Orchestre symphonique de Montréal

L'Orchestre symphonique de Montréal (OSM) est fondé en 1934 sous le nom de Concerts symphoniques de Montréal. C'est en 1979 qu'il devient l'Orchestre symphonique de Montréal. Le premier concert de ce quatrième orchestre établi à Montréal a lieu le 14 janvier 1935 à la Salle du Plateau, sous la direction du chef d'orchestre canadien Rosario Bourdon. Son premier directeur artistique est le Montréalais Wilfrid PELLETIER (1935-1940), suivi du chef d'orchestre belge Désiré Defauw (1941-1953).

D'éminents chefs d'orchestre invités le dirigent ensuite jusqu'à la nomination d'Igor Markevitch (1957-1961), sous la direction duquel l'orchestre acquiert un statut professionnel. Markevitch installe aussi la tradition consistant à commander une composition canadienne par an.

Sous la direction de Zubin Mehta (1961-1967), l'OSM est le premier orchestre symphonique canadien à entreprendre, en 1962, une tournée européenne. En 1963, il s'installe à la Place des Arts. L'OSM fait sa première tournée au Japon en 1970, où il retournera cinq fois sous la direction de Franz-Paul Decker (1967-1975). Il fait ses débuts aux États-Unis en 1976 au Carnegie Hall sous la direction de Rafael Frühbeck de Burgos, qui succède à Decker. Depuis 1982, l'OSM joue chaque année au Carnegie Hall sauf en 2003 où il n'est pas invité, apparemment parce qu'il n'a pas de directeur musical.

Charles Dutoit devient le directeur artistique de l'OSM en 1977. Le partenariat musical de Dutoit et de l'OSM est reconnu aujourd'hui comme étant un des plus réussis au monde. Liés par un contrat exclusif avec London/Decca de 1980 à 2002, Dutoit et l'OSM produisent plus de 75 enregistrements qui leur valent plus de 40 distinctions et prix nationaux et internationaux, dont le Grand Prix du Président de la République (France), le Prix mondial du Disque de Montreux, le Prix international des critiques de disques haute fidélité (the High Fidelity International Record Critics' Award), le Prix Amsterdam Edison, le Prix de l'Académie du disque du Japon, le Prix des critiques de musique d'Allemagne ainsi que de nombreux PRIX JUNO et de l'ADISQ (Félix). En 1996, l'OSM et Dutoit reçoivent leur premier prix Grammy (meilleur disque d'opéra) pour Les Troyens de Berlioz. En février 2000, Martha Argerich et l'OSM remportent le Grammy (soliste instrumentiste avec orchestre) pour les 1er et 3e Concertos pour piano de Prokofiev et le 3e Concerto pour piano de Bartòk. En 2000, l'OSM remporte aussi un prix Juno pour son enregistrement de La boutique fantastique de Respighi.

La fin des années 90 s'avère toutefois difficile. L'orchestre doit faire face à une diminution du nombre de ses abonnements, à un déficit, à une baisse substantielle des enregistrements et finalement, en 1998, à une grève des musiciens. Bien que cette dernière ne dure que trois semaines, les tensions qui sont créées ne se dissipent pas complètement. En 2002, alors que Dutoit entame des procédures de destitution contre deux des musiciens de l'orchestre, la direction de la Guilde des musiciens du Québec écrit une lettre ouverte critiquant le leadership de Dutoit, ce qui mène peu de temps après à la démission du directeur au beau milieu d'un déchaînement d'accusations venant des deux parties.

L'orchestre continue sans directeur musical pendant deux ans, dirigé par son principal directeur invité Jacques Lacombe, jusqu'à ce que Kent Nagano soit nommé au poste en 2004, avec entrée en fonction effective en 2006. Alors que les choses semblent s'améliorer pour l'OSM - le premier concert de Nagano remporte un Prix Opus - le conflit de travail refait surface et une deuxième grève des musiciens survient en mai 2005. Le conflit est réglé en octobre 2005 mais seulement après une lutte acrimonieuse et farouchement partisane entre les musiciens et la direction au cours de laquelle cette dernière semble l'emporter.

L'OSM a entrepris de nombreuses visites aux États-Unis, huit grandes tournées en Europe, quatre tournées en Extrême-Orient et des tournées en Amérique du Sud entre 1991 et 1998. C'est le premier orchestre canadien à avoir joué au Hollywood Bowl et aux festivals de Ravinia, de Tanglewood et de New York. En 2006, il se produit à l'extérieur du Canada pour la première fois en six ans lors d'un concert donné à Paris sous la direction de Nagano. En plus de ses concerts d'abonnements, depuis 1980, l'OSM présente chaque année un festival d'été.