Stephen Kakfwi, dirigeant déné, homme politique, premier ministre des Territoires du Nord-Ouest (Fort Good Hope, T.N.-O., 1950). Kakfwi fréquente des pensionnats d'Inuvik, de Yellowknife et de Fort Smith. Il acquiert une notoriété nationale à la suite de sa vigoureuse intervention devant la commission chargée d'enquêter sur les possibilités de construire un pipeline dans la vallée du Mackenzie. Au milieu des années 1970, il soutient avec passion le point de vue voulant que la construction d'un tel pipeline sur les terres ancestrales du peuple déné, avant que n'intervienne un règlement sur les revendications territoriales de ce dernier, détruirait le mode de vie déné et endommagerait le milieu naturel de la région.

De 1983 à 1987, Kakfwi est président de la Nation dénée, représentant les Métis et les Indiens inscrits. Il guide la Nation dénée dans les négociations portant sur ses revendications territoriales globales avec le gouvernement du Canada. En 1987, il fait campagne pour que le pape Jean-Paul II se rende dans les Territoires du Nord-Ouest et organisera la visite du Saint-Père dans le Nord. Il joue un rôle majeur dans la création de l'Institut culturel déné, qui a pour vocation de préserver la culture dénée et de faire valoir le rôle qu'elle joue dans la vie du peuple déné dans les Territoires du Nord-Ouest. Il contribue également à la fondation de l'organisme connu sous le nom d'Indigenous Survival International qui, face au boycott européen des fourrures, s'occupe de sensibiliser le public à la défense de l'économie des peuples autochtones du Nord, basée sur la récolte d'animaux sauvages. De plus, il préside le Comité de direction sur le développement constitutionnel, composé de dirigeants autochtones et de membres de l'Assemblée. À la suite de la division du territoire et de la création du Nunavut, ce groupe tentera en vain d'établir dans le secteur ouest des Territoires du Nord-Ouest une nouvelle forme de gouvernement, qui aurait à la fois gouverné tous les habitants du territoire et incarné le principe de l'autonomie gouvernementale des autochtones.

Stephen Kakfwi est élu pour la première fois à l'Assemblée législative des Territoires du Nord-Ouest en 1987, où il représente la circonscription de Sahtu. Il se voit confier successivement plusieurs portefeuilles : Ressources, Faune et Développement économique, Éducation, Habitation, Sécurité et Services publics, Droits autochtones, Personnel, Commission des accidents du travail et Justice. À titre de ministre de l'Éducation, il crée des conseils régionaux de l'éducation pour tenir compte de l'immensité des Territoires du Nord-Ouest et du désir des résidents des différentes régions d'exercer un plus grand contrôle sur la vie de leurs communautés. En tant que ministre des Affaires constitutionnelles nationales, il joue un rôle majeur dans la participation des Territoires du Nord-Ouest aux négociations qui débouchent sur l'Accord de Charlottetown. Comme le mode de gouvernement des Territoires du Nord-Ouest repose sur le consensus, un système dans lequel les partis politiques ne jouent aucun rôle, les membres de l'Assemblée élisent l'un d'entre eux pour exercer les fonctions de premier ministre. Kakfwi est élu premier ministre de la 14e Assemblée législative, en janvier 2000.

La plus grande partie des revendications territoriales des Dénés étant maintenant réglée, Kakfwi, dans le cadre de ses fonctions ministérielles, se consacre à encourager fortement le développement de ressources non renouvelables dans les Territoires du Nord-Ouest, tout en travaillant à soutenir l'exploitation des ressources fauniques (récolte d'animaux sauvages) par les Autochtones. Il se fait aussi le champion de l'implantation de l'industrie diamantaire dans les Territoires du Nord-Ouest et, dans le cas du projet de gazoduc, l'ardent défenseur du trajet de la vallée du Mackenzie. Il travaille aussi à renforcer le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest en tentant de lui obtenir des pouvoirs additionnels par la négociation, ainsi qu'une part des revenus que le gouvernement fédéral tire de l'exploitation des ressources minérales des Territoires du Nord-Ouest.

Kakfwi n'a pas contesté l'élection territoriale de 2003 et Joseph Handley lui a succédé à titre de premier ministre. Depuis ce temps, il a participé au nom des communautés Sahtu à des négociations concernant la construction et l'exploitation du gazoduc projeté dans la vallée du Mackenzie et il a travaillé à conscientiser la population face à l'abus dont lui et d'autres ont été victimes dans des pensionnats. En 2005, il a été nommé à la Table ronde nationale sur l'environnement et l'économie, un corps de représentants à grande échelle qui conseille le gouvernement du Canada en matière de stratégies sur l'énergie et le changement climatique à long terme.