Freda Ahenakew, O.C., universitaire crie, auteure (née le 11 février 1932 dans la réserve de la Première Nation d’Ahtahkakoop, en Saskatchewan; décédée le 8 avril 2011 à la Première Nation de Muskeg Lake, en Saskatchewan). Elle est reconnue comme étant l’une des meneuses canadiennes dans la reconnaissance et la revitalisation de la langue crie au pays.

Enfance et formation

Freda Ahenakew naît dans la réserve de la Première Nation d’Ahtahkakoop, en Saskatchewan, le 11 février 1932. Ses parents sont Edward et Annie (née Bird) Ahenakew. Enfant, Freda (la deuxième de huit enfants) parle le cri. Elle est reconnaissante envers son oncle paternel, le chanoine Edward Ahenakew, un prêtre ordonné de l’Église anglicane, conteur doué, pour avoir encouragé chez elle la fierté de la langue et la culture cries. Elle fréquente la Sandy Lake Day School dans la réserve avant de déménager à Prince Albert, en Saskatchewan. Là, elle fréquente le Prince Albert Collegiate Institute et habite la résidence St. Alban’s. Elle quitte l’école secondaire au cours de sa dernière année pour épouser Harold Greyeyes en 1951.

Après son mariage, Freda Ahenakew déménage chez son époux dans la Première Nation crie de Muskeg Lake. Ils auront 12 enfants : Dolores Carol (née en 1951); Brenda Vivian (née en 1952); Barbara Ruth (née en 1954); Harold Dennis (né en 1955); Judith May (née en 1957); Anita Elaine (née en 1958); Lawrence Edward (née en 1959); Gloria Lynn (née en 1960); Kevin Ray (né en 1962); Spencer Garth (né en 1963); Nancy Cecile (née en 1972); et Josephine Marie (née en 1975). De 1956 à 1959, elle habite, avec son époux et leurs quatre enfants les plus âgés, en Colombie-Britannique, où Harold Greyeyes trouve du travail dans l’industrie du bois. Ils retournent chez eux, à la Nation crie de Muskeg Lake, en 1959, pour exploiter une petite ferme mixte.

Freda Ahenakew élève ses enfants aînés en cri, comme l’avait fait sa propre mère. Cependant, en conséquence des difficultés que ceux-ci rencontrent lorsqu’ils commencent à fréquenter l’école d’expression anglaise, elle ne parle qu’en anglais à ses plus jeunes enfants. Préoccupée par la perte de leur culture, et par le fait qu’elle remarque que ses enfants perdent l’intérêt pour l’éducation, elle retourne à l’école pour leur servir de modèle. À 38 ans, elle rejoint ses enfants dans l’autobus scolaire et dans la salle de classe de l’école secondaire Marcelin, en Saskatchewan, où elle est finissante en 1969.

Après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires, Freda Ahenakew travaille comme l’agente de liaison en éducation auprès de la Fédération des nations indiennes de la Saskatchewan. Elle poursuit ensuite ses études à l’Institute of Teacher’s Education, obtenant son baccalauréat en éducation en 1979. Cette même année, elle reçoit le prix de mère de l’année de la part de la Fédération des nations indiennes de la Saskatchewan. Bien qu’elle fasse de grands pas dans sa formation pendant les années 1970, elle connaît un échec dans sa vie personnelle. En 1979, Freda Ahenakew et Harold Greyeyes divorcent.

Concentrée sur sa carrière, Freda Ahenakew commence à enseigner au Saskatchewan Indian Cultural College, une école dans la Première Nation de Lac La Ronge, en 1979 et y enseigne pendant une année. Elle enseigne aussi à la Saskatoon Survival School (aujourd’hui l’école secondaire Oskayak) à Saskatoon de 1980 à 1981. Elle déménage ensuite à Winnipeg, où elle commence ses études supérieures à l’Université du Manitoba. Elle y étudie sous le Dr H. C. Wolfart, un professeur de linguistique distingué. En 1983, elle obtient sa maîtrise ès arts en linguistique crie. Sa thèse de 1987, Cree Language Structures: A Cree Approach [Structures de la langue crie : une approche crie] présente une formation linguistique sur l’écriture syllabique crie. La thèse constitue sa première publication, qui, depuis, a été rééditée à 17 reprises.

Carrière académique

Pendant les années 1980 et 1990, Freda Ahenakew enseigne dans plusieurs universités canadiennes et bon nombre d’organismes linguistiques en Saskatchewan et au Manitoba. Elle est professeure adjointe dans le département des études autochtones à l’Université de la Saskatchewan de 1983 à 1985. Ensuite, elle devient directrice de la Saskatchewan Indian Languages Institute de 1985 à 1989.

En 1989, Freda Ahenakew retourne à Winnipeg, où elle enseigne en tant que professeure des études autochtones à l’Université du Manitoba jusqu’en 1996. Elle est la première professeure associée intérimaire du programme et, plus tard, chef du département. Au cours des années 1980, elle crée aussi le groupe First Nations Women Writers (Écrivaines des Premières Nations), qui offre une base de soutien en petits groupes pour les écrivaines, les éducatrices et les linguistes autochtones.

En 1996, Freda Ahenakew subit un accident vasculaire cérébral qui limite sa mobilité et sa capacité à parler. Malgré ses problèmes de santé, elle retourne en Saskatchewan, où elle travaille, jusqu’à sa retraite en 1997, en tant que consultante des langues des Premières Nations auprès du grand conseil de Prince Albert.

Alphabétisation des Cris

Au cours de sa carrière universitaire, Freda Ahenakew aide à préserver et à promouvoir la langue crie. Elle crée des programmes d’alphabétisation, enseigne la langue crie aux étudiants, et transcrit, traduit et analyse toute une variété de textes autochtones.

L’une de ses passions est d’enregistrer et de documenter les expériences de vie des femmes cries. Ses livres, Kôhkominawak Otâcimowinawâwa (« La vie de nos grand‑mères, telle que racontée en leurs propres mots ») et Kwayask ê-ki-pê-kiskinowâpahtihicik (« Leur exemple m’a montré le chemin : la vie d’une crie façonnée par deux cultures »), sont très considérés dans la littérature féministe autochtone. Kwayask ê-ki-pê-kiskinowâpahtihicik reçoit un Alberta Book Award pour le titre universitaire de l’année en 1988.

Freda Ahenakew publie aussi une série de livres pour enfants, qui comprend Wisahkecahk Flies to the Moon et How the Mouse Got Brown Teeth. Ces livres présentent la langue crie et des histoires traditionnelles aux élèves du primaire.

Parmi ses autres projets universitaires, Freda Ahenakew traduit et produit un certain nombre de manuels scolaires et de dictionnaires techniques, y compris une collection de termes médicaux cris pour les médecins.

En 2010, un petit groupe de linguistes et d’enseignants inspirés par les œuvres de Freda Ahenakew et de la Dre Jean Okimâsis (auteure et éducatrice crie) créent un organisme à but non lucratif, la Cree Literacy Network (Réseau d’alphabétisation crie), qui poursuit encore aujourd’hui les buts de Freda Ahenakew en matière d’éducation linguistique.

Décès

Freda Ahenakew meurt à l’âge de 79 ans en raison des complications du diabète, à la Première Nation de Muskeg Lake, le 8 avril 2011. Au total, 55 petits-enfants, 75 arrière-petits-enfants et un arrière-arrière-petit-enfant lui survivent.

Prix et honneurs

Au cours de sa vie, Freda Ahenakew reçoit un certain nombre de prix et d’honneurs prestigieux, y compris :

Citoyenne de l’année de la Fédération des nations indiennes de la Saskatchewan (1992)

Doctorat honorifique en droit de l’Université de la Saskatchewan (1997)

Ordre du Canada (1998)

Prix national d'excellence décerné aux Autochtones, dans la catégorie de l’éducation (2001)

Ordre du mérite de la Saskatchewan (2005)

Selon ses enfants, Freda Ahenakew a toujours été heureuse de recevoir des prix, mais sa source de motivation principale résidait dans le fait de partager la vie et la langue de son peuple.

Importance

L’œuvre de la vie de Freda Ahenakew continue à influencer les nouvelles générations d’étudiants autochtones. Comme le dit le chef Joe Quewezance du Conseil tribal de Saskatoon, « En enregistrant, transcrivant et traduisant les récits des Aînés, Freda a jeté les bases pour les générations de lecteurs à venir. » Pendant sa vie, Freda Ahenakew a aidé à préserver les traditions orales du peuple cri et à partager les traditions et les récits cris avec des personnes autant avec les Autochtones qu’avec les non-Autochtones.

Liste éditée des ouvrages

Freda Ahenakew, Cree Language Structures: A Cree Approach (Pemmican Publications, 1987).

Freda Ahenakew et George Littlechild, How the Birch Tree Got Its Stripes: A Cree Story For Children (Fifth House, 1988).

Freda Ahenakew et George Littlechild, How the Mouse Got Brown Teeth: A Cree Story For Children (Fifth House, 1988).

Glecia Bear et Freda Ahenakew, Kôhkominawak Otâcimowinawâwa; Our Grandmothers’ Lives, As Told In Their Own Words (Fifth House, 1992).

Glecia Bear et Freda Ahenakew, Wanisinwak iskwêsisak: awasisasinahikanis; Two Little Girls Lost in the Bush: A Cree Story For Children (Fifth House, 1991).

Freda Ahenakew, Wisahkecahk Flies To The Moon (Pemmican Publications, 1999).