Musée des beaux-arts du Canada

Le Musée des beaux-arts du Canada (autrefois appelé la Galerie nationale du Canada), situé à Ottawa, possède la plus remarquable collection canadienne de tableaux d'artistes canadiens et européens, de dessins et de photographies. Du temps qu'il était gouverneur général, le marquis de Lorne encouragea la création de l'Académie royale des arts du Canada et de la Galerie nationale du Canada. Le 6 mars 1880, il préside une exposition d'oeuvres réalisées par les futurs membres de l'Académie royale des arts (voir peinture). La collection se compose d'abord des morceaux de réception réalisés par les académiciens et de quelques dons. En 1913, la Galerie nationale peut enfin aspirer au même statut que les autres musées nationaux de l'Empire britannique; cette année-là, le Parlement vote une loi décrétant la constitution de la Galerie nationale. Un conseil d'administration présidé par Sir Edmund Walker est nommé, et confirme la nomination, en 1910, d'Eric Brown au poste de direction.

Walker et Brown s'intéressent tous deux à l'art canadien. Dès 1914, la Galerie achète des oeuvres de Tom Thomson. Les conservateurs qui suivront, notamment Robert H. Hubbard, J. Russell Harper, Jean-René Ostiguy, Pierre Théberge, Dennis Reid, Charles Hill et Jean Trudel, choisissent des oeuvres représentatives de l'art canadien ancien et contemporain. Ils font aussi l'acquisition de sculptures et d'oeuvres d'art décoratif. Plusieurs mécènes, parmi lesquels J.M. MacCallum, Vincent Massey, Douglas Duncan, MM. et Mmes Harry Jackman, Henry Birks et Blair Laing, offrent des oeuvres au Musée. Depuis la fin des années 1960, le musée collectionne des films et des vidéos (voir art vidéo).

Afin de situer l'art canadien dans son contexte, le Musée achète, dès 1907, des oeuvres d'art européennes contemporaines et plus anciennes, dont certaines remontent à la fin du Moyen-Âge. Malgré les fonds limités dont il dispose avant la Deuxième Guerre mondiale, le Musée fait d'importantes acquisitions, notamment des tableaux de Piero di Cosimo, Bronzino, Canaletto, Monet et Degas. Après 1945, des tableaux appartenant au prince du Liechtenstein s'ajoutent à la collection, y compris un Rembrandt, un Rubens et deux Chardin. Le Musée a aussi fait l'acquisition de toiles de la succession Vollard, dont des tableaux de Cézanne et des pastels de Degas.

Ces dernières années, quelques oeuvres d'art décoratif et d'importantes sculptures, y compris des marbres de Puget, de Bernini et de Canova se sont ajoutées à la collection. Sir Edmund Walker, lui-même collectionneur d'estampes, encourage le Musée à constituer une collection de dessins et d'estampes. Kathleen M. Fenwick, conservatrice du Musée de 1928 à 1968, poursuivra dans la même voie. En 1967, le Musée crée une section photographie, sous la direction de James Borcoman, alors conservateur. De 1978 à 1980, Max Tanenbaum fait don au Musée d'une importante collection de tableaux et de sculptures de l'Inde, du Népal et du Tibet.

Le Musée des beaux-arts du Canada a toujours eu conscience de son rôle au niveau national. Dès 1914, il organise des expositions itinérantes et accorde des prêts substantiels à d'autres musées partout au pays. Il assure la promotion de l'art canadien à l'étranger en participant, entre autres, à la Biennale de Venise, aux expositions de Tel Aviv et de Beijing. La recherche effectuée par le musée dans les domaines de la conservation et de l'histoire de l'art est exemplaire. Tous les médias - expositions, cinéma, télévision et radio - ont été utilisés pour faire connaître aux Canadiens et aux Canadiennes les collections du Musée et l'art canadien.

En 1968, la Galerie nationale du Canada est intégrée aux Musées nationaux du Canada. En 1982, la Société de construction des musées du Canada est fondée afin de construire un nouveau bâtiment destiné à abriter la Galerie nationale. En 1984, la Galerie prend le nom de Musée des beaux-arts du Canada. En 1990, le Musée des beaux-arts devient une société de la Couronne. Après avoir été logé pendant plus d'un siècle dans un espace prêté, le Musée s'est établi en 1988 dans un nouvel édifice conçu et réalisé par l'architecte Moshe Moshe Safdie. Pierre Théberge fut nommée directeur en 1998, remplaçant ainsi Mme Shirley Thomson.