Kamloops, ville de la C.-B.; pop. 80 376 (recens. 2006), 77 281 (recens. 2001), fondation en 1893. Elle fusionne avec North Kamloops en 1967 et, en 1973, avec le secteur résidentiel avoisinant pour devenir la nouvelle ville de Kamloops. Elle est située dans le sud de la Colombie-Britannique, à 355 km au nord-est de Vancouver par l'AUTOROUTE COQUIHALLA près de l'embouchure du lac Kamloops, au confluent des rivières THOMPSON Nord et Sud. Kamloops joue un rôle de plus en plus important dans le domaine minier. Elle est le centre de l'industrie du bétail de la province et la deuxième ville en importance, après KELOWNA, à l'intérieur des terres de la Colombie-Britannique. Elle est administrée par un maire et huit conseillers.

Historique

Les premiers habitants de la région font partie de la tribu Secwepemc (autrefois Shuswap) de la nation SALISH. Ils nomment la région Tk'emlups, ce qui signifierait « rencontre des eaux ». David Stuart, de la PACIFIC FUR COMPANY, y passe l'hiver de 1811 et est impressionné par le potentiel qu'offre la traite des fourrures. En septembre 1812, il y construit le premier poste de traite, Fort She-whaps, premier établissement non autochtone du Sud de la Colombie-Britannique. En novembre, la COMPAGNIE DU NORD-OUEST (CNO) érige sur l'autre rive le fort Thompson. Après sa fusion avec la CNO en 1821, la COMPAGNIE DE LA BAIE D'HUDSON s'approprie le fort Kamloops.

Dans les années 1850, des chercheurs d'or arrivent. Kamloops devient alors le centre de ravitaillement de la région et c'est alors que commencent l'élevage de bétail et l'agriculture. L'achèvement du chemin de fer du CANADIEN PACIFIQUE (CP) en 1885 favorise l'essor de la ville et, en 1893, elle compte déjà 1000 habitants. Depuis la fin des années 1950, elle connaît une croissance rapide en tant que métropole régionale.

Situation actuelle

Kamloops est desservie par le CP et le CANADIEN NATIONAL ainsi que par plusieurs lignes aériennes et est située à la jonction de trois routes principales. Elle est donc tout naturellement le centre du commerce et de distribution du sud de la Colombie-Britannique intérieure. Elle est aussi le centre financier, touristique, culturel et administratif pour le district régional de Thompson-Nicola. À l'origine, l'agriculture était le pilier de l'économie, mais, à partir des années 1960, les industries forestière et minière lui ont ravi la première place. Une importante usine de pâte à papier est toujours l'une des principales industries et Kamloops est aussi maintenant le siège social de plusieurs entreprises et un centre de services liés à l'industrie forestière. Dans les années 1980, elle se voit attribuer le titre de « capitale du ginseng du Canada ». Le GINSENG est, depuis peu, le deuxième produit agricole en importance de la région après l'élevage du bétail. L'extraction du cuivre demeure une activité importante de l'économie, bien que Afton Mine ferme ses portes en 1997. Une autre mine de cuivre à ciel ouvert près de Highland Valley est toujours exploitée.

Le tourisme y est florissant, car la région compte plus de 200 lacs qui attirent les amateurs de navigation de plaisance et de pêche. On trouve non loin plusieurs stations de ski, y compris Sun Peaks Resort, centre de villégiature ouvert pendant toute l'année.

Kamloops est desservie par la Royal Inland Hospital, de nombreux organismes des gouvernements fédéral et provincial et la Thompson Rivers University (autrefois University College de Cariboo). Depuis les années 1980, l'économie s'est grandement diversifiée grâce à l'établissement de plusieurs importantes nouvelles entreprises, notamment le siège social de la BC Lottery Corporation, entreprise liée à l'industrie du jeu, et, plus récemment, un centre d'appel important. La ville compte deux journaux (Kamloops Daily News et Kamloops This Week), une station de télévision et plusieurs stations de radio. Elle s'enorgueillit d'un musée, d'une galerie d'art, d'un orchestre symphonique et d'une compagnie théâtrale.ý

La RÉSERVE INDIENNE de Kamloops, établie en 1862, se situe dans la partie nord-est du confluent des rivières. Une partie de la réserve est louée à un parc industriel et un nouveau parc domiciliaire se distingue par l'utilisation de l'énergie géothermique.