Huguette Oligny

Huguette Oligny (Montréal, 31 janvier 1922). Née d’un père soldat du 22e Régiment et d’une mère française journaliste, Huguette Oligny se dirige tout naturellement vers le théâtre au très jeune âge de 17 ans, après avoir accompagné sa mère, alors journaliste chez La Presse, dans de nombreuses sorties culturelles.  Elle se joindra aux COMPAGNONS DU SAINT-LAURENT, du Père Émile Legault. Remarquée par sa gracieuse élocution, elle part à Hollywood en 1944 pour faire la post-synchronisation de films américains.  Après un séjour de six ans, elle rentre au bercail et est accueillie avec ferveur par la troupe du Théâtre du Nouveau-Monde. Sa carrière prend alors son élan et l’amènera sur toutes les scènes.

Au théâtre

On la retrouve au coeur des représentations de théâtre classique où elle personnifiera avec brio toute la gamme des personnages féminins. On pense à Célimène (Le Misanthrope de Molière), Elmire (Tartuffe de Molière), Dona Honoria (Le soulier de satin de Claudel), Marguerite (La dame aux camélias de Alexandre Dumas fils), Maria (Oncle Vanya de Tchekhov). Elle se consacre aussi au théâtre québécois dans des pièces dites maintenant  classiques du patrimoine culturel québécois. Elle est ainsi au coeur de la distribution de la pièce Le temps des lilas, de Marcel Dubé, de Tit-Coq, et de Hier les enfants dansaient, de Gratien Gélinas, pièce avec laquelle elle ira en tournée à travers tout le Canada, la jouant sous sa version anglaise. Durant cette tournée d’ailleurs, naîtra un amour profond entre elle et Gratien Gélinas, qui les conduira au mariage en 1973, jusqu’au décès de ce dernier en 1999. En 1986, ce couple chéri du public montera sur la scène dans la pièce La passion de Narcisse Mondoux, dont ils donneront plus de 600 représentations. Huguette Oligny sera aussi de la distribution de Albertine en cinq temps, de Michel Tremblay, personnifiant avec tout le talent qui lui est propre le personnage de Albertine. Son statut bilingue l’amènera d’ailleurs à parcourir les scènes partout au Canada, aux États-Unis et dans plusieurs villes européennes. En l’an 2000, grande dame de théâtre oblige, elle partira en tournée avec son personnage solo de la pièce La dame de cent ans, de Françoise Loranger.

À l'écran

La carrière télévisuelle et cinématographique de Huguette Oligny est aussi remarquable. Ayant joué dans une dizaine de films, dont certains rôles inoubliables comme la mère dans Kamouraska du magnifique Claude JUTRA, Huguette Oligny a aussi marqué son passage dans plusieurs téléromans, on pense entre autres à « Rue des Pignons », « Métro Boulot-Dodo », « Monsieur le ministre » et « Le clan Beaulieu ».  Elle a aussi joué dans nombre de télé-théâtres dont « Marc-Aurèle Fortin»  et « Adieu Françoise ». 

En plus de sa carrière, Huguette Oligny a siégé au Conseil de L’Union des artistes (1962-1964) et s’est mérité à sept reprises le trophée annuel de la meilleure comédienne de langue française au Canada. Elle a été nommée officier de l’Ordre du Canada (1984) et promue au titre de compagnon en 1997.  De plus, elle a été nommée officier de l’ Ordre national du Québec en 1999.