Élevé dans la réserve des Six-Nations près de Brantford, en Ontario, et cofondateur du Committee to Re-Establish the Trickster, il fait des études à l'U. York et à l'U. de la Colombie-Britannique. Mécontent de l'aspect tragique de nombreuses descriptions des peuples autochtones, il dépeint plutôt dans ses pièces une culture organique et vivante. Ses pièces urbaines, Coyote City (1988), Big Buck City (1991) et Kyotopolis (1992), qui suivent dans leurs aventures un cercle de personnages toujours plus grand, donnent une forme dramatique aux processus par lesquels les autochtones peuvent commencer à guérir leurs blessures.

Dans Almighty Voice and His Wife (1991), pour en finir avec l'image de l'Indien tragique, Moses divise sa pièce en deux : dans le premier acte, il raconte l'histoire d'un héros folklorique cri de la Saskatchewan au XIXe siècle, puis, dans le deuxième acte, il saute sans transition dans un vaudeville grotesque où se mêlent insultes, clichés romantiques et calembours racistes.

On lui doit aussi deux recueils de poésie : Delicate Bodies (1980) et The White Line (1990). Il est aussi coéditeur de An Anthology of Canadian Native Literature in English (1992). (Voir aussi Almighty Voice).