Joseph Brant ou Thayendanegea, chef guerrier mohawk, loyaliste, homme d'État (né v. mars 1742 ou 1743 à Cayahoga, près d'Akron, Ohio; décédé le 24 novembre 1807 à Burlington Bay, Haut-Canada); frère de Mary Brant.

Allié des Britanniques

Joseph Brant voit peu de la guerre de Sept Ans, bien qu'il participe avec sir William Johnson à l'expédition contre le fort Niagara en 1759. En 1761, Johnson l'envoie à la Moor's Indian and Charity School, à Lebanon, au Connecticut, où il demeure pendant deux ans. En 1765, il épouse une Oneida (qui meurt en 1771) et il s'installe à Canajoharie, dans la vallée Mohawk.

Durant près de 10 ans, il agit comme interprète pour Johnson et son successeur au British Indian Department, Guy Johnson. Il aide les missionnaires dans l'enseignement du christianisme aux autochtones et il contribue à la traduction de textes religieux en mohawk.

Guerre de l'Indépendance américaine

Lors du déclenchement de la guerre de l'Indépendance américaine, Joseph Brant se rallie immédiatement au roi et, accompagné de Guy Johnson, visite l'Angleterre en 1775-1776.

À son retour, Brant fait toute la campagne avec un groupe d'autochtones loyalistes. On l'admire beaucoup comme soldat et, en 1780, il est nommé capitaine par les Britanniques, mais il se bat comme chef guerrier. De 1783 jusqu'au milieu des années 1790, Brant travaille à la formation d'une confédération unie d'Iroquois et d'autochtones de l'Ouest en vue de bloquer l'expansion américaine vers l'ouest. Des jalousies de clans parmi les nations autochtones, l'opposition des Américains et, finalement, la trahison des Britanniques sapent son rêve.

Vers 1779, Brant épouse Catharine, une Mohawk d'une famille très en vue.

Établissement de la rivière Grand

Après la guerre de l'Indépendance américaine, en mai 1784, Joseph Brant conduit les Loyalistes Mohawks et d'autres autochtones à une large bande de terre donnant sur la rivière Grand, en Ontario, qui leur est octroyée pour compenser leurs pertes pendant la guerre.

Convaincu que les autochtones devraient apprendre l'agriculture des Blancs pour survivre et que la bande de terre est trop petite pour faire la chasse, Brant veut louer ou vendre des terrains aux Blancs, ce qui fournirait aussi des revenus. Survient alors une controverse compliquée avec le gouvernement sur le mode d'occupation du territoire des autochtones. En même temps, la grogne se fait entendre chez certains autochtones de la rivière Grand à propos de l'utilisation de l'argent.

À la fin de sa vie, Brant vit paisiblement, à l'anglaise, dans sa magnifique maison située à Burlington Bay et il traduit des extraits de la Bible en mohawk.