Orchestre symphonique de Winnipeg

Orchestre symphonique de Winnipeg. Avant la formation de l'OS de Winnipeg en 1946, plusieurs orchestres avaient été mis sur pied avec plus ou moins de succès.

1. Premiers orchestres

2. Orchestre symphonique de Winnipeg

1. Premiers orchestres. En 1880, le capitaine W.N. Kennedy, organiste à la Grace Church et ancien maire de Winnipeg (1875-76), fonda une société philharmonique. Il demanda à un certain professeur Hammerschmidt d'en être le chef, poste auquel succéda Joseph Hecker, un immigrant allemand qui alla bientôt s'établir aux É.-U. Cet ensemble fut la première société philharmonique des Prairies. Au cours de la même période, l'Apollo Club mit sur pied un orchestre de 35 instrumentistes. Au tournant du siècle, Alexander Scott dirigea une Winnipeg Orchestral Society et, peu avant la Première Guerre mondiale, Gustav Stephan tenta de créer un orchestre permanent. En mars 1918, John Waterhouse dirigea un orchestre composé de membres du Men's Musical Club et du Women's Musical Club dans l'ouverture Egmont et le Concerto « Empereur » de Beethoven avec le pianiste Arnold Dann, et la Symphonie « Jupiter » de Mozart. En 1920, au festival annuel de musique de la chambre de commerce, un OS de Winnipeg se produisit sous la direction d'Henri Bourgeault. En 1922, Arnold Dann (Angleterre, 1891 - États-Unis, 1964), qui enseigna la musique au Wesley College, fonda et dirigea la Winnipeg Choral and Orchestral Society. Cette même année, Charles Manning dirigea une série de concerts d'orchestre à l'Allen Theatre, avec Waterhouse comme violon solo. En 1923, Hugh Ross, l'un des premiers chefs venus d'Angleterre pour diriger le Winnipeg Male Voice Choir et le Choeur philharmonique de Winnipeg, forma le Winnipeg Orchestral Club qui donna cinq concerts par an jusqu'en 1927. En 1930, Peter Temple forma un OS de Winnipeg qui, au cours d'une unique saison et avec l'appui du Men's Musical Club, se produisit avec le Choeur philharmonique et joua au réseau radiophonique du CP. L'orchestre fut de nouveau actif de 1934 à 1936 grâce à Bernard Naylor. Un Summer Symphony Orchestra dirigé par Geoffrey Waddington, avec Albert Pratz comme violon solo, survécut également durant deux saisons (1939, 1940) avec le parrainage de la SRC et de l'union des musiciens. Ses activités furent interrompues par la Deuxième Guerre mondiale. D'autres orchestres, formés par d'éminents professeurs de violon de Winnipeg - George Rutherford, Philip Shadwick et John Waterhouse - et composés de leurs élèves et de quelques professionnels, furent également actifs dans la première partie du siècle. Néanmoins, durant de nombreuses années, Winnipeg dut compter sur les visites annuelles de l'OS de Minneapolis (voir Fred M. Gee) pour jouir d'une expérience symphonique régulière.

2. Orchestre symphonique de Winnipeg / Winnipeg Symphony Orchestra. Principal orchestre du Manitoba. En 1944, en prévision d'un orchestre symphonique permanent devant être créé pour les besoins de la SRC, la Winnipeg Civic Music League fut organisée. La ligue créa une compagnie conjointe à participation publique, Winnipeg Symphony Orchestra Ltd. En 1948, Walter Kaufmann devint le premier chef d'orchestre et le programme du premier concert de l'ensemble de 73 musiciens (16 décembre 1948, à l'ancien Winnipeg Auditorium) comportait deux de ses propres compositions. Après la saison initiale de 5 concerts, 10 concerts furent présentés annuellement, dont certains avec des solistes remarquables. La radio de la SRC commença en 1949 à diffuser beaucoup de ces événements. À la huitième saison de l'orchestre, une programmation comportant surtout des pièces du répertoire de base, de la musique populaire et des concerts pour enfants était devenue habituelle pour l'OSW. Après un intervalle où se produisirent des chefs invités, du début de 1957 au milieu de 1958, Victor Feldbrill succéda à Kaufmann comme chef d'orchestre et persuada le bureau de direction de constituer dans l'orchestre un noyau de quelque 45 instrumentistes engagés sur la base d'un contrat de 26 semaines par année. Ceci, ajouté à un accroissement de l'effectif de l'ensemble, fit qu'au cours des 10 années de mandat de Feldbrill, l'OSW put compter parmi les ensembles symphoniques à temps plein au Canada. Durant la même période, l'orchestre fut réputé pour son insertion régulière d'oeuvres canadiennes dans ses programmes. Feldbrill dirigea ou programma des oeuvres d'Adaskin, Archer, Beckwith, Betts, Eckhardt-Gramatté, Freedman, Greenberg, Keetbass, MacMillan, Mann, Matton, Mercure, Morawetz, Morel, Naylor, Papineau-Couture, Pentland, Pépin, Ridout, Sherman, Somers, Symonds, Turner, Weinzweig et Willan. Parmi ces oeuvres figuraient plusieurs créations : Symphonie n 4 de Pentland (1960), Sinfonia Concertante pour basson et cordes de Sherman (1961), Variations pour petit orchestre de Naylor (1961), Symphonie-Concerto pour piano et orchestre d'Eckhardt-Gramatté (1961) et Prelude and Fugue de Lionel Greenberg (1965). L'OSW emménagea au Manitoba Centennial Concert Hall en 1968 où il donna son premier concert lors des cérémonies inaugurales de la salle le 27 mars. George (Wolfgang) Cleve (Vienne, v. 1937; formé aux É.-U. et précédemment adjoint de George Szell à Cleveland) succéda à Feldbrill et, sous son mandat (1968-70), l'OSW prit en charge le Choeur philharmonique de Winnipeg et créa Celebrations pour orchestre de Victor Davies. Chef d'orchestre, pianiste et ex-enfant prodige, Piero Gamba (Rome, 16 décembre 1936) fut nommé dir. mus. en 1971 et Ruben Gurevich devint son adjoint en 1973. Gamba avait déjà dirigé comme chef permanent ou invité dans une quarantaine de pays, était dir. honoraire de neuf orchestres et avait enregistré avec plusieurs ensembles. Il avait remporté l'Arnold Bax Memorial Medal en 1962. Il fut particulièrement apprécié pour son habileté à diriger des accompagnements et il se produisit fréquemment comme soliste de concerto en dirigeant du clavier. Au milieu des années 1970, l'orchestre de 80 musiciens donnait annuellement, sous sa direction, 12 concerts doubles d'abonnement, 3 ou 4 concerts pop et plus de 25 concerts pour enfants, tandis que les liens avec le Choeur philharmonique permettaient l'exécution de la Messe en si mineur de Bach, la Missa solemnis et la IXe Symphonie de Beethoven, ainsi que la Symphonie de psaumes de Stravinsky. Gamba assura la création de la Symphonie n 2, « Manitoba », d'Eckhardt-Gramatté (1970, avec exécutions subséquentes lors de la première tournée de l'orchestre dans l'Est du Canada), du Concerto pour violon de George Fiala (1974) et du Concerto pour trompette d'Arthur Polson (1978). Polson devint le troisième violon solo de l'orchestre en 1966, succédant à Richard Seaborn (1948-60) et Lea Foli (1960-66). De brèves tournées ont été effectuées fréquemment, dans d'autres centres du Manitoba et villes américaines voisines et, au printemps de 1978, l'orchestre visita six villes ontariennes. En mars 1979, pour marquer le 15e anniversaire de l'organisation Symphonicum Europae, dont Gamba était prés., l'orchestre donna un concert gala au Carnegie Hall de New York.

Gamba démissionna en 1980 après une année au cours de laquelle la situation financière de l'orchestre, le déficit accumulé s'élevant à 900 000 $, suscita divers commentaires dans le public. Des chefs invités, dont Mario Bernardi, Boris Brott, Feldbrill et Ermanno Florio, furent alors engagés pour la saison 1980-81, et Franz-Paul Decker servit de conseiller artistique intérimaire durant la période de transition.

Kazuhiro Koizumi (Kyoto, Japon, 6 octobre 1949) fut dir. mus. de l'orchestre de 1983 à 1989. Formé à Tokyo et Berlin, il avait été chef adj. de l'Orchestre philharmonique du Japon sous Seiji Ozawa (1970-72) et dir. mus. du Nouvel orchestre philharmonique du Japon (1975-80). Sous Koizumi, l'orchestre excella dans l'interprétation de la musique de la fin du romantisme et présenta régulièrement des oeuvres majeures pour choeur et orchestre, y compris la Symphonie n 2 de Mahler, l' Oratorio de Noël de Bach et le Requiem de Fauré. Musically Speaking, une série de causeries précédant les concerts, fit ses débuts en 1982 et se poursuivait toujours en 1991. Sous la direction de Koizumi, l'OSW enregistra cinq disques et créa des oeuvres commandées aux compositeurs manitobains James Hiscott, Robert Turner, Michael Matthews, Kenneth Nichols et Sidney Robinovitch. Erich Kunzel, chef d'orchestre se consacrant à la musique populaire, commença à diriger régulièrement l'ensemble en 1981. Polson démissiona en 1986 et fut remplacé par Gwen Hoebig en 1987. Le successeur de Koizumi, Bramwell Tovey (Essex, Angl., 1953; B.Mus., Londres, 1975, A.R.A.M. 1990), devint le premier dir. artistique (plutôt que musical) de l'orchestre en 1989. Également pianiste et compositeur, il avait été dir. mus. du Scottish Ballet (1978-82), avait commencé à diriger le Sadler's Wells Royal Ballet en 1983, devenant son chef principal (1984-88), et était dir. artistique de la D'Oyly Carte Opera Company de Londres (1987-90). En septembre 1989, au moment de sa nomination à l'OS de Winnipeg, Tovey avait déjà dirigé tous les grands orchestres britanniques. Avec l'OSW, il a exécuté de nombreuses oeuvres canadiennes et a mis au programme des pages importantes de la musique du XXe siècle, telles que le War Requiem de Britten (avec le Choeur philharmonique de Winnipeg, le Mennonite Oratorio Choir et les Winnipeg Singers) et Le Sacre du printemps de Stravinsky (première exécution par l'orchestre, 18 mai 1990). Il a aussi dirigé du piano Rhapsody in Blue de Gershwin en février 1990. L'orchestre a continué, comme d'habitude, de confier périodiquement le rôle de soliste à des musiciens de ses propres rangs. En 1989-90, l'OSW présentait une série principale de 12 concerts d'abonnement, une série de 6 concerts précédés de causeries, une série de 6 concerts doubles pour enfants et une série de 5 concerts à Brandon (tradition inaugurée en 1981). Il a également parrainé une série de récitals et a produit des vidéos éducatifs. Avec un noyau de 67 musiciens en 1991, l'OSW était au centre de la vie musicale classique de la ville et sa programmation innovatrice lui a permis d'obtenir des appuis dans la population. La radio de la SRC a enregistré 11 des concerts de la formation au cours de la saison 1990-91, dont beaucoup ont été diffusés sur son réseau national. En 1990, l'orchestre a choisi son premier compositeur résident en la personne de Glenn Buhr pour une durée de deux ans, grâce à un programme financé par le CAC et le Manitoba Arts Council. En 1981 paraissait le premier numéro d' Overture, sa propre publication. Les gérants de l'OSW ont été James Henderson (1949-54), Lawrence Davis (1954-56), Stirling Dorrance (1956-58), Kent Hurley (1958-66), James Emde (1966-67), Leonard David Stone (1967-78), Mark Walker (1978-79), Tony D'Amato (1979-80) et Jack Mills (1980-85), à qui succéda Max Tapper. À la fin du mandat de Mills, l'orchestre n'avait pas de déficit, une situation que Tapper a su préserver.