Vie

Pendant presque toute sa vie, Parr suit un mode de vie nomade traditionnel avec sa femme, Eleeshuse. Ils ont neuf enfants, dont plusieurs deviendront aussi des artistes. En 1961, un grave accident de chasse force Parr à s’installer à Cape Dorset. En 1960, Terrence Ryan, un jeune étudiant en art formé à l’Ontario College of Art, lui propose de se mettre au dessin. Suivant ses conseils, l’ancien chasseur commence donc à dessiner à l’âge de 68 ans, utilisant d’abord des crayons à mine de graphite avant d’adopter les crayons de couleur, puis les crayons-feutres. Pendant sa courte carrière artistique, il produit plus de 2 000 dessins et offre 34 gravures aux collections annuelles de gravures de Cape Dorset.

Art

Dans un dessin sans titre datant de 1962, un morse, deux phoques et un renard courent d’un bout à l’autre d’une page blanche tandis que des oies se tiennent derrière eux. Dans La chasse au morse (1963), désormais célèbre, trois chasseurs (dont un qui tient ce qui semble être un télescope rudimentaire) représentés par des silhouettes floues marchent dans la même direction, mains ouvertes. Contrairement à la plupart des artistes inuits, Parr ne montre guère d’intérêt pour les mythes et légendes de sa culture, préférant dessiner des chasseurs et des animaux. Les dessins de cet homme né au 19e siècle offrent une perspective unique sur la vie des hommes inuits à une époque où le contact avec les Européens n’avait eu que des conséquences minimales sur leur mode de vie.

L’œuvre de Parr n’est guère appréciée de son vivant, étant généralement considérée comme grossière et enfantine. Ce n’est qu’après sa mort que l’œuvre de Parr sort de l’obscurité, et en 1977, l’une de ses gravures publiées à titre posthume, intitulée Hunters of Old, est sélectionnée par Poste Canada pour un timbre-poste. Jusqu’à présent, deux expositions ont été entièrement consacrées à l’œuvre de Parr : Parr: His Drawings, organisée en 1988 par Marion E. Jackson à l’Université Mount Saint Vincent à Halifax, en Nouvelle-Écosse, et Du Crayon au Papier. Les premiers dessins de Parr, présentée en 1997 au Musée des Beaux-arts du Canada à Ottawa, en Ontario. Son œuvre a aussi été incluse dans des expositions de dessins et de gravures inuits au Canada et ailleurs.

Voir aussi Art inuit.