Penetanguishene

Penetanguishene, ville de l'Ontario; pop. 9111 (recens. 2011), 9354 (recens. 2006), const. en 1882. Penetanguishene est située à la tête de la baie Penetanguishene, une anse du sud de la BAIE GEORGIENNE, à environ 150 km par la route au nord de Toronto. Le nom provient du mot Ojibwa signifiant « lieu des sables blancs vallonnés », en référence à ses plages.

Étienne BRULÉ et Samuel de CHAMPLAIN en sont les premiers visiteurs européens. Ils créent des liens entre la Nouvelle-France et les HURONS. En 1793, le lieutenant-gouverneur, John SIMCOE, reconnaît le potentiel stratégique de ce site, qui devient une base maritime des lacs du nord en 1817. L'armée et la marine y sont présentes jusqu'en 1856. Beaucoup de vétérans de l'armée d'Angleterre décident d'y rester à leur retraite. L'établissement de commerçants de fourrures et de voyageurs (provenant de l'île Drummond, 1828) et d'agriculteurs du Québec (dans les années 1840) en fait une collectivité bilingue. Son caractère bilingue demeure aujourd'hui puisque 15 p. 100 (recens. 2001) de la population parle encore français.

Les dix-neuf établissements historiques de l'armée et de la marine du Havre de la découverte ont été restaurés et constituent aujourd'hui, avec les répliques grandeur nature du HMS Bee et du HMS Tecumseth, l'un des principaux lieux touristiques de la HURONIE. L'industrie de la coupe du bois du 19e siècle a cédé la place à une économie reposant sur le tourisme et les industries légères.