Henry Hunt, artiste kwakwaka’wakw (kwakiutl) (né le 16 octobre 1923 à Fort Rupert, en Colombie-Britannique; décédé le 13 mars 1985 à Victoria, en Colombie-Britannique). Pendant près de 20 ans, Henry Hunt a travaillé comme sculpteur au parc Thunderbird, du Royal British Columbia Museum (voir Art autochtone de la côte nord-ouest). Il était le petit-fils de l’ethnographe kwakwaka’wakw George Hunt, et père des sculpteurs Tony Hunt, Richard Hunt et Stanley Hunt.

Apprentissage et travail au musée

En début de carrière, Henry Hunt est d’abord pêcheur et bûcheron. Il déménage ensuite à Victoria, en Colombie-Britannique, pour aider son beau-père, Mungo Martin, éminent artiste kwakwaka’wakw, à titre de sculpteur au parc Thunderbird. Mungo Martin et Arthur O’Shaughnessy, autre sculpteur kwakwaka’wakw de renom, enseignent à Henry Hunt l’art de la sculpture. En association avec le British Columbia Provincial Museum (aujourd’hui le Royal British Columbia Museum), Henry Hunt participe à la restauration et à la conservation d’œuvres autochtones au parc Thunderbird pendant près de 20 ans. Après la mort de Mungo Martin, en 1962, il devient le maître-sculpteur du parc Thunderbird.

Alors qu’il travaille pour le musée, Henry Hunt forme ses fils, Tony Hunt, Stanley Hunt et Richard Hunt, qui deviendront tous des sculpteurs réputés. Tony Hunt est l’aide-sculpteur en chef de son père au moment où ce dernier travaille au parc Thunderbird. Lorsque Henry Hunt quitte le programme de sculpture, en 1974, son fils Richard Hunt devient le maître-sculpteur du parc Thunderbird.

Œuvres d’art

En plus de travailler au parc Thunderbird, Henry Hunt crée des œuvres d’art exposées à travers la Colombie-Britannique et le Canada, notamment un totem d’une hauteur de plus de 38,9 mètres surplombant le parc Beacon Hill (à Victoria, en Colombie-Britannique), qu’il sculpte avec Mungo Martin, un totem impressionnant au Totem Marina, du lac Shuswap, en Colombie-Britannique, et un totem exceptionnel pour le pavillon des Indiens du Canada, à l’Expo 67, à Montréal, au Québec.

Henry Hunt et ses fils sculptent aussi de nombreux totems plus petits, d’environ 45 centimètres de haut, qui sont offerts aux chefs de gouvernement et aux dignitaires en visite, notamment Lester B. Pearson, Lyndon Johnson et la reine Elizabeth II.

Toutefois, l’œuvre principale de la famille Hunt est probablement le totem à la mémoire de Mungo Martin, installé à ‘Yalis (Alert Bay), en Colombie-Britannique. Érigé en 1970, le totem mesurant 9,75 mètres rend hommage au défunt mentor et beau-père de Henry Hunt.

Héritage

Henry Hunt et la famille d’artistes qui l’entourent ont aidé à conserver et à promouvoir l’art traditionnel, l’histoire et les techniques artistiques de la culture kwakwaka’wakw.

Les œuvres de Henry Hunt font partie de collections internationales, tant privées que muséales.