Pacheenahts

Les Pacheenahts ou Pacheedahts (« gens de l'écume-de-mer-sur-les-roches ») tirent leur nom du lieu de l'ancien village « p'aachiida », au fond de la baie de Port San Juan, dans le Sud-Ouest de l'île de Vancouver. La région entre Sheringham Point et Bonilla Point est maintenant reconnue comme leur territoire. Plusieurs bancs de pêche au large de la côte font aussi partie du territoire qu'ils revendiquent.

Les traditions varient au sujet de leurs origines. Selon certaines traditions orales, les Pacheenahts et les DITIDAHTS étaient, il y a très longtemps, un seul et même peuple qui vivait le long de la rivière Jordan. Une autre tradition semble indiquer que les Pacheenahts parlaient jadis la langue des Salish de la côte de Sooke. Dans les années 1850, des épidémies réduisent leur population à une soixantaine de personnes. Aujourd'hui, près de la moitié des 210 Pacheenahts vivent dans une réserve à Port Renfrew. Certains parlent encore le dialecte traditionnel pacheenaht de la langue nitinate (« ditidaht »).

À l'origine, les Pacheenahts étaient probablement, comme leurs voisins, les Ditidahts, un groupe local ou une alliance de groupes autonomes locaux n'ayant pas de structure tribale ou confédérative. Chaque groupe local comprenait un certain nombre de personnes occupant avec les chefs et leurs familles une région géographique particulière. Le groupe était désigné par le nom du lieu de son village principal.

Au début de l'ère historique, il y avait environ quatre villages pacheenahts, en plus de celui de Port San Juan. Au printemps, ils se dispersaient vers des camps de pêche saisonnière, où ils faisaient provision de flétans, de vivaneaux campêches et de morues, qu'ils séchaient pour l'entreposage. La pêche au saumon rouge se faisait d'avril à juillet. Dès septembre, ils regagnaient leur village d'hiver à l'intérieur des terres afin d'être prêts pour les montaisons automnales des saumons Steelhead, coho, chinook, à bosse et keta. Les coquillages constituaient une part importante de leur régime alimentaire. Comme d'autres bandes de la côte ouest de l'île de Vancouver, les Pacheenahts étaient aussi chasseurs de baleine. Le cerf, l'élan et les oiseaux aquatiques complétaient leur alimentation. Aujourd'hui, ils continuent de consommer leur nourriture traditionnelle.

Les membres de la bande pacheenaht sont surtout employés dans l'industrie forestière. Depuis 1994, les Pacheenahts, les Ditidahts et les Ohiahts assurent, conjointement avec Parcs Canada, la gestion, l'entretien, l'interprétation et la commercialisation du sentier de la Côte Ouest dans le parc national Pacific Rim.