Les guerres iroquoises, ou guerres franco-iroquoises, sont une série de conflits qui opposent, au XVIIe siècle, la Confédération haudenosaunee (aussi appelée Iroquois ou Cinq-Nations et dont font partie les Mohawks, les Oneidas, les Onondagas, les Cayugas et les Sénécas), d’autres groupes iroquoiens et les forces coloniales françaises. Les Haudenosaunee élargissent grandement leur territoire avant de conclure la paix avec les administrateurs coloniaux. Ces guerres témoignent de la lutte intense pour le contrôle des ressources au début de l’ère coloniale et ont pour résultat la dispersion et la destruction permanentes de plusieurs premières nations des forêts de l’Est.

Origines

Une situation d’interdépendance caractérise l’économie haudenosaunee et le commerce européen, et le besoin de fourrures de ce dernier crée énormément de pression sur les régions au sud du Bouclier canadien où les castors se retrouvent en grand nombre. Encouragés et armés par les colons hollandais de la rivière Hudson (aujourd’hui l’État de New York), les Haudenosaunee commencent à exercer leur pouvoir militaire. En 1628, ils repoussent les Mohicans vers l’est et, durant les années 1630, les Mohawks commencent à attaquer les Algonquins dans la vallée d’Ottawa. Dès le début des années 1640, les Mohawks et les Oneidas s’en prennent aux colonies de la Nouvelle-France et à leurs alliés algonquins de part et d’autre de la vallée du Saint-Laurent.

Dès 1642, les Français se mettent à bâtir une succession de villages fortifiés le long du fleuve jusqu’à Montréal pour contrer les attaques. Ils tentent aussi de se défendre contre l’armement des Mohawks en faisant de même avec les Hurons et les Algonquins. Les Jésuites, cependant, persuadent les autorités de restreindre la vente d’armes aux convertis, qu’ils jugent plus « fiables ».

Dispersion

Une des conséquences des guerres iroquoises est la dispersion de plusieurs Premières nations. La politique des Sénécas est de déloger les Hurons, qui les laissent libres de piller les peuples chasseurs au nord. Leurs raids contre les villages hurons commencent dès 1642 et atteignent leur apogée en 1649, lorsque plus de 1 000 Mohawks et Sénécas s’attaquent à deux villages importants. Des groupes de Hurons résistent en se réfugiant sur une île voisine, mais sont forcés de se disperser. Certains fuient vers Québec, alors que d’autres vont grossir les rangs des Neutres, qui sont eux-mêmes défaits en 1651. À l’hiver 1649-1650, les Haudenosaunee prennent pour cible les Nipissing et les Pétuns.

Après la destruction des Hurons et l’écrasement des Neutres, les Haudenosaunee s’en prennent aux Mohicans, aux Sokokis et aux Abénakis. Au Québec, ils s’affairent de part et d’autre du territoire, de Tadoussac à l’est, jusqu’au nord du lac Mistassini. En 1653, bloqués par les Susquehannock et les Ériés qui se défendent férocement, les Haudenosaunee décident de faire la paix avec les Français. Après moult attaques, les Ériés sont finalement conquis en 1657. Un retour des hostilités entre 1659 et 1660 sur un large front réveillent la tension dans la Confédération qui cherche à nouveau la paix avec les Français. Un traité impliquant tous les nations n’est toutefois signé qu’en 1667, après que le régiment Carignan-Salières ait brûlé plusieurs villages mohawks et leurs provisions. Dès 1675, les Haudenosaunee assimilent finalement les Susquehannock au sud et partent vers l’ouest, dans la vallée de l’Ohio, où ils combattent les Illinois et les Miamis.

Patrimoine

En l’espace de cinq conflits, les Haudenosaunee réussissent à vaincre les cinq peuples qui entourent leur territoire. Toutefois, ces victoires n’amènent pas la prospérité espérée. En effet, le traité de 1667 permet aux Français d’étendre leur commerce au nord et, grâce à l’explorateur Louis Jolliet, de traverser les Grands Lacs et de se rendre jusqu’à la rivière Mississippi. Dans le cadre d’un plus grand conflit entre les Français et les Anglais, les Haudenosaunee attaquent Lachine en 1689 (voir Massacre de Lachine). Toutefois, aidés des Troupes de la Marine, les défenseurs de Lachine forcent éventuellement les Haudenosaunee à restaurer la paix; dans un traité ratifié en juillet 1701 à Montréal, ils s’engagent à rester neutres dans les guerres entre les Anglais et les Français.