Kim Cattrall

Kim Virginia Cattrall, actrice (Liverpool, Angl., 21 août 1956). Enfant, Kim Cattrall s'installe avec ses parents au Canada et passe sa petite enfance à Little River (C.-B.), une petite communauté de l'île de Vancouver. À l'âge de 11 ans, elle retourne en Angleterre avec sa famille et y suit des cours à la London Academy of Music and Dramatic Art. De retour à Vancouver pour fréquenter l'école secondaire, elle remporte une bourse d'études à l'American Academy of Dramatic Arts de New York. Pendant sa dernière année à l'académie, on lui attribue un petit rôle dans Rosebud (1975) d'Otto Preminger avec Peter O'Toole et Richard Attenborough. Le film sur le terrorisme est un fiasco sur le plan des recettes au guichet, mais Preminger, alors un réalisateur légendaire vieillissant, l'aime tellement qu'il lui signe un contrat personnel de cinq ans. Après Rosebud, Cattrall retourne au théâtre, d'abord à Vancouver, puis à Toronto dans des pièces de répertoire.

Après le rachat du contrat de Preminger par Universal Studios un an plus tard, Cattrall se produit dans de nombreuses émissions de télévision, dont Charlie's Angels (v.f. Drôles de dames) et Starsky and Hutch (v.f. Starsky et Hutch), ainsi que dans la dramatique de la télévision anglophone de SRC Crossbar (1979) avec Brent CARVER. Cela conduit à un trio de films canadiens bénéficiant d'abris fiscaux dans le début des années 1980 : Tribute (1980; v.f. Un fils pour l'été), mettant en vedette Jack Lemmon (en nomination pour un Oscar), Porky's (1981; v.f. Chez Porky) - peu de garçons adolescents oublieront son enthousiasme dans le rôle de Miss Honeywell, la professeure de gymnastique - et Ticket to Heaven (1981) dans lequel elle interprète une femme manipulatrice qui est membre d'une secte. Pour ce rôle, elle est en nomination pour un PRIX GÉNIE dans la catégorie Meilleure actrice. Puis, son image de comédienne sexy lui vaut des rôles légers, comme Emmy dans Mannequin (1987), dans lequel l'objet du désir d'un jeune homme devient réel. Elle revient au Canada pour deux dramatiques canadiennes à faible budget, Palais Royale (1988) et Brown Bread Sandwiches (1989). Elle retourne ensuite à Hollywood pour The Return of the Musketeers (1989; v.f. Le retour des mousquetaires) - un échec -, la suite de The Four Musketeers de Richard Lester, dans le rôle de l'intrigante Justine de Winter, puis elle incarne la femme coincée de Tom Hanks dans The Bonfire of the Vanities (1990; v.f. Le bûcher des vanités) - qui est une grande déception. Elle est connue également pour avoir interprété le Lieutenant Valeris dans Star Trek VI: The Undiscovered Country (1991; v.f. Star Trek VI : Terre inconnue).

Cattrall attire l'attention dans la minisérie à gros budget Wild Palms (1993) qui la conduit par la suite au rôle qui l'immortalise, l'éternelle flirteuse et nymphomane Samantha Jones dans la série télévisée extrêmement populaire de HBO Sex and the City (1998-2005; v.f. Sexe à New York). L'émission lui vaut cinq nominations aux Emmy Awards, deux Screen Actor Guild Awards et le Golden Globe Award 2003 pour la meilleure performance donnée par une actrice dans un rôle de soutien dans une série. Cattrall incarne par la suite des rôles dans les longs métrages suivants : Ice Princess (2005; v.f. Une princesse sur la glace), Him and Us (2006), The Tiger's Tail (2006), My Boy Jack (2007) et la superproduction Sex and the City (2008; v.f. Sexe à New York) dans lequel elle rejoue le rôle de Samantha Jones. Elle décroche un rôle récurrent dans la télésérie Producing Parker, elle fait une voix dans deux épisodes de l'émission The Simpsons (v.f. Les Simpsons) et joue dans le film Meet Monica Velour. Puis, elle joue le rôle de soutien d'Amelia Bly, l'assistante loyale d'un ancien premier ministre britannique incarné par Pierce Brosnan, dans le film de Roman Polanski The Ghost Writer (2010; v.f. L'écrivain fantôme)

Kim Cattrall livre également des performances solides sur la scène dans A View from the Bridge de Miller et Three Sisters de Tchekhov. En 2005, elle joue le rôle de Claire, une femme paralysée qui souhaite mourir, dans la reprise du West End de Whose Life Is It Anyway? Sa performance est très bien reçue par les critiques londoniens connus pour être sévères. Son interprétation d'une mère et femme au foyer des années 1950 dans la pièce de David Mamet The Cryptogram, mise en scène à Londres en 2006, lui vaut également les éloges de la critique.

Cette femme naturellement belle et extravertie est aussi une auteure à succès - elle a publié Satisfaction: The Art of the Female Orgasm (trad. Satisfaction : l'art de l'orgasme au féminin), écrit en collaboration avec son ex-mari Mark Levinson - et une femme d'affaires avisée qui sait très bien veiller à ses propres intérêts. Elle dirige sa propre compagnie de production située à Toronto, Fertile Ground, qui est responsable du documentaire Sexual Intelligence (2005; v.f. Intelligence sexuelle) vendu avec un livre d'accompagnement. Cattrall est finaliste pour un prix Génie dans la catégorie « Meilleure animatrice ou intervieweuse de série d'intérêt humain ». Elle coécrit avec Amy Briamonte le livre à l'intention des jeunes filles Being a Girl: Navigating the Ups and Downs of Teen Life (2006).

En 2005, la filiale torontoise de Women in Film and Television lui décerne le Crystal Award pour l'ensemble de son œuvre. En 2008, Cattrall reçoit le NBC Universal Award of Distinction pour ses réalisations remarquables dans l'industrie télévisuelle et cinématographique. Kim Cattrall est intronisée dans l'Allée des célébrités canadiennes en 2009.