Gordon Tootoosis, C.M., acteur, activiste et chef de bande (né le 25 octobre 1941 à la réserve de Poundmaker, près de Cutknife, en Saskatchewan; décédé le 5 juillet 2011 à Saskatoon, en Saskatchewan). Gordon Tootoosis était un acteur prolifique et un farouche défenseur des droits des Autochtones, combinant souvent ces deux efforts dans les différents rôles qu’il a joués. Ayant surmonté une enfance difficile et l’alcoolisme, il est devenu un modèle exceptionnel pour les autres Cris – non seulement pour les membres de sa propre nation des Cris des Plaines, mais également pour les Cris partout en Amérique du Nord. Il a été Membre de l’Ordre du Canada et cofondateur de la Saskatchewan Native Theatre Company, devenue la Gordon Tootoosis Nīkānīwin Theatre Company en 2015.

Jeunesse et liens familiaux

Gordon Tootoosis est un descendant de Yellow Mud Blanket, frère du légendaire chef cri-des-plaines Pîhtokahanapiwiyin (Poundmaker). Il grandit dans la tradition cri-des-plaines en compagnie de ses 13 frères et sœurs jusqu’à ce qu’il ait à quitter sa famille pour être placé dans l’un des tristement célèbres pensionnats indiens, où on le traite sévèrement et où on lui interdit de parler sa langue. Son père, John Tootoosis, est un militant pour les droits des Autochtones, ce qui cause des problèmes au jeune Tootoosis à l’école. Celui-ci sera notamment expulsé après avoir chanté des chansons de pow-wow avec des camarades de classe. John Tootoosis est le chef fondateur de la Federation of Saskatchewan Indian Nations (FSIN), et, quelques années plus tard, est au nombre des fondateurs de l’Assemblée des Premières Nations. Gordon Tootoosis deviendra plus tard chef de bande et vice-président de la FSIN.

Début de carrière

Après une scolarité des plus traumatisantes, Gordon Tootoosis vit brièvement à Whitehorse, où il travaille comme mentor auprès des jeunes. Il devient ensuite travailleur social spécialisé auprès des enfants et des délinquants juvéniles au ministère de la protection sociale de la Saskatchewan. Son intérêt pour ses propres traditions culturelles l’amène à devenir un danseur autochtone accompli et un as du lasso dans les rodéos. Il se produit en tournée dans tout le Canada, en Europe et en Amérique du Sud avec la Plains InterTribal Dance Troupe au cours des années 1960 et 1970 et il devient un des plus populaires annonceurs de pow-wow en Amérique du Nord.

Carrière d’acteur

Après avoir décroché un rôle récurrent dans l’émission de télévision Stoney Plain, filmée à Edmonton, Gordon Tootoosis fait une percée au grand écran en incarnant le fugitif cri Almighty Voice dans le long métrage canadien Le tonnerre rouge (1974, lancé en version vidéo sous le nom de Dan Candy’s Law). Le film met en vedette Donald Sutherland et le chef Dan George, personnage auquel Gordon Tootoosis voue une grande admiration. Gordon Tootoosis apparaît ensuite dans plusieurs productions au théâtre, à la télévision, au cinéma et à la radio, dont Robe noire, qui remporte un prix Génie, et Légendes d’automne, qui remporte un Oscar, aux côtés de Brad Pitt, sir Anthony Hopkins et une amie proche, l’actrice canadienne Tantoo Cardinal. Le personnage de Gordon Tootoosis, One Stab – également le narrateur du film –, à l’origine cheyenne, devient cri à la demande de l’acteur. C’est là un exemple de la façon dont l’acteur contribue à raffiner la perception qu’a le monde du cinéma des personnages autochtones. Parmi tous les films de sa carrière, c’est Légendes d’automne qui demeurera le préféré de Gordon Tootoosis.

Après Légendes d’automne, Gordon Tootoosis enchaîne avec un autre grand succès hollywoodien, le film Pocahontas (1995), produit par Disney. Il prête alors sa voix au personnage de Kekata, un chaman du peuple powhatan. À sa sortie en salles, Pocahontas connaît un succès fulgurant. Le film récolte deux Oscars et produit des recettes de près de 150 millions de dollars, malgré une certaine controverse quant à l’idéalisation qu’il fait du mythe de Pocahontas. La même année, Gordon Tootoosis incarne le chef Powhatan dans la coproduction canadienne Pocahontas, la légende, un film de fiction.

Parmi les autres apparitions de l’acteur au cinéma, citons Leaving Normal (1992) aux côtés de Meg Tilly, Lone Star (1996) aux côtés de Kris Kristofferson et Matthew McConaughey, Alaska (1996) aux côtés de Charlton Heston et le thriller Les jeux sont faits (2000), avec Ben Affleck et Charlize Theron. Gordon Tootoosis figure dans les films canadiens suivants : Song of Hiawatha (1997), aux côtés de Graham Greene, Litefoot, Russell Means et Irene Bedard; Hank Williams First Nation (2005), adapté sous forme de série télévisée du même nom diffusée sur une courte période, dans laquelle il reprend son rôle d’Adelard Fox; l’audacieuse production à petit budget On the Corner (2003), véritable trésor caché qui vaudra à l’auteur le prix du meilleur acteur de soutien aux American Indian Movie Awards.

Tout au long de sa carrière, Gordon Tootoosis choisit expressément des rôles qui ne contribuent pas à perpétuer les stéréotypes négatifs au sujet des communautés autochtones. En 1992, il attire l’attention sur la culture autochtone à la télévision canadienne avec son apparition dans l’épisode des Minutes du patrimoine intitulé « Le gardien de la paix », l’un des premiers de la série. L’acteur y incarne un aîné qui enseigne à sa petite-fille la légende haudenosaunee (iroquoise) de l’arbre de la paix et les origines de la Confédération Haudenosaunee.

Gordon Tootoosis devient bien connu au Canada pour son rôle récurrent du méchant Albert Golo dans la populaire série de télévision Au nord du 60e de la CBC (1992-1997), pour lequel il est mis en nomination à deux reprises pour un prix Gemini. Le public trouve l’acteur si convaincant dans son rôle que celui-ci doit à l’occasion subir la critique de téléspectateurs qui désapprouvent son « mauvais comportement ». Selon Gordon Tootoosis, cependant, Au nord du 60e représente un jalon important dans la représentation des peuples autochtones à l’écran. En effet, lors d’une entrevue accordée au Star-Phoenix de Saskatoon, il souligne la façon dont la série « réussit à illustrer les luttes quotidiennes et les réalités que vivent les Autochtones, particulièrement du point de vue de l’impact des lois et de la politique sur la vie des gens ».

À la télévision, on le retrouve également dans Cap danger (1988), MacGyver (1988, 1991), Bienvenue en Alaska (1993), Lonesome Dove (1994), X Files: aux frontières du réel (1996), Direction : Sud (1998), Smallville (2002, 2004) et le téléfilm de la CBC Shania : Une vie en huit albums (2005), portant sur la chanteuse Shania Twain. Gordon Tootoosis raconte l’histoire autochtone en jouant le personnage principal de la minisérie Big Bear (1998), diffusée sur les ondes de la CBC, encore une fois avec sa bonne amie Tantoo Cardinal, dans le téléfilm One Dead Indian (2006), portant sur la tragique crise d’Iperwash en Ontario ainsi que dans le téléfilm J’ai enterré mon cœur à Wounded Knee (2007), lequel remporte six prix Emmy, dont celui de la meilleure réalisation pour un téléfilm.

Gordon Tootoosis joue également des rôles récurrents dans les séries télévisées The Campbells (1986), Auf Wiedersehen, Pet (2002), Moccasin Flats (2003-2006) et Wapos Bay (2005-2010), qui lui vaut un prix Gemini; enfin, il fait sa dernière apparition à vie au petit écran dans la série Blackstone (2011) de la chaîne APTN.

Théâtre

Gordon Tootoosis se produit sur les planches en début de carrière, figurant dans plusieurs productions à Saskatoon, Calgary et Toronto. Son passage au Theatre Passe Muraille de Toronto, une institution artistique mettant un accent particulier sur l’inclusion et l’expérimentation, aura une influence importante sur sa carrière d’acteur. Au nombre des prestations les plus remarquables de Gordon Tootoosis au cours de cette période, citons son rôle de chef Crowfoot dans la pièce Far as the Eye Can See (1977) de Rudy Wiebe, présentée au Tarragon Theatre.

En 1999, Gordon Tootoosis, Tantoo Cardinal et d’autres amis mettent sur pied la Saskatchewan Native Theatre Company (SNTC), dans le but d’offrir aux jeunes à risque un endroit où exprimer leur créativité. On rebaptise la SNTC Gordon Tootoosis Nīkānīwin Theatre Company en 2015 afin de souligner l’héritage de l’acteur. Parmi ses derniers rôles, Gordon Tootoosis a joué le personnage principal de Gordon Winter, œuvre du dramaturge saskatchewanais Kenneth T. Williams au Persephone Theatre à Saskatoon en 2010, avant de partir en tournée avec cette pièce au Prairie Scene Festival à Ottawa.

Vie personnelle

Gordon Tootoosis et Irene Seseequaisis, dont il fait la connaissance au pensionnat, se marient en 1965. En dépit de la carrière prolifique de Gordon Tootoosis, le couple demeure sur la réserve de la Première nation crie de Poundmaker, en Saskatchewan, où il élève trois filles et deux fils adoptifs. Après la mort d’une de leurs filles d’un cancer en 1997, Gordon et Irene décident d’élever les quatre enfants de celle-ci. Gordon Tootoosis meurt d’une pneumonie à l’âge de 69 ans.

Prix

Prix d’excellence, prix ACTRA (2003)

Meilleur acteur de soutien (On the Corner), American Indian Movie Awards (2004)

Admission comme Membre de l’Ordre du Canada (2004)

Promenade des célébrités, Dreamspeakers Film Festival (2005)

Meilleure performance individuelle ou de groupe dans une émission ou une série d’animation (Wapos Bay), prix Gemini (2008)

Prix Henry Woolf de la réalisation continue, Saskatoon and Area Theatre Awards (2011)

Intronisation, Playback Canadian Film & TV Hall of Fame, Playback (2015)