Murray, James

 James Murray, officier militaire, administrateur colonial et premier gouverneur britannique de Québec (Ballencrieff, Écosse, 21 janv. 1721 ou 1722 -- Beauport House, près de Battle, Angl., 18 juin 1794). Murray commande un bataillon pendant le siège de LOUISBOURG en 1758 et est l'un des trois brigadiers de James WOLFE à Québec. Après la BATAILLE DES PLAINES D'ABRAHAM, il assure le gouvernement de la ville et fait face aux forces françaises invaincues en amont du fleuve Saint-Laurent. En avril 1760, le duc de LÉVIS avance sur Québec. La garnison de Murray, affaiblie par la maladie, attaque près de Sainte-Foy, mais est repoussée dans la ville assiégée jusqu'à l'arrivée des navires de guerre britanniques (voir BATAILLE DE SAINTE-FOY). En octobre 1760, Murray est nommé gouverneur militaire du District de Québec et, en novembre 1763, il est nommé gouverneur de la province. Il devient le premier gouverneur civil le 10 août 1764. Grand propriétaire foncier, il favorise les paysans francophones plutôt que les marchands anglais nouvellement arrivés. Il est peu enthousiaste à l'idée de tenir un assemblée législative, promise dans la PROCLAMATION ROYALE DE 1763, de peur que les Canadiens n'y soient pas admis pour des raisons d'appartenance religieuse.

En permettant l'usage des lois et des coutumes françaises devant les tribunaux, il se met à dos les marchands et est bientôt rappelé en avril 1766. Il quitte le Canada en juin de cette année. Bien que les accusations portées contre lui soient rejetées, il ne retourne pas au Canada, mais porte tout de même le titre de gouverneur jusqu'en avril 1768. Toutefois, ses dispositions administratives sont institutionnalisées dans l'ACTE DE QUÉBEC et sont un élément empêchant Québec de devenir la 14e colonie rebelle. De 1774 à 1782, Murray est lieutenant-gouverneur, puis devient plus tard gouverneur du Minorque, où il dirige une défense courageuse, mais sans succès, contre les forces assiégeantes franco-espagnoles.