Le nom se prononce comme « chaos » en anglais et ses lettres viennent de « knowledge of self » (connaissance de soi). K-os arrive à Whitby, en Ontario, à l'âge de quatre ans. Il retourne à la Trinité une partie de son enfance et surmonte son mal du pays en se plongeant dans la musique, en particulier celle de la radio nord-américaine du Top 40. Il revient à Whitby à l'adolescence, c'est alors que se développe son intérêt pour le hip-hop. Il fréquente brièvement l'Université Carleton et l'Université York avant de se consacrer exclusivement à la musique.

Style

Le son inventif de k-os est qualifié de « hip-hop alternatif » et puise son influence dans le rock, le pop, le soul, le jazz, le reggae, le R&B et la musique électronique. Il compose ses pièces lui-même et produit aussi une grande partie de ses albums. Les chansons de k-os sont entrainantes et mélodieuses, produites principalement en présence d'un groupe plutôt qu'avec des échantillons et des instruments programmés. Ses paroles très personnelles expriment une prédilection pour le commentaire social et sa position sur la condition du hip-hop moderne. On compare k-os à des artistes tels qu'André 3000 et Missy Elliot, qui ont contribué à la révolution du hip-hop traditionnel aux États-Unis.

Début de carrière

K-os entre dans l'industrie musicale canadienne en 1993, quand la vidéo de « Musical Essence », son premier simple indépendant, commence à être diffusée périodiquement par MusiquePlus. En 1995, on lui demande de participer à la tournée pancanadienne Hip Hop Explosion et, l'année suivante, il sort un vidéoclip de son deuxième simple indépendant, « Rise Like The Sun ». Sa popularité lui fait obtenir un contrat avec BMG, annulé à la suite de changements de direction. Malgré sa frustration, k-os continue à écrire et à enregistrer. En 1999, il chante dans l'album Global Warming des Rascalz et compile un enregistrement de chansons acoustiques avec le guitariste Russ Klyne de Namedropper. Il commence à les présenter à des sociétés de disques et, après avoir reçu diverses offres, il signe avec Capitol Records en 2000.

Albums

Le premier album de k-os, Exit (2002, EMI Music Canada DPRO 2176), exprime son mécontentement de la culture hip-hop populaire et tente de dissiper les stéréotypes raciaux reproduits par certains de ses contemporains. Comme il n'a pas le retentissement social espéré, k-os est déçu de l'industrie musicale. En 2003, il est invité pour faire la première partie du spectacle des Roots pendant leur tournée européenne, une expérience qui le stimule et lui rend sa foi dans le hip-hop. À son retour à Toronto, il se remet à écrire, ce qui aboutit à Joyful Rebellion (2004, Virgin Music), que la critique encense et qui comprend les simples à succès « Crabbuckit », « Man I Used To Be » et « B-Boy Stance ». L'orientation d'Atlantis: Hymns For Disco (2006, Virgin Music) est plus pop que celle des albums précédents et l'album contient des prestations de Sam Roberts, Buck 65, Kevin Drew et Sebastien Grainger.

Prix

Le simple à succès « Heaven Only Knows » d'Exit vaut à k-os les prix du meilleur enregistrement de l'année et du compositeur de l'année aux Canadian Urban Music Awards 2002. K-os est nommé meilleur artiste international du hip-hop aux Source Awards 2003 et gagne le prix de l'enregistrement de l'année aux Canadian Urban Music Awards 2004. En 2005, il remporte le prix de l'enregistrement rap de l'année aux Prix Juno pour Joyful Rebellion, celui du simple de l'année (« Crabbuckit ») et celui du vidéoclip de l'année (« B-Boy Stance »). Issue de la collaboration de k-os avec The Chemical Brothers, la chanson « Get Yourself High » est en nomination pour le prix du meilleur enregistrement de danse aux Grammy Awards de 2005. En 2007, k-os est en nomination pour cinq prix Juno, dont le prix Jack Richardson du producteur de l'année. Yes! (2009) est en nomination pour le prix de l'enregistrement rap de l'année aux Juno 2010.

Autres projets

K-os collabore avec l'orchestre de la radio anglaise de la SRC pour la production du documentaire Burning to Shine réalisé par Jennifer Ouano en 2006. Il enregistre une reprise de la chanson de John Lennon « Jealous Guy » pour la campagne Make Some Noise d'Amnistie Internationale en 2006.

Discographie

The Trill: A Journey So Far. 2009. EMI Music Canada

Yes! 2009. Universal Music Canada