Lady Sara Kirke

Lady Sara Kirke (née Andrews), entrepreneure, épouse de Sir David Kirke (v. 1611, Middlesex, Angleterre - 1683, Ferryland, Terre-Neuve). Lady Sara Kirke est sans doute la femme entrepreneure qui a le plus de succès au Canada au 17e siècle et son histoire témoigne de l'importance de l'entrepreneuriat féminin dans les premiers jours de l'économie canadienne.

Lady Sara Kirke arrive au Nouveau Monde avec son mari, Sir David KIRKE, qui est nommé premier gouverneur de Terre-Neuve en 1637. Il exproprie FERRYLAND, qui devient connu sous le nom de Pool Plantation, de George CALVERT, Lord Baltimore, en vertu d'un brevet pour les plantations de Terre-Neuve accordé par Charles Ier en 1638. Même si Sir Kirke fait un succès de la plantation, il se fait également de nombreux ennemis parmi les marchands de pêche et sur la scène politique. En 1651, il est accusé de retenir l'impôt et rappelé en Angleterre où il est emprisonné pour s'être emparé de Ferryland. Il meurt en prison en 1654.

Lady Kirke gère la plantation pendant les absences de son mari et en hérite après son décès. À cette époque, il n'est pas rare pour les femmes d'être cogestionnaire des entreprises familiales, et ce n'est pas la première fois qu'une femme hérite et gère une grande entreprise. En vertu de la common law anglaise, les droits de propriété des femmes entrent dans deux catégories. La femme mariée est complètement dépendante de son mari; ses droits légaux lui sont dévolus. La veuve, en vertu de l'ensemble des droits d'un conjoint sur l'autre conjoint (ou « dower rights »), a un intérêt garanti sur un tiers des biens de son mari, que les créanciers ne peuvent réclamer

Bien qu'il y ait peu de documentation décrivant les activités de Lady Kirke, ce qui existe montre qu'elle est une bonne dirigeante d'entreprise. À sa mort, son mari lui laisse 60 000 £ de dette, une somme importante à l'époque. Même si rien ne confirme le paiement de cette dette, le fait même de son existence suggère que la situation financière de Lady Kirke au moment d'assurer le plein contrôle de la plantation est peu enviable. Toutefois, elle continue d'exploiter la plantation, et l'agrandit.

Les données du recensement des années 1660 et 1670 indiquent que Lady Kirke possède plus de chafauds, de bateaux et de cuves d'huile de foie de morue et emploie plus de pêcheurs et de transformateurs que la majorité des autres planteurs de la côte anglaise, y compris ses fils. En 1675, seulement 5 p. cent des planteurs possèdent cinq bateaux. À Ferryland, la famille élargie des Kirke possède 17 bateaux et un total de 81 hommes d'équipage. Lady Kirke exploite cinq bateaux et 25 hommes d'équipage. Ses fils George, David et Phillip figurent aussi sur le recensement, mais seul Phillip possède autant de bateaux.

La preuve du succès de Lady Kirke en tant qu'entrepreneure ne repose pas uniquement sur le nombre de bateaux qu'elle possède. Elle gère la plantation pendant une période politiquement instable. Quand Charles II prend le trône en 1660, au moment de la restauration de la monarchie, on se demande qui est propriétaire de Ferryland. Lady Kirke en réclame le droit de propriété auprès du roi, mais les conseillers juridiques du Charles sont en faveur de la requête présentée par Cecil Calvert, le deuxième Lord de Baltimore, qui, au bout de compte, en obtient les droits administratifs. Même si Calvert n'exerce pas ses droits administratifs et ne reprend pas possession de la plantation, Lady Kirke gère son entreprise sous la menace de perdre la propriété, soit pour des raisons administratives soit à cause d'attaques conduites par les ennemis de la monarchie anglaise. En fait, Pool Plantation est pillée et brûlée par les Hollandais en 1673, après quoi Lady Kirke reconstruit son entreprise, qui devient l'une des plus grandes entreprises d'Avalon de l'époque.

Voir aussiSITE ARCHÉOLOGIQUE DE FERRYLAND.