Les Oneidas, qui forment la plus petite des cinq nations de la confédération des Iroquois, habitent un seul village près du lac Oneida dans l'État de New York, pendant la plus grande partie de l'époque historique. Ils ne comptent que trois clans matrilinéaires (Loup, Ours et Tortue). Neuf chefs oneidas siègent au conseil de la confédération. C'est peut-être un village oneida que Champlain attaque sans succès en 1615. Leur village est incendié par les Français en 1696. Contrairement à la plupart de leurs frères de la confédération et sous l'influence du missionnaire de la Nouvelle-Angleterre, Samuel Kirkland, les Oneidas se rallient à la cause des rebelles lors de la guerre de l'Indépendance américaine. Après la guerre, cependant, ils subissent les pressions des Américains qui veulent acheter leurs terres dans l'État de New York.

Une partie importante de la bande déménage au Wisconsin et, en 1839, un autre groupe de 242 personnes achète un lopin de terre près de London, en Ontario. De religion méthodiste et anglicane lorsqu'ils émigrent en Ontario, certains se sont joints depuis à la Religion de Handsome Lake. En 1996, 5887 Oneidas sont inscrits au Affaires autochtones et du Nord Canada.

Voir aussi Autochtones : les forêts de l'Est.