Sir Martin Frobisher, marin, corsaire et explorateur (né aux alentours de 1535 près de Wakefield, en Angleterre; décédé le 22 novembre 1594 à Plymouth, en Angleterre). Martin Frobisher est un marin anglais qui a effectué trois voyages en Amérique du Nord, d’abord à la recherche du passage du Nord-Ouest, puis de richesses minérales. Lors de sa première expédition, il devient le premier Européen à naviguer dans la baie de Frobisher puis retourne en Angleterre avec du minerai qu’il pense susceptible de contenir de l’or. Il revient dans l’Arctique à deux reprises, en 1577 et en 1578. En 1585, il accompagne Sir Francis Drake dans les Antilles. Trois ans plus tard, il est fait chevalier pour avoir contribué à la défaite de l’Invincible Armada. En 1594, il est mortellement blessé lors de l’assaut d’un fort occupé par les Espagnols sur la côte ouest de la France.

Enfance et carrière de corsaire

Après la mort de sa mère en 1549, Martin Frobisher vit chez son oncle, Sir John York, alors maître des Monnaies. En 1553, l’expédition de Wyndham part pour la Guinée sur la côte ouest de l’Afrique, et Martin Frobisher se joint à eux à la demande de son oncle. Martin Frobisher survit à ce voyage qui coûte la vie aux trois quarts de ses compagnons, et prend part à une nouvelle expédition commerciale l’année suivante. De retour en Guinée, il se serait proposé de façon volontaire comme otage afin de faciliter les négociations avec un roi africain. Cependant, l’arrivée de navires portugais force les Anglais à fuir, et Martin Frobisher est fait prisonnier par les Portugais. Après sa libération en 1556 ou 1557, il se taille une réputation de féroce corsaire et est arrêté à au moins trois reprises pour piraterie, mais n’est jamais amené devant les tribunaux.

Le passage du Nord-Ouest

Comme plusieurs de ses contemporains, Martin Frobisher est fasciné par l’idée de découvrir un chemin maritime vers l’Extrême-Orient au nord-ouest. Il fait campagne pour financer son expédition et obtient le soutien financier de Michael Lok de la Muscovy Company. Sa première expédition quitte l’Angleterre en juin 1576 et aperçoit à la fin juillet l’île qu’on appelle aujourd’hui l’île Resolution près du Labrador. Le mauvais temps et d’autres facteurs finissent par forcer Martin Frobisher à se diriger vers l’ouest, mais pas avant qu’il ne pénètre dans la baie (qu’il croyait être un détroit) qui porte désormais son nom (la baie de Frobisher), sur l’île de Baffin. Lui et son équipage y rencontrent les Inuits. Les Autochtones et les explorateurs parviennent à s’entendre, du moins jusqu’à la disparition de cinq membres de l’équipage qui avaient débarqué dans un canot. Croyant que les hommes ont été faits prisonniers, Martin Frobisher capture un Inuit qui s’était rendu sur son bateau en kayak pour y faire du commerce. Les marins disparus ne sont jamais retrouvés. En automne, le capitaine retourne en Angleterre avec son prisonnier (qui meurt peu après) et un morceau de minerai pour Michael Lok. Celui-ci le fait analyser par un expert, qui déclare y trouver de l’or.

Deuxième voyage dans l’Arctique

Encouragés par la promesse de métaux précieux, des donneurs fournissent les fonds nécessaires pour lancer une seconde expédition. Martin Frobisher est nommé amiral de la flotte et s’embarque avec son équipage en fin de printemps 1577 et arrive à l’île de Baffin à la mi-juillet. Les instructions de ses commanditaires sont claires : il doit trouver de l’or, pas le passage du Nord-Ouest. Il tente aussi de retrouver les membres disparus de la dernière expédition, sans succès. De plus, des accrochages surviennent entre les Inuits et les membres de l’expédition, qui tuent ou blessent plusieurs Indigènes lors des affrontements. Martin Frobisher et son équipage retournent en Angleterre avec 200 tonnes de ce qu’ils croient à tort être de l’or, ainsi que trois prisonniers inuits, qui meurent peu après.

Troisième voyage dans l’Arctique

La reine Élizabeth, ayant baptisé les territoires explorés par Martin Frobisher « Meta Incognita », commande une plus grande expédition dans l’espoir de trouver de l’or. Martin Frobisher reçoit le commandement de 15 navires et la mission d’établir une colonie sur l’Île de Baffin. L’expédition quitte l’Angleterre en mai 1578 et arrive au « détroit » de Frobisher en juillet. Un des navires coule pendant le voyage, tandis qu’un autre abandonne l’expédition et retourne en Angleterre. La tentative de colonisation est abandonnée et les 13 navires restants partent pour l’Angleterre à la fin août. Plus tard, on découvre que les 1 350 tonnes de minerais ramenés par Martin Frobisher ne contiennent aucune trace de métal précieux.

Carrière militaire et décès

Sa réputation d’explorateur ruinée, Martin Frobisher doit se trouver une nouvelle profession. En 1578, il prend part à une campagne en Irlande contre des rebelles et arrive aux Antilles en 1585 comme vice-amiral de Sir Francis Drake. En 1588, Martin Frobisher est fait chevalier pour son rôle majeur dans la défense anglaise contre l’Armada espagnole. Il passe le reste de sa vie à harceler les routes maritimes espagnoles. En 1594, il participe à l’assaut d’une forteresse occupée par les Espagnols sur la côte ouest de la France, et est mortellement blessé.