L’Ordre du Canada, la plus haute récompense du système canadien de titres et décorations, a été institué le 1er juillet 1967, jour du centenaire de la Confédération. Tout Canadien peut être nommé membre (C.M.), officier (O.C.) ou compagnon (C.C.) de l’Ordre en reconnaissance de ses réalisations exceptionnelles ou de sa contribution exemplaire dans un grand secteur d’activité. C’est le gouverneur général qui procède aux nominations qui lui sont recommandées par le Conseil consultatif de l’Ordre. Ce dernier se réunit deux fois l’an, sous la présidence du juge en chef du Canada, afin d’étudier les candidatures présentées par la population. De 1967 à 2015, 6 530 personnes de tous les milieux ont reçu cette distinction honorifique.

Rangs

Lors de la création de l’Ordre en 1967, les deux seules distinctions offertes étaient le grade de compagnon et la Médaille pour services éminents. Il existe aujourd’hui trois catégories, au sein desquelles le nombre de nominations est limité : compagnon (dont le nombre ne dépasse jamais 165), décerné « en reconnaissance de réalisations exceptionnelles et du mérite au plus haut degré, en particulier dans le cadre de services rendus au pays ou à l’humanité »; officier (64 nominations au plus par année), octroyé « en reconnaissance de réalisations et du mérite remarquables, en particulier dans le cadre de services rendus au pays ou à l’humanité »; membre (136 nominations au plus par année), décerné « en reconnaissance de services distingués rendus à l’égard d’une collectivité, d’un groupe ou d’un domaine d’activité en particulier ». Précisons que le grade de compagnon peut être décerné seulement s’il y a une vacance, et que les titulaires du grade d’officier ou de membre peuvent être promus.

Sa Majesté la Reine est souveraine de l’Ordre. Quant au gouverneur général du Canada, il en est chancelier, compagnon principal ainsi que compagnon extraordinaire, et son conjoint (ou sa conjointe) est aussi nommé compagnon extraordinaire. Par ailleurs, un membre de la famille royale peut être fait compagnon, officier ou membre extraordinaire, et toute personne qui n’est pas un citoyen canadien peut être nommée compagnon, officier ou membre honoraire. Le gouverneur général peut nommer à titre de compagnons, d’officiers ou de membres honoraires au plus cinq personnes par année.

Les premiers ministres canadiens et les juges en chef de la Cour suprême du Canada sont généralement admis comme compagnons peu de temps après avoir quitté leur fonction.

Des groupes de personnes peuvent aussi recevoir l’Ordre du Canada. En 2014, le trio Rush (composé de Geddy Lee, Alex Lifeson et Neil Peart) s’est vu remettre l’insigne d’officier. C’était la première fois qu’un groupe plutôt qu’un particulier était choisi comme récipiendaire.

Insigne, port et devise

La remise d’insignes a lieu au printemps et à l’automne à Rideau Hall, la résidence officielle du gouverneur général à Ottawa. La médaille a la forme stylisée d’un flocon de neige à six pointes et se porte autour du cou par les compagnons et les officiers et sur la poitrine, du côté gauche, par les membres. Les récipiendaires peuvent placer après leur nom les initiales du grade auquel ils ont été nommés, soit C.C., O.C. ou C.M., et porter une petite reproduction de l’insigne sur leurs tenues de ville. La devise inscrite sur les médailles est Desiderantes meliorem patriam, ce qui signifie « Ils aspirent à une patrie meilleure ». L’insigne de l’Ordre du Canada a été conçu en 1967 par Bruce W. Beatty.

Il peut arriver exceptionnellement que l’insigne soit remis à un autre endroit que Rideau Hall si le récipiendaire n’est pas en mesure de se déplacer jusqu’à Ottawa. C’est ainsi qu’en 1980, le gouverneur général Edward Schreyer s’est rendu au chevet de Terry Fox pour lui remettre l’insigne de compagnon de l’Ordre et qu’en 2000, la gouverneure générale Adrienne Clarkson a décerné à Londres le titre de compagnon honoraire de l’Ordre du Canada à la reine mère Elizabeth afin de souligner le centième anniversaire de sa naissance. Des cérémonies d’investiture privées se tiennent aussi à l’occasion dans différentes régions du Canada.

Une personne cesse d’appartenir à l’Ordre à son décès. Toutefois, les récipiendaires qui meurent avant la cérémonie d’investiture sont toujours considérés comme membres de l’Ordre. Le gouverneur général peut aussi accepter la démission d’une personne ou encore prendre une ordonnance de révocation de sa nomination.

Controverses

Au fil des ans, certaines nominations ont fait l’objet de controverses. La plus célèbre est sans doute celle entourant la nomination du Dr Henry Morgentaler, en juillet 2008, « pour avoir donné aux femmes diverses options concernant leurs soins de santé, pour sa détermination à influencer les politiques publiques canadiennes et pour son rôle de chef de file au sein d’organisations humanistes et civiles ». Si cette reconnaissance du rôle du médecin dans la défense du droit des femmes à l’avortement est largement saluée, elle soulève cependant la critique de certains membres du parlement, des groupes anti-avortement et de différents leaders religieux. En guise de contestation, quelques membres de l’Ordre ‒ parmi lesquels se trouvent le cardinal Jean-Claude Turcotte, le père Lucien Larré, l’astronome René Racine, la pianiste et chef d’orchestre Jacqueline Richard et l’ancien chef de police Frank Chauvin ‒ retournent leur insigne et demandent à ne plus faire partie de l’Ordre. Leur démission est acceptée par la gouverneure générale Michaëlle Jean en 2009 et 2010.

Enfin, un récipiendaire peut être destitué si le Conseil consultatif recommande sa révocation à la suite d’une condamnation au criminel, d’une conduite portant atteinte à la réputation, à l’intégrité ou à la valeur de l’Ordre ou d’une sanction officielle comme une amende ou un blâme d’un organe d’arbitrage, d’une association professionnelle ou de toute autre organisation. Depuis 1967, sept personnes ont vu leur nomination à l’Ordre du Canada révoquée. Il s’agit de Robert Alan Eagleson, David Ahenakew, Tapishar Sher Singh, Steve Fonyo, Garth Howard Drabinsky, Conrad Black et Ranjit Chandra.