La Compagnie de Jésus est fondée à Paris en 1534 par Saint Ignatius Loyola, soldat espagnol grièvement blessé qui vit une profonde expérience religieuse pendant sa convalescence. Loyola nomma ainsi son ordre religieux en référence à sa carrière militaire. Approuvé en 1537, l'ordre religieux put alors ordonner ses membres. Le nom de Jésuites (qui signifie ceux qui évoquent fréquemment le nom de Jésus) était d'abord utilisé comme reproche contre l'ordre mais, avec le temps, fut accepté par les membres.

La mission des Jésuites

Inspirés par les écrits de leur fondateur (Exercices spirituels), les Jésuites, qui se distinguent par leur obéissance indéfectible au pape, acquièrent rapidement la réputation d'éducateurs de l'Europe : ils n'enseignent pas seulement les fondements de la foi catholique, mais aussi des sujets aussi divers que les classiques latins et la danse.

Les Jésuites se donnent comme mission d'enseigner au peuple ''le chemin du paradis'' et ils se déclarent ''prêts à mourir pour la gloire de Dieu et le salut des âmes''. En Nouvelle-France, ils poursuivent le but de ramener les âmes perdues vers la chrétienté et pour ce faire, sont prêts à affronter nombre de malheurs et même à verser de leur sang.

Arrivée des premiers Jésuites en Nouvelle-France

Les Jésuites arrivent en Nouvelle-France, comme missionnaires, en 1611. Pierre Biard et Ennemond Massé arrivent à Port-Royal le 22 mai, 1611. Chassé d'Acadie par les Anglais, Ennemond Massé faisait partie du premier groupe de Jésuites arrivé au Québec en juin 1625. Avec lui, se trouvaient Charles Lalemant, Jean de Brébeuf et deux frères.

Jean de Brébeuf demeura plusieurs années parmi les Hurons, apprenant leur langue et leur culture. Il accomplit aussi avec un succès relatif, nombre de missions en vue de convertir les peuples des Premières Nations à la chrétienté. Jean de Brébeuf croyait fermement qu'il avait été choisi par Dieu et avait une vision qui montrait sa fin, une mort violente au nom de Dieu. Le 16 mars 1649, les Iroquois, qui voulaient éradiquer la nation huronne, capturent Jean de Brébeuf et Gabriel Lalemant. Ils furent ramenés à Saint-Ignace et là, souffrirent l'un des plus atroces martyr de l'histoire de la chrétienté.

Accomplissements des Jésuites

Les Jésuites étaient des linguistes, des explorateurs et des ethnographes. Ils apprirent les langues aborigènes et les coutumes, rédigèrent des dictionnaires et des grammaires, traduisirent et sauvegardèrent par leurs écrits, la plupart de leur histoire et de leurs traditions. Leurs textes les plus célèbres sont les relations des Jésuites, qui racontent en détail les succès et les échecs des Jésuites dans leurs tentatives de convertir les peuples autochtones (voir Sainte-Marie-des-Hurons).

Le 21 juillet 1773, un bref apostolique, Dominus ac Redemptor, dissout la Compagnie de Jésus partout dans le monde. Cependant, en 1774, l'évêque de Québec, Jean-Olivier Briand refuse d'obtempérer à l'ordre du pape. Par ce fait, les Jésuites du Québec, gardèrent leur nom, leurs habits religieux de même que leurs propriétés. Comme l'Angleterre refusait la permission aux Jésuites et aux Récollets de recruter de nouveaux membres, et ne permettait pas aux prêtres français de venir au Canada, le nombre de membres se réduisit au rythme des décès. Le dernier Jésuite canadien, le père Jean-Joseph Cabot, s'éteignit à Québec en 1800.

En 1814, le pape Pie VII reconstitue l'ordre et les Jésuites sont de nouveau présents au Québec en 1842.

Une grande partie des premières réalisations évangéliques des Jésuites consiste dans l'enseignement ainsi que dans la fondation de paroisses, de maisons d'enseignements et d'écoles secondaires partout au Canada. Le séminaire des Jésuites de Québec (Séminaire de Québec) est fondé en 1663. Cette institution est composée du Grand Séminaire, qui est voué à la formation des hommes pour la prêtrise ou les ministères évangéliques, et du Petit Séminaire (1668), créé à l'origine pour former les étudiants de la Nouvelle-France qui prévoient poursuivre leurs études au séminaire. Le Collège des Jésuites devient par la suite l'Université Laval. En 1848, le Collège Loyola du Collège Sainte-Marie, à Montréal, est fondé en tant que programme d'enseignement de l'anglais de la Société des Jésuites. Le Collège Loyola devient une institution autonome en 1896.

De nos jours, la Société des Jésuites est l'ordre religieux le plus important de l'Église catholique romaine. En 2011, on compte 20 000 Jésuites de par le monde, dont environ 500 au Canada, répartis équitablement en deux régions juridiques. Les Jésuites du Canada appuient le travail évangélique des missions œuvrant partout dans le monde.

En 2009, le centre des archives jésuites du Canada ouvre ses portes à Montréal. Ses archives consignent l'histoire des Jésuites au Canada depuis 1611. La devise des Jésuites est Ad Majorem Dei Gloriam , "Pour la plus grande gloire de Dieu".