêcher. Les Pétuns sont l'un des peuples autochtones les moins connus, en partie parce qu'ils étaient peu nombreux, mais surtout parce que la Confédération huronne, plus nombreuse et d'une plus grande importance politique, a davantage attiré l'attention des Européens au XVIIe siècle.

Voir aussi Autochtones : les forêts de l'Est et les articles généraux sous la rubrique Autochtones.