L’Assomption résulte de la fusion de la paroisse de Saint-Pierre-du-Portage-de-l’Assomption (constituée en 1855) avec la ville de L’Assomption (constituée en 1888) en 1992. L’Assomption est située à environ 50 km au nord-est de Montréal, dans un méandre de la rivière L’Assomption, juste au-dessous du confluent de la rivière de l’Achigan.

L’Assomption tire son nom de la Seigneurie de l’Assomption accordée à Pierre Legardeur de Repentigny en 1647, et de la rivière elle-même, laquelle porte ce nom depuis le début du 17e siècle. À l’origine, le site de L’Assomption était appelé « Le portage », parce qu’il enjambait un chemin de portage utilisé comme raccourci traversant la presqu’île délimitée par le méandre de la rivière.

Avant que Joliette soit constituée en 1863, L’Assomption était la ville principale sur la route reliant Trois-Rivières à Montréal. Sa réputation était étroitement liée au Collège de l’Assomption, fondé en 1832. Le principal instigateur de ce projet d’éducation est Jean-Baptiste Meilleur, le premier surintendant de l’éducation pour le Bas-Canada (1842-1855). Le septième premier ministre du Canada, sir Wilfrid Laurier, est l’un des plus célèbres élèves du collège.

L’Oasis du Vieux Palais de Justice, la plus ancienne cour de circuit du Québec, est son plus important bâtiment historique.