Alanis Nadine Morissette, auteure-compositrice-interprète, productrice, actrice et activiste (née le 1er juin 1974 à Ottawa, en Ontario). Alanis Morissette compte parmi les auteurs-compositeurs-interprètes canadiens les plus reconnus à l’international. À l’adolescence, elle acquiert déjà une certaine notoriété au Canada en remportant plusieurs prix Juno. Elle se hisse par la suite au sommet des palmarès mondiaux avec son premier album international, Jagged Little Pill (1995), caractérisé par un style rock alternatif unique en son genre. Vendu à plus de 16 millions d’exemplaires aux États-Unis et 33 millions d’exemplaires dans le monde entier, ce premier album bat simultanément deux records, soit celui du premier album le plus vendu pour une interprète féminine aux États-Unis, et celui du premier album le plus vendu de l’histoire dans le monde entier. C’est également l’album le plus vendu de la décennie, et le premier album d’un artiste canadien à être vendu à plus de deux millions d’exemplaires au Canada. « Reine incontestée du rock alternatif » selon le magazine Rolling Stone, Alanis Morissette détient treize prix Juno et sept prix Grammy. Ses albums, dont Supposed Former Infatuation Junkie (1998), Under Rug Swept (2002) et Flavors of Entanglement (2008), se sont vendus à plus de 60 millions d’exemplaires dans le monde entier. Également actrice et activiste, Alanis Morissette a été intronisée au Temple de la renommée de l’industrie canadienne de la musique et au Panthéon de la musique canadienne, en plus de se voir décerner une étoile sur l’Allée des célébrités canadiennes.

Premières années et début de carrière

Alanis Morissette, fille d’une mère enseignante et d’un père directeur d’école, étudie le piano, le ballet et la danse jazz dès l’âge de six ans. Trois ans plus tard, elle écrit ses premières chansons. À onze ans, elle offre des prestations musicales dans les hôpitaux et les centres communautaires de la région d’Ottawa en compagnie de Dominic D’Arcy, policier et chanteur folk amateur. L’année suivante, elle joue dans une saison de You Can’t Do That on Television, une émission de télévision diffusée par la chaîne Nickelodeon.

Après avoir empoché une modeste subvention de la fondation FACTOR (Foundation to Assist Canadian Talent on Record) et profité des sages conseils des musiciens Lindsay Morgan et Rich Dodson (de la formation musicale The Stampeders) en matière de production, Alanis Morissette publie de façon indépendante son premier enregistrement simple Fate Stay With Me, une chanson rythmée, en 1987. Cet extrait, entendu régulièrement sur les ondes de la radio ottavienne, contribue à faire connaître la jeune musicienne dans la région. Plus tard la même année, Alanis Morissette conclut une entente promotionnelle avec Stephan Klovan et établit un partenariat avec Leslie Howe, membre de la formation musicale One To One et originaire lui aussi d’Ottawa.

Alanis (1991) et Now is the Time (1992)

Alanis Morissette signe son premier contrat discographique avec la compagnie de disques MCA (MCA Records Canada), sous la tutelle de John Alexander, du groupe Octavian d’Ottawa. Leslie Howe produit ensuite Alanis (1991), premier album sous étiquette de la chanteuse, de style danse populaire. Les extraits « Too Hot » et « Feel Your Love » ont rapidement propulsé l’album au niveau platine au Canada, conférant à Alanis Morissette un statut de vedette pop auprès des adolescents. D’ailleurs, à l’époque, nombreux sont ceux qui la qualifient de « Debbie Gibson canadienne ». Alanis Morissette présente le numéro d’ouverture pour Vanilla Ice en 1991, pour ensuite remporter le prix Junode l’interprète féminine la plus prometteuse de l’année en 1992. Son deuxième album, intitulé Now Is the Time (1992), présente encore une fois des mélodies entraînantes. Plus introspectif qu’Alanis, il ne connaît toutefois pas le même succès commercial que ce dernier.

Cherchant à élargir ses horizons en tant qu’auteure-compositrice, Alanis Morissette déménage à Toronto, où elle se joint à Songworks, un programme de composition musicale mis sur pied par la maison de disques Peer Music. En 1994, elle effectue un bref retour à la télévision et à Ottawa, animant l’émission Music Works sur les ondes de la CBC. Music Works, faisant connaître des artistes de la scène rock alternative dans un environnement acoustique non conventionnel, expose la jeune Alanis Morissette aux derniers courants artistiques.

Jagged Little Pill (1995)

Son contrat discographique canadien désormais échu, mais conservant ses liens avec la maison MCA, Alanis Morissette, suivant les conseils de son nouveau gérant Scott Welch, déménage à Los Angeles. Là-bas, elle fait la connaissance de Glen Ballard, auteur-compositeur, producteur et disciple de Quincy Jones, et de Guy Oseary. Ce dernier signe pour la chanteuse un contrat avec Maverick Records, maison fondée par Madonna.

Le premier album d’Alanis Morissette pour Maverick, Jagged Little Pill (1995), est une collection résolument personnelle de chansons rock alternatives interprétées dans un style vocal à la fois enflammé, intense et audacieux, style qui deviendra sa marque de commerce. Jagged Little Pill, album renfermant plusieurs chansons extrêmement populaires à l’échelon international (« You Oughta Know », « Hand in My Pocket », « All I Really Want », « Ironic », « You Learn » et « Head Over Feet », entre autres), connaît un succès fulgurant. Cet album, et plus particulièrement la chanson « You Oughta Know », avec ses paroles cinglantes d’une grande intimité, fait d’Alanis Morissette, artiste intelligente et articulée, une véritable porte-parole de sa génération.

Neil Strauss, critique du New York Times, dit alors d’Alanis Morissette qu’elle « représente la conscience du monde introverti du rock d’aujourd’hui au même titre que la musique folk avait donné une voix à la génération précédente, plus extravertie ». De son côté, Rolling Stone décrit Jagged Little Pill comme « la version 1990 de la chanson Tapestry de Carole King : une voix soft rock féminine qui remue toutes les douleurs du passé avec émotion et talent, touchant le cœur de tous ceux qui l’écoutent... Cette petite Canadienne exprime avec sa voix toute la gamme des émotions, unissant prodigieusement sensualité et rage, comme si c’était la chose la plus naturelle au monde. »

Jagged Little Pill demeure pendant 12 semaines au premier rang du palmarès Billboard, devenant le premier album d’une interprète féminine le plus vendu aux États-Unis (classé comme premier album aux États-Unis et à l’international en raison du fait que les enregistrements précédents d’Alanis Morissette n’ont pas été diffusés à l’extérieur du Canada). L’album, certifié platine ou supérieur, est le plus vendu dans 13 pays avec plus de 30 millions d’exemplaires vendus dans le monde entier. Il devient aussi le premier album d’un artiste canadien à recevoir la certification double diamant au Canada, avec des ventes de plus de deux millions d’exemplaires.

Jagged Little Pill fait fureur à la cérémonie de remise de prix Grammy de 1996, repoussant les limites pour Alanis Morissette qui récolte ce soir-là quatre prix parmi les plus convoités. En effet, en plus de devenir à ce moment-là la plus jeune artiste à remporter le prix Grammy de l’album de l’année, elle est récompensée dans les catégories « meilleure interprétation rock féminine », « meilleure chanson rock » et « meilleur album rock ». Jusque-là, on croit les prix Grammy trop grand public pour le rock alternatif parfois caustique d’Alanis Morissette. « You Oughta Know » est ainsi la première chanson, dans l’histoire des nominations aux prix Grammy, à contenir des propos grossiers, lesquels sont d’ailleurs censurés pendant la prestation acoustique de la chanteuse.

Après la publication de l’album Jagged Little Pill, Alanis Morissette entreprend une tournée d’un an et demi qui la verra passer du milieu des bars à de grandes salles de concert à guichets fermés, donnant 252 spectacles dans 28 pays différents. En 1997, la CBC présente le ciné-concert en direct Alanis Morissette in Concert, une production financée conjointement par Warner Bros. et l’équipe de gestion de la chanteuse. La vidéo Jagged Little Pill Live, produite par Alanis Morissette et Steve Purcell, remporte en 1998 le prix Grammy du meilleur long métrage musical. Jagged Little Pill est par la suite classé au 45e rang sur la liste des 100 meilleurs albums des années 1990 du magazine Rolling Stone. Selon certains, il s’agirait même du 12e album le plus vendu de tous les temps dans le monde entier.

Supposed Former Infatuation Junkie (1998)

Au bout d’une pause de deux ans consacrée à la découverte de l’Inde en compagnie de membres de sa famille et d’amis, à la spiritualité et aux triathlons, Alanis Morissette fait de nouveau équipe avec Glen Ballard pour enregistrer Supposed Former Infatuation Junkie (1998), un album introspectif aux influences orientales. Cet album de 17 chansons, illustrant sur sa pochette les huit préceptes du bouddhisme, se hisse instantanément au premier rang du palmarès Billboard, affichant les ventes les plus élevées une semaine après sa sortie pour une interprète féminine (469 055 exemplaires aux États-Unis et 2,2 millions d’exemplaires dans le monde entier). L’extrait principal de l’album, « Thank U », devient le cinquième enregistrement simple de la chanteuse (après Hand in My Pocket, Ironic, You Learn et Head Over Feet) à atteindre le premier rang au Canada, où l’album reçoit la distinction quadruple platine.

Supposed Former Infatuation Junkie, loin de connaître le succès monstre de Jagged Little Pill, reçoit en revanche un accueil dithyrambique de la presse. On lit dans Rolling Stone qu’« Alanis est une mégavedette qui sait comment donner à son insolence un style rock ‘n’ roll », ajoutant que « “Thank U, ” qui aurait facilement pu tomber dans la prétention la plus désastreuse, démontre plutôt le génie de la chanteuse, délicieusement prétentieux. » Entertainment Weekly louange les « talents vocaux à la fois élastiques et extatiques » d’Alanis Morissette, soulignant sa capacité à produire « un album vulnérable à cœur ouvert dans un monde commercial aux attentes toujours plus grandes. »

Les ventes de l’album Supposed Former Infatuation Junkie s’élèvent à plus de sept millions d’exemplaires dans le monde entier. L’album reçoit deux nominations aux prix Grammy, en plus de remporter les prix du meilleur album et du meilleur vidéoclip (« So Pure ») aux prix Juno de 2000. En 1998, on entend la voix d’Alanis Morissette dans deux extraits de l’album Before These Crowded Streets (1998) de Dave Matthews Band, ainsi que dans trois extraits de l’album Vertical Man (1998) de Ringo Starr. Sa chanson Uninvited, composée pour le film La Cité des anges, est en nomination aux prix Golden Globe et remporte les prix Grammy de la meilleure chanson rock et de la meilleure interprétation rock féminine.

Après une prestation au festival Woodstock de 1999 et une tournée en compagnie de la chanteuse Tori Amos l’été de la même année, Alanis Morissette publie un album tiré de la série Unplugged de MTV, sur lequel figure sa version de la chanson « King of Pain » de la formation musicale The Police. L’une des premières artistes à mettre la technologie audio de l’Internet au service de la promotion de la musique – et à influencer d’autres artistes à faire de même –, Alanis Morissette autorise en 1999 ses admirateurs à télécharger sa chanson gratuite et inédite, Your House, à partir de son site Web. La chanson est programmée pour être détruite 30 jours après son téléchargement.

Under Rug Swept (2002)

Après un renouvellement de contrat quelque peu houleux avec sa maison de disques, Alanis Morissette publie son cinquième album studio, Under Rug Swept, en février 2002. Produit par la chanteuse, cet album est également le premier à ne comporter que des chansons composées par elle. Alanis Morissette dit à son sujet qu’il « poursuit mon exploration acharnée des relations personnelles, parfois si sombres ». Dès sa sortie, l’album se classe au premier rang au Canada et aux États-Unis, décrochant également le statut platine au Canada. On y retrouve l’extrait « Hands Clean », numéro un instantané qui vaut à Alanis Morissette le prix Juno du meilleur producteur cette année-là. Vers la fin de l’année 2002, Alanis Morissette publie Feast On Scraps, un coffret DVD-CD sur lequel figurent huit chansons inédites des séances d’enregistrement de l’album Under Rug Swept.

So-Called Chaos (2004)

En 2004, Alanis Morissette anime la cérémonie des prix Juno à Edmonton, au cours de laquelle elle présente pour la première fois sa chanson « Everything », principal extrait de son sixième album studio, So-Called Chaos. Cet album, produit par Alanis Morissette, John Shanks et Tim Thorney, s’appuie sur les techniques de composition introduites dans ses albums précédents. À l’époque, Alanis Morissette dit de son inspiration qu’elle découle toujours de dialogues internes conscients et d’observations personnelles.

Album aux chansons rythmées traduisant à la perfection une certaine euphorie romantique — fort probablement attribuable à la relation amoureuse qu’elle entretient à ce moment-là avec l’acteur Ryan Reynolds, qu’elle remercie d’ailleurs dans le livret de l’album –, So-Called Chaos se classe au deuxième rang au Canada, au cinquième rang aux États-Unis et au premier rang du top 100 Billboard européen. Toutefois, les ventes de l’album ralentissent rapidement, et So-Called Chaos ne fait pas l’unanimité parmi les critiques. David Browne d’Entertainment Weekly écrit : « Encore une fois, Alanis Morissette nous offre des jérémiades sirupeuses et des tirades sarcastiques. Y ajouter des notes de cithare exotiques ne rend pas les chansons plus intéressantes. » De son côté, Thomas Erlewine d’AllMusic décrit l’album comme « le plus satisfaisant depuis la percée mondiale de l’artiste... cet album est plus lumineux, plus dense et plus entraînant que tous les albums précédents. Alanis Morissette a vraiment trouvé sa voix. »

Alanis Morissette passe l’été 2004 en tournée nord-américaine avec les Barenaked Ladies, présentant 22 spectacles. En 2005, elle publie deux albums : Jagged Little Pill Acoustic, un enregistrement acoustique soulignant le dixième anniversaire de son album à succès — vendu à l’origine exclusivement dans les cafés Starbucks —, et Alanis Morissette: The Collection, une compilation de ses plus grands succès renfermant une nouvelle chanson, « Crazy ». Cette version remaniée de la chanson à succès du chanteur britannique Seal se taille alors une place parmi les 40 meilleures chansons au Canada.

En 2006, Alanis Morissette est mise en nomination aux Golden Globe pour sa chanson Wunderkind, composée et enregistrée en deux jours seulement pour le film Le Monde de Narnia : Le Lion, la Sorcière blanche et l’Armoire magique (2005). En 2007, Alanis Morissette connaît un regain de popularité avec l’enregistrement d’une parodie de la chanson à succès My Humps, de la formation musicale Black Eyed Peas. La vidéo de la chanson est visionnée plus de 15 millions de fois sur YouTube.

Flavors of Entanglement (2008) et Havoc and Bright Lights (2012)

Le septième album studio d’Alanis Morissette, Flavors of Entanglement (2008), produit par Guy Sigsworth, spécialiste de la musique électronique ayant également collaboré avec Björk, Madonna et Britney Spears, marque un tournant musical pour l’artiste. Selon Billboard, l’album « combine de façon équilibrée des chansons du monde et des airs folk avec les sons expérimentaux pop du producteur Guy Sigsworth » et « ouvre une fenêtre sur les épreuves vécues par la chanteuse ces quelques dernières années ».

L’album, inspiré en grande partie de la rupture d’Alanis Morissette avec son fiancé Ryan Reynolds, reçoit un accueil généralement positif. Rolling Stone le décrit comme « un album qui vient du cœur, qui parle clairement du syndrome de stress ”post-romantique’’ », tandis que Montréal Gazette ne tarit pas d’éloges pour les « chansons fascinantes » et la « puissance » de l’album. On lit par contre dans USA Today que l’album « ne contient pas de chansons, mais bien une série de monologues d’auto-analyse », avec « des paroles trop intenses aux fioritures agaçantes ». L’album se hisse au troisième rang du palmarès canadien et au huitième rang du palmarès américain. Il est vendu à plus d’un demi-million d’exemplaires et remporte le prix Juno de l’album pop de l’année. Cet album marque également la fin du contrat de la chanteuse avec Maverick Records.

En 2012, Alanis Morissette publie Havoc and Bright Lights, son premier album avec la maison de disques Collective Sounds. Produit par Guy Sigsworth et Joe Ciccarelli (U2, Beck, Tori Amos), il se classe à sa sortie au cinquième rang du palmarès américain et au premier rang du palmarès canadien, malgré un accueil pour le moins mitigé de la presse. Alanis Morissette publie par la suite Live at Montreux 2012 (2013), un enregistrement en direct de son concert présenté au Montreux Jazz Festival en juillet 2012 en Suisse.

À l’aube du 20e anniversaire de la sortie de l’album à l’origine de son succès, Alanis Morissette annonce en 2013 qu’elle travaille à l’adaptation de Jagged Little Pill pour Broadway en collaboration avec Tom Kitt et Vivek Tiwary, producteurs de la comédie musicale American Idiot de Green Day. Cet anniversaire s’entoure également de rumeurs concernant la réédition de Jagged Little Pill, la compilation d’un album hommage et la publication des mémoires d’Alanis Morissette.

Carrière d’actrice

En 1999, Alanis Morissette fait ses débuts au cinéma dans le film Dogma de Kevin Smith, dans lequel elle donne la réplique à Matt Damon et à Ben Affleck. La trame sonore du film, composée par Howard Shore, comprend Still, chanson inédite de l’artiste. Souhaitant pousser plus loin sa carrière d’actrice, Alanis Morissette joue dans les productions expérimentales des Monologues du vagin (2000) et de The Exonerated (2003), ainsi que dans des épisodes des séries télévisées Sex and the City (2000), Curb Your Enthusiasm (2002) et American Dreams (2004). En 2004, Alanis Morissette revient au grand écran dans De-Lovely, une comédie musicale s’inspirant de la vie de Cole Porter, puis décroche des rôles récurrents dans les populaires séries télévisées Nip/Tuck (2006) et Weeds (2009-2010).

Vie personnelle

Alanis Morissette, victime des commentaires d’un dirigeant de maison de disques qui lui recommande de perdre du poids pour percer dans le milieu de la musique, parle ouvertement des problèmes d’anorexie et de boulimie qu’elle a vécus à l’adolescence. Elle dit que cette expérience l’a « grandement affectée et isolée ». Alanis Morissette raconte également avoir voulu, à l’adolescence, se protéger de « certains hommes qui utilisaient leur pouvoir d’une manière que je ne pouvais réellement comprendre à cet âge-là ». C’est un sujet qui a d’ailleurs servi d’inspiration à plusieurs de ses chansons, dont You Oughta Know, qui traiterait de sa relation avec Dave Coulier, vedette de Full House, et Hands Clean, évoquant une relation de plusieurs années que la chanteuse aurait nouée avec un dirigeant de maison de disques plus âgé qu’elle.

Alanis Morissette a obtenu sa citoyenneté américaine en 2005, conservant toutefois également sa citoyenneté canadienne. Ordonnée ministre de l’Église universelle en 2004, elle se fiance à l’acteur Ryan Reynolds en juin de la même année. Les fiançailles du couple sont toutefois rompues en février 2007, épreuve en grande partie à l’origine des chansons de l’album Flavors of Entanglement de la chanteuse. Alanis Morissette épouse le rappeur MC Souleye (de son vrai nom Mario Treadway) le 22 mai 2010. Elle donne naissance à un garçon, Ever Imre Morissette-Treadway, le 25 décembre 2010, racontant par la suite ouvertement les difficiles moments vécus aux prises avec une dépression post-partum.

Engagement social et activisme

Alanis Morissette appuie tout au long de sa carrière un grand nombre de causes d’ordre humanitaire et politique. Elle se produit en concert au Tibetan Freedom Concert de New York en 1997, pour prendre part à un échange culturel à Cuba l’année suivante. En 2001, à la demande de confrères du milieu de la musique, Alanis Morissette et Don Henley, auteur-compositeur-interprète américain, plaident devant le comité judiciaire du Sénat américain en faveur d’une plus grande implication des musiciens dans le débat qui fait rage entre les services musicaux en ligne et les maisons de disques. Alanis Morissette fait alors valoir les bienfaits que pourraient tirer les maisons de disques et les artistes d’une collaboration dans la mise au point des technologies, lesquelles facilitent la communication avec le public. « Dans la plupart des cas, ce soi-disant piratage [Napster] a bénéficié aux artistes », fait-elle alors remarquer. « Napster a contribué à élargir le public de certains artistes moins connus, ce qui s’est traduit par des gains financiers grâce à la vente de billets de concert et de marchandise. »

En 2001, elle met sur pied, avec le soutien de Jackson Browne, James Taylor et d’autres militants, la coalition New Power Project, exerçant des pressions contre les politiques du président George W. Bush en matière d’énergie. La même année, les Amis des Nations Unies décernent à Alanis Morissette le prix international de la tolérance pour sa promotion de cette valeur par le biais des arts, plus particulièrement à l’occasion de concerts présentés au Moyen-Orient, en Europe de l’Est et à Rome lors du Great Jubilee Concert for a Debt-Free World, événement visant à éliminer la dette mondiale.

Alanis Morissette apporte également son soutien à des organismes comme Groundwork et Bridge School. En 2003, elle reçoit le prestigieux prix Patrick Lippert de Rock the Vote, décerné aux artistes connus qui défendent des causes sociales. Elle participe à de nombreux concerts-bénéfices, dont l’hommage à John Lennon en faveur d’un meilleur contrôle des armes à feu (New York), et Music Without Borders, venant en aide à l’Appel global des Nations Unies à l’intention des donateurs. Lors de la cérémonie des prix Juno de 2003, Alanis Morissette sensibilise le public à Band Aid, une initiative de la CARAS (Académie canadienne des arts et des sciences de l’enregistrement) visant à appuyer les programmes scolaires de musique. Elle fait également don d’instruments de musique à une école de la région d’Ottawa.

En 2004, Alanis Morissette anime à Ottawa un rassemblement télévisé pour le dalaï-lama du Tibet. Elle prête sa voix au documentaire The Great Warming (2006), portant sur le réchauffement climatique, aux côtés de l’acteur Keanu Reeves, puis, en 2009, elle court son premier marathon au profit de la National Eating Disorders Association (association américaine pour les troubles alimentaires).

Une version de cet article est parue originalement dans l’Encyclopédie de la musique au Canada.

Distinctions

Prix Juno

Interprète féminine la plus prometteuse de l’année (1992)

Auteure-compositrice de l’année (1996)

Enregistrement simple de l’année (You Oughta Know) (1996)

Interprète féminine de l’année (1996)

Meilleur album rock (Jagged Little Pill) (1996)

Album de l’année (Jagged Little Pill) (1996)

Auteure-compositrice de l’année (avec Glen Ballard) (1997)

Enregistrement simple de l’année (Ironic) (1997)

Prix de reconnaissance internationale (1997)

Meilleur vidéoclip (So Pure) (2000)

Meilleur album (Supposed Former Infatuation Junkie) (2000)

Productrice de l’année (Hands Clean, So Unsexy) (2003)

Album pop de l’année (Flavors of Entanglement) (2009)

Intronisation au Panthéon de la musique canadienne (2015)

Prix Grammy

Meilleur album rock (Jagged Little Pill) (1995)

Meilleure chanson rock (You Oughta Know) (1995)

Meilleure interprétation rock féminine (You Oughta Know) (1995)

Album de l’année (Jagged Little Pill) (1995)

Meilleur long métrage musical (Jagged Little Pill – Live) (1995)

Meilleure chanson rock (Uninvited) (1998)

Meilleure interprétation rock féminine (Uninvited) (1998)

MTV Music Video Awards

Meilleur montage vidéo (Ironic) (1996)

Meilleur vidéoclip, interprète féminine (Ironic) (1996)

Meilleur nouvel artiste dans un vidéoclip (Ironic) (1996)

Meilleure interprète féminine, MTV Europe Music Awards (1996)

Autres

Interprète pop-rock féminine la plus populaire, American Music Awards (1996)

Album pop-rock le plus populaire (Jagged Little Pill), American Music Awards (1996)

Prix international de la tolérance, Amis des Nations Unies (2001)

Prix Patrick Lippert, Rock the Vote (2003)

Intronisation, Allée des célébrités canadiennes (2005)

Intronisation, Panthéon de la musique canadienne (2008)

Prix d’excellence pour l’ensemble des réalisations, Canadian Radio Music Awards (2008)

Prix George and Ira Gershwin pour l’ensemble des réalisations musicales, UCLA Student Alumni Association (2014)