Les mukluks sont des bottes faites de peau animale souple par les peuples inuits. Elles sont reconnues pour leur maniabilité et leur chaleur dans les environnements nordiques. Le terme « mukluk » vient du mot yupik « maklak », qui signifie « phoque barbu ». Il s’agit d’un animal essentiel aux vêtements autochtones du Nord.

Allure et fonction

Les mukluks sont des bottes étanches à l’eau fabriquées par les Inuits. Elles sont adaptées à la marche dans la toundra. Leur semelle de peau de phoque est cousue à une empeigne de peau de caribou. Les coutures sont à l’épreuve de l’eau, car elles sont invisibles en fil de babiche, ce dernier ne traverse les peaux qu’à moitié. En hiver et par temps froid, plusieurs paires sont portées simultanément.

Influence européenne

Au cours du XVIIe siècle, les explorateurs européens et les commerçants de fourrure adoptent les mukluks pour survivre dans la nature canadienne. Leur arrivée influence les techniques de fabrication autochtones en introduisant des matériaux, des techniques de couture et des styles aux vêtements traditionnels. À l’allure des mukluks s’ajoutent de plus en plus de glands, de motifs en perles et d’autres embellissements qui deviennent courants au fil du temps.

Utilisation contemporaine

Les mukluks traditionnelles sont encore produites, mais les styles modernes ont souvent des semelles en caoutchouc comme autre moyen de protection par temps de pluie. En plus d’avoir une fonction pratique, les mukluks peuvent aussi être des œuvres d’art.