Territoire et population

Le territoire traditionnel des Nuchatlaht comprend une grande partie de l’île Nootka, du bras Nuchatlitz et une partie du bras Esperanza sur la côte nord-ouest de l’île de Vancouver, en Colombie-Britannique. Cette Première Nation gère 11 réserves qui s’étalent au total sur 92,20 ha. Oclucje, située à 12 km de Zeballos, est la principale réserve.

En 2017, on comptait au total 163 Nuchatlaht enregistrés, dont la grande majorité vit en dehors des réserves.

Vie traditionnelle

Jadis, les Nuchatlaht subsistaient principalement grâce à la pêche du saumon, du flétan et d’autres poissons locaux ainsi que la chasse de divers gibiers et la cueillette de plantes dans les terres. Ils se rendaient sur leurs sites de pêche à pied ou à bord de pirogues.

Société

Avant le contact avec les Européens, les Nuchatlaht sont disséminés au sein de groupes indépendants. Décimés par les maladies et les guerres, ces groupes ont fini par se rassembler et fusionner. Aujourd’hui, les Nuchatlaht sont dirigés par des chefs héréditaires (Ha’wilth) et des dirigeants élus.

Culture

Les Nuu-chah-nulth ont une riche culture cérémonielle, caractérisée par l’organisation de festins et d’activités telles que des chants, des danses, des concours et des représentations théâtrales (voir aussi Potlatch). Les Nuu-chah-nulth sont également réputés pour leurs magnifiques objets en bois, notamment leurs canots, leurs mâts totémiques, leurs maisons multifamiliales et bien d’autres produits fabriqués à la main à partir du bois de cèdre (voir aussi Art autochtone de la côte nord-ouest et Histoire de l’architecture : Autochtones).

Langue

Les Nuchatlaht parlent un dialecte dérivé du nuu-chah-nulth (nuučaan̓uɫ), le nuučaan̓uɫ du nord, ou plus simplement le nuchatlaht. En février 2016, Alban Michael, la dernière personne qui parlait encore couramment le nuchatlaht, est mort à l’âge de 89 ans. Il avait été élevé dans ce dialecte et n’avait appris l’anglais qu’au pensionnat indien, à Tofino. Avant sa mort, FirstVoices – une organisation qui s’est donnée pour mission de revitaliser les langues autochtones – a enregistré Alban Michael, qui prononce 1 124 mots et 612 phrases, dans leur base de données linguistiques (voir aussi Familles de langues autochtones de la côte du Nord-Ouest et Nuu-chah-nulth : Langue).

Religion et spiritualité

Le système de croyances nuu-chah-nulth est centré sur l’existence d’un créateur et d’esprits dont les pouvoirs peuvent être utilisés pour amener la paix et porter chance à la communauté. Les Nuu-chah-nulth croient que toute forme de vie est associée à un esprit, et qu’elle doit donc être respectée et appréciée. Les chamans se chargeaient de la santé spirituelle des gens en pratiquant la médecine traditionnelle et en organisant des rituels visant à guérir des maladies et à rétablir l’équilibre spirituel (voir aussi Autochtones : religion et spiritualité).

Histoire coloniale

Les Nuchatlaht entrent pour la première fois en contact avec des pêcheurs européens à la fin du 18e siècle. L’établissement d’un nombre de plus en plus important de colons européens sur leurs territoires traditionnels modifie profondément leur vie quotidienne. Forcés de rejoindre des réserves, les Nuchatlaht sont aussi obligés d’assimiler la culture chrétienne des Blancs par l’intermédiaire de politiques et de programmes fédéraux tels que les pensionnats indiens. La culture nuchatlaht a néanmoins survécu, malgré ces périodes sombres de l’histoire du Canada.

Revendications territoriales et droits

Les Nuchatlaht présentent en janvier 2017 leurs revendications territoriales portant sur leurs droits fonciers et leur titre de propriété sur leurs territoires traditionnels. L’avocat des Nuchatlaht, Jack Woodward, qualifie ce dossier d’« historique », car c’est le premier à s’appuyer sur la décision Tsilhqot’in (2014), par laquelle la Cour suprême du Canada avait accordé un titre autochtone. Le dossier est toujours en cours d’instruction.

Vie contemporaine

Les Nuchatlaht forment une des 14 nations représentées par le Conseil tribal des Nuu-chah-nulth, une association fondée en 1958 qui offre divers services aux près de 9 500 membres enregistrés, notamment des services de protection de l’enfance, d’éducation, de formation à l’emploi et d’autres initiatives socioéconomiques visant à soutenir la santé et le développement.

Tout comme d’autres nations du Conseil tribal des Nuu-chah-nulth, les Nuchatlaht sont actuellement engagés dans la quatrième phase de la négociation d’un traité (qui en compte six) en Colombie-Britannique pour obtenir leur autonomie gouvernementale.