Metropolitan Opera

Metropolitan Opera. Compagnie new-yorkaise illustre et respectée, fondée en 1883, dont l'influence sur le développement de l'art lyrique au Canada demeure considérable grâce à ses tournées, à ses transmissions radiophoniques et à ses initiatives pour encourager les jeunes talents.

À la suite d'un premier concert à Toronto, le 26 janvier 1892 au Horticultural Pavilion, présentant des extraits de Semiramide de Rossini avec Adelina Patti entourée de solistes et de l'orchestre du Metropolitan Opera (une vingtaine d'instrumentistes) sous la direction de Luigi Arditi, et de quatre concerts à Montréal de l'orchestre du Metropolitan dirigé par Anton Seidl en 1896 à la salle Windsor, la compagnie du Metropolitan proprement dite effectue sa première visite au Canada en 1899 avec La Traviata, Carmen, Faust, Roméo et Juliette et Le Barbier de Séville, à la Grand Opera House de Toronto et au théâtre Her Majesty's de Montréal. La distribution comprend Marcella Sembrich, Giuseppe Campanari, Emma Calvé, Pol Plançon et Édouard de Reszke. Le « Met » revient à Toronto et à Montréal en 1901 avec Lohengrin, Roméo et Juliette, Faust, Manon, Carmen et Tannhäuser. Ces opéras ont notamment comme têtes d'affiche Sybil Sanderson, Emma Eames et Marcel Journet.

Quatre opéras sont présentés à Montréal en 1911 : Aïda avec Emmy Destinn, Louise Homer et Antonio Scotti, sous la direction d'Arturo Toscanini; Madama Butterfly avec Geraldine Farrar; Tannhäuser avec Olive Fremstad, Alma Gluck et Leo Slezak; et Faust avec Jeanne Maubourg dans le rôle de Siebel.

Les années 1940
En septembre 1941, la compagnie France-Film, de Montréal, principal distributeur de films français au Canada et propriétaire du théâtre Saint-Denis, s'associe aux Festivals de Montréal pour présenter à ce théâtre « le Metropolitan Opera au Saint-Denis », sept représentations faisant appel à des chanteurs de la compagnie et à plusieurs Canadiens dans des rôles de soutien, à un chœur de 40 chanteurs et à 16 danseurs, tous de la maison de New York; les chefs d'orchestre sont Wilfrid Pelletier et Jean Morel, le metteur en scène, Désiré Defrère, et le chef des chœurs, Fausto Cleva. Le personnel technique et les décors du Met sont utilisés, mais l'orchestre est celui des Festivals de Montréal. Les principaux chanteurs du Met qui participent à cette série sont Bampton, Martinelli, Warren, ainsi que Jennie Tourel qui chante pour la première fois à Montréal (rôles-titres dans Mignon etC armen). Les Canadiens sont Rose Comète-Morin, Paul-Émile Corbeil, Jeanne Desjardins, Dolorès Drolet, Marcelle Monette et David Rochette.

Une deuxième saison en septembre 1942 offre dix opéras, dont Louise de Charpentier et Thaïs de Massenet, mais elle est commanditée uniquement par France-Film, et Pelletier en est le directeur artistique. Les chanteurs du Met comprennent Moore, Steber, Sayão, Jepson, Martini, Peerce, Tibbett, Thomas et Pinza. Des Canadiens font de nouveau partie de la distribution en 1943 dans Boris Godounov : Desjardins (l'Aubergiste), Anna Malenfant (Marina) et Gérard Gélinas (Lovitzky). En 1944, Pelléas et Mélisande est l'un des sept opéras présentés. En 1945, Desjardins chante dans Manon, Faust et Lakm é. Jean-Marie Beaudet est invité à diriger en 1943 et 1944.

En 1945, Lakmé, Manon, Carmen, Faust, La Traviata et La Bohème sont aussi donnés au Massey Hall de Toronto et au théâtre Capitol de Québec sous les auspices de France-Film. Bien que faisant appel aux chanteurs, chœur et ballet du Met, ces séries ne sont pas des présentations officielles du Met. C'est aussi le cas d'une production de Roméo et Juliette de Gounod que Pelletier dirige à Montréal, à Québec, à Ottawa, à Toronto et à Windsor en mai 1943. Jeanette MacDonald (qui ne chantera jamais au Met) et Armand Tokatyan chantent les rôles-titres, et Pinza celui de frère Laurent; d'autres chanteurs du Met complètent la distribution aux côtés de trois Canadiens : Lionel Daunais (Mercutio), Jeanne Desjardins (Gertrude) et Gérard Gélinas (Gregorio). L'orchestre, le chœur et le ballet sont ceux de la maison de New York.

Le Met comme tel ne donne pas d'autres spectacles au Canada avant 1952.

Les années 1950 et 1960
Les représentations que le Met donne au Canada en 1952 ont lieu au Forum de Montréal et au Maple Leaf Gardens de Toronto, où une production de Carmen avec Risë Stevens attire 11 352 personnes, un record pour un opéra présenté à l'intérieur. Des opéras sont présentés au Gardens chaque année jusqu'en 1960 et au Forum (en 1952, 1953, 1955, 1957 et 1958), et six opéras sont à l'affiche à l'O'Keefe Centre de Toronto en 1961. Les spectacles torontois (1952-1961) sont commandités par le Rotary Club.

Des années 1960 à 1980
Par la suite, à cause des coûts prohibitifs, la compagnie cesse de se produire au complet en tournée. Le Met revient toutefois au Canada en 1984 à l'occasion du Festival international de Toronto, où sont alors présentés Peter Grimes (avec Jon Vickers), Francesca da Rimini, Ernani, Die Walküre, The Abduction from the Seraglio, Rinaldo et Tosca. Cependant, une compagnie de tournée, formée de jeunes chanteurs sous la direction artistique de Risë Stevens, la Metropolitan Opera National Company, se produit à Montréal, à Toronto et à Vancouver en 1965-1966 (Cenerentola, Madama Butterfly, Carmen et Susannah de Carlisle Floyd) et en 1966-1967 (La Bohème, La Traviata, Les Noces de Figaro et The Rape of Lucretia). Les Canadiens de la compagnie comprennent Clarice Carson, qui fait ensuite ses débuts avec la compagnie principale en 1967, Huguette Tourangeau, qui débute avec la compagnie principale en 1973, et Peter van Ginkel. Toutefois, l'initiative est abandonnée à cause de coûts toujours croissants.

Diffusion

Les radiodiffusions du Met débutent en 1931; elles sont commanditées à partir de 1940 par Texaco sur un réseau des États-Unis (NBC, ABC, CBS et un réseau radiophonique privé, Texaco-Metropolitan Opera, successivement). Ces diffusions sont entendues au Canada pendant plusieurs années à la CCR, puis à la SRC, offrant régulièrement aux Canadiens (qui n'auraient autrement entendu que très peu d'opéra ces années-là) des retransmissions de représentations de premier ordre. Ces productions continuent d'être diffusées régulièrement à CBC Radio 2 dans les années 2000.

Des diffusions du Met sont entendues à la radio de la SRC, mais aussi à Sirius Satellite Radio. La Metropolitan Opera Radio est diffusée sept jours par semaine, 24 heures sur 24. Elle est lancée le 25 septembre 2006 avec Madama Butterfly de Puccini. Les auditeurs canadiens peuvent écouter cette chaîne ainsi que des représentations hebdomadaires sur le site Web du Met.

Les émissions en direct (émissions en jumelé) sont également un excellent moyen de faire connaître l'opéra en dehors des salles de représentation. Ces diffusions se déroulent dans des salles de cinéma du monde entier, spécialement équipées, notamment dans le cadre d'une série intitulée Live In High Definition. The Magic Flute de Mozart, donnée en décembre 2006, est la première présentation du genre. En 2007, les émissions en jumelé de haute qualité du Met sont en pleine expansion. Au Canada, la chaîne Cinéplex ajoute 40 nouveaux écrans à sa collection, qui en compte maintenant 100. Ces présentations se révèlent extrêmement populaires, et beaucoup de représentations se donnent à guichet fermé.

Auditions

Afin de découvrir et d'encourager de nouveaux talents, le Met (à l'initiative de Wilfrid Pelletier) inaugure en 1935 l'émission de radio « Metropolitan Opera Auditions of the Air » qui se poursuit sous la baguette de Pelletier jusqu'en 1958, sauf pendant les saisons 1945-1946 et 1946-1947. Après 1958, elle est supplantée par les auditions régionales du Metropolitan Opera National Council commencées en 1954. Pierrette Alarie gagne les « Auditions of the Air » en 1945, Denis Harbour celles de 1949 et Louis Quilico celles de 1955. Les auditions régionales, précédées de concours par districts, ont lieu dans 16 régions des États-Unis et plusieurs d'entre elles permettent aux Canadiens d'y participer.

Ernesto Vinci, Irene Jessner et Frederick Newnham font partie du jury durant plusieurs années. Ramona Luengen est également juge pour les Metropolitan Opera National Council Auditions à plusieurs reprises. Ida Halpern participe à l'organisation des auditions du secteur ouest. Au nombre des finalistes canadiens figurent Joan Maxwell (1957), Milla Andrew (1958), Norman Mittelmann (1959), Teresa Stratas (1959), Heather Thomson (1961), Lois McDonall (1964), Huguette Tourangeau (1964), Maria Pellegrini (1965), Judith Forst (1968), Gabrielle Lavigne (1970), Ingrid Suderman (1971), Peter Barcza (1972), Jill Pert (1973), Lynn Blaser (1973), Mary-Lou Fallis (1974), Michèle Boucher (1977), Ben Heppner (1988), Isabel Bayrakdarian (1997), David Dong Qyu Lee (1999), Mariateresa Magisano (2001), Philippe Castagner (2002), Joseph Kaiser et Michèle Losier (2005), Nikki Einfeld (2006), Joyce El-Khoury (2007) et Simone Osbourne (2008).

Chefs d'orchestre et autres artistes canadiens

Le Met accueille d'autres Canadiens que des chanteurs. Wilfrid Pelletier entre au Met en 1917 comme pianiste et répétiteur. Il y dirige son premier opéra, The King's Henchman de Deems Taylor, le 14 avril 1928 et est nommé chef d'orchestre en 1929, poste qu'il occupera jusqu'en 1950. Edward Johnson est premier ténor (1922-1935), puis directeur général (1935-1950). Irene Pavloska est membre du comité des auditions dans les années 1930 et Ernesto Barbini figure parmi le personnel de direction musicale de 1946 à 1952.

Derrick Inouye, originaire de Vancouver, entre au Met comme chef d'orchestre adjoint en 1988, et Jacques Lacombe y fait ses débuts de chef d'orchestre en 2007 dans Werther de Massenet. Michael Levine, natif de Toronto, en conçoit les décors et les costumes à plusieurs occasions, notamment pour deux opéras de la série Metropolitan Opera: Live in HD: Eugene Onegin (2007) et Madama Butterfly (2009). Robert Lepage dirige La damnation de Faust de Berlioz au Met en 2008.

Évènements spéciaux des années 1980

Le 4 avril 1981, un grand événement social a lieu au Met de New York : « Ball in the Opera House », qui rend hommage « à la contribution des Canadiens à la musique classique et à l'opéra ». Le 29 janvier 1984, le Canada rend hommage au Metropolitan à l'occasion de son centenaire en lui faisant cadeau d'une production de Rinaldo de Haendel, chantée par une éclatante distribution sous la direction de Mario Bernardi et réunissant Marilyn Horne, Benita Valente et Samuel Ramey.

Les Canadiens et le Met

Noms des Canadiens qui se sont produits au Met, précédés de l'année de leurs débuts
1891 Emma Albani

1901 Albert Quesnel

1915 Louise Edvina

1916 Kathleen Howard

1917 Florence Easton

1919 Jeanne Gordon

1922 Edmund Burke, Edward Johnson

1928 Wilfrid Pelletier

1929 Edward Ransome

1936 Nicholas Massue, Jeanne Pengelly, Joseph Royer

1940 Raoul Jobin, Jean Dickenson

1941 Mona Paulee

1942 Jacques Gérard

1945 Pierrette Alarie

1946 Mary Henderson

1949 Denis Harbour

1951 George London

1956 Emilia Cundari

1959 Teresa Stratas

1960 Jon Vickers

1961 Gladys Kriese-Caporale, Norman Mittelmann

1962 Morley Meredith

1963 Léopold Simoneau, Richard Verreau

1967 Colette Boky, Clarice Carson, Lilian Sukis

1969 Judith Forst

1972 Louis Quilico

1973 Phil Stark, Huguette Tourangeau

1975 Maureen Forrester

1976 Allan Monk, Cornelis Opthof

1978 Alan Crofoot, Ermanno Mauro

1979 Mariana Paunova

1983 Nicole Lorange

1984 Victor Braun, Joseph Rouleau

1987 Paul Frey, Gino Quilico

1991 Tracy Dahl, Ben Heppner

1993 Michael Schade

1995 Russell Braun

1998 Gerald Finley

1999 John Fanning

2000 John Relyea

2002 Isabel Bayrakdarian

2004 Adrienne Pieczonka

2007 Joseph Kaiser, Michèle Losier, Katherine Whyte

Parmi les artistes nés à l'étranger, mais ayant vécu ou enseigné au Canada et s'étant produits au Met, figurent Jeanne Maubourg(débuts en 1909), Eduardo Ferrari-Fontana (1914), Florence Easton (1917), Irene Jessner (1936), Gina Cigna (1937), Ruby Mercer (1937), Martial Singher (1943), Richard Manning (1944) et Margaret Kalil (1966).

Bibliographie

Bernard K. SANDWELL, The Musical Red Book of Montreal (Montréal 1907)

Metropolitan Opera Annals, compilées par William H. Seltsam (New York 1947, suppl. 1957, suppl. 1968)

Wilfrid PELLETIER, Une symphonie inachevée... (Montréal 1972)

Ruby MERCER, « Long live the Met », Opera Canada, XIII (été 1972)

Stephen E. RUBIN, « Radio opera », Stereo Review (janv. 1973) Ruby MERCER, « The Canadian Opera Company : a 150 year history », Opera Canada, XIV (automne 1973)

« Metropolitan Opera in Toronto », Canadian Opera Company 1950-1977 (Toronto 1977) Quaintance EATON, Opera Caravan: Adventures of the Metropolitan Opera on Tour 1883-1956 (New York 1978)

F.P. FELLER, The Metropolitan Opera on Record (Westport, Conn. 1984)

Joan Parkhill BAILLIE, Look at the Record: An Album of Toronto's Lyric Theatres 1825-1984 (Oakville 1985)

Jane L. POOLE dir., Mozart Metropolitan Opera (New York 1991)

Jaime WEINMAN, « Opera: Coming to a theatre near you », Maclean's (10 septembre 2007) Réal LAROCHELLE, L'Opéra du samedi : Le Metropolitan à la radio du Québec (Québec 2008)

« Music for the masses; opera companies », The Economist (5 juillet 2008)