Le parc national Tuktut Nogait (créé en 1998, 18 181 km<SUP>2<SUP>) est le fruit des efforts des Inuits de Paulatuk, dans les Territoires du Nord-Ouest. Ils souhaitaient la création d'un parc national afin de protéger les aires de mise bas des CARIBOUS de la toundra du troupeau du lac Bluenose, essentiels à leur mode d'existence. L'accord de la création du parc dans la région de la réserve Inuvialuit est signé en 1996; sa création officielle a lieu deux ans plus tard. En 2005, le parc national Tuktut Nogait est étendu vers le sud grâce à l'ajout d'une petite partie de la région de la réserve Sahtu. Lorsque le Nunavut est créé, en 1999, la limite orientale du parc national est intégrée à la frontière entre les Territoires du Nord-Ouest et le Nunavut. La majeure partie de sa limite septentrionale suit le golfe Amundsen, situé à 20 km au nord. « Tuktut Nogait » signifie « petits du caribou » en inuvialukton.

Historie naturelle

Situé dans les collines Melville, à 40 km à l'est de Paulatuk, le parc national Tuktut Nogait offre un paysage de toundra vallonnée qui est profondément creusé par les rivières Brock, Hornaday et Roscoe. Les zones de plus haute altitude n'ont pas subi la glaciation durant la dernière ÉPOQUE GLACIAIRE, c'est une des deux seules régions de l'Arctique à y avoir échappé. Outre le caribou, la région abrite des bœufs musqués, des loups, des renards et un grand nombre d'oiseaux de proie (éperviers, faucons et aigles). Le plus grand prédateur est le grizzly. De 1968 à 1986, l'omble chevalier est suffisamment abondant dans le système de la rivière Hornaday pour soutenir une pêche commerciale. Aujourd'hui, la rivière Hornaday continue de soutenir la pêche de subsistance de l'omble chevalier pour les résidents de Paulatuk. Parmi les autres espèces de poissons, on retrouve l'ombre commun, le touladi (ou truite grise) et le corégone.

Histoire humaine

Le long des rivières du parc national Tuktut Nogait, il existe des preuves de l'occupation humaine au cours des 3000 dernières années. Aujourd'hui, les INUITS DU MACKENZIE continuent d'adhérer au mode de vie traditionnel de chasse, de pêche et de piégeage. Les accords concernant les REVENDICATIONS TERRITORIALES énoncent les droits de récolte de la population régionale à l'intérieur des limites du parc.

Le père Emile Petitot, missionnaire oblat, est le premier Européen à explorer la région. En 1868, il descend presque toute la rivière Hornaday, qu'il appelle Rivière la Roncière-le Noury, d'après un amiral et baron français. Les chutes situées dans la partie nord-ouest du parc, sur la rivière Hornaday, portent d'ailleurs toujours le nom de La Roncière. Il est probable que les trappeurs du renard arctique y soient actifs dans les années 1920 mais, à l'exception des Inuits, ils sont peu nombreux à avoir visité ce territoire isolé de l'Arctique. Le parc national Tuktut Nogait reste un site naturel vierge; les visiteurs qui s'y aventurent doivent être complètement autosuffisants. Le parc est accessible par bateau affrété ou à pied à partir de Paulatuk, ou encore par avion nolisé d'Inuvik ou de Norman Wells.