Geneviève Salbaing

Geneviève Salbaing, née Nehlil, danseuse, chorégraphe et administratrice (Paris, France, 2 févr.1924). Cofondatrice des BALLETS JAZZ DE MONTREAL, dont elle est la directrice artistique pendant plusieurs années, Salbaing implante au Canada un style de danse qui allie le BALLET classique aux formes plus libres du ballet-jazz afin de produire des spectacles dynamiques et accessibles au public.

Elle naît à Paris, mais est élevée à Casablanca, au Maroc, où elle reçoit sa formation de danseuse classique. Par la suite, elle va étudier à Paris avec de célèbres professeur expatriés russes comme Egorova et Kchessinska. Elle obtient aussi un baccalauréat en philosophie et étudie un an à la Sorbonne avant de s'installer aux États-Unis avec son mari. Salbaing danse au sein du Washington Concert Ballet durant trois ans et déménage à Montréal en 1946, où elle rencontre le danseur canadien-français Fernand NAULT avec lequel elle se produit sur scène.

À la fin des années 40, le ballet en est à ses débuts au Québec, car il est encore mal vu par l'Église catholique. Cependant, l'avènement de la télévision offre de nouvelles possibilités à la danse et à la chorégraphie. C'est à Radio-Canada que Salbaing rencontre une autre immigrée, Ludmilla CHIRIAEFF, qui lui demande de danser pour sa compagnie. Une blessure l'oblige à se réorienter vers le théâtre et, ayant de jeunes enfants à élever, elle travaille comme bénévole dans le domaine des arts du spectacle, bien qu'elle accepte à l'occasion des projets de chorégraphies.

En 1972, elle fonde Les Ballets Jazz avec Eva VON GENCSY et Eddie TOUSSAINT. Quand ces derniers quittent la compagnie pour poursuivre d'autres intérêts, elle en devient l'unique directrice artistique. Sous sa direction, Les Ballets Jazz, bien que souvent aux prises avec des difficultés financières, donnent près de 1 500 spectacles dans 54 pays sur les cinq continents. Salbaing ouvre aussi des écoles affiliées aux Ballets Jazz à Québec, Laval, Saint-Jean et Toronto, et cherche à créer à Montréal un centre professionnel où les personnes intéressées à utiliser la musique jazz pour créer des chorégraphies et pour danser pourraient se réunir.

Dans les années 80, Les Ballets Jazz perdent du terrain face à la danse-théâtre et à la « Nouvelle danse » européenne qui prend de plus en plus de place à Montréal, cependant Salbaing persévère et intègre au répertoire chorégraphique des oeuvres de l'argentin Mauricio Wainrot, de l'américain David Parsons et du célèbre canadien Brian MACDONALD. Elle abandonne la direction artistique des Ballets Jazz en 1992, mais continue à s'intéresser de près aux activités de la compagnie.

En 1987, elle est nommée Membre de l'ORDRE DU CANADA. Durant les célébrations du Jubilé de la Reine Elizabeth, le gouverneur général du Canada a rendu hommage à G. Salbaing pour son dévouement au sein de la Compagnie. Une médaille de la Fédération du Canada, commémorant le 25ième anniversaire des Ballets Jazz de Montréal et en hommage à l'oeuvre de Geneviève Salbaing, qui a dirigé la troupe durant les vingt premières années, lui a été remise en tant qu'Officier de l'ORDRE NATIONAL DU QUÉBEC en 2012, soulignant ainsi son excellent travail au sein de la troupe.