Feuille d'érable. Considérée très tôt comme emblème du Canada français, la feuille d'érable fut officiellement adoptée comme tel par la Société Saint-Jean-Baptiste en 1834. La page frontispice des Original Canadian Quadrilles de Joseph Maffré (Herbert 1847) fut la première œuvre musicale publiée à arborer la feuille d'érable (de même que le castor). The Maple-Leaf, l'annuaire littéraire de John McCaul paru pour la première fois en 1847, et deux œuvres de James P. Clarke - sa mise en musique de « The Emblem of Canada » (sur des paroles tirées de l'annuaire de McCaul; Nordheimer v. 1850) ainsi que Lays of the Maple Leaf (Nordheimer 1853) - indiquent que cet emblème avait également été accepté par le Haut-Canada. Cependant, plus que toute autre musique, « The Maple Leaf For Ever » (1867) d'Alexander Muir popularisa la feuille d'érable comme emblème. D'autres exemples de « feuille d'érable en musique » datant du XIXe siècle sont The Maple Leaf Polka Mazurka de Harold Palmer (Herbert 185?), la polka Feuilles d'érables de Roch Lyonnais et « The Land of the Maple » de H.H. Godfrey (Mason & Risch 1897). « The Flag That Bears the Maple Leaf » de J.D. Kerrison (Suckling 1889) précéda de 76 ans l'adoption officielle du drapeau canadien arborant la feuille d'érable. « A Handful of Maple Leaves » de William Westbrook (H.H. Sparks 1901) fut une autre chanson fort populaire. Beaucoup de chansons subséquentes - notamment « Les Érables » (1909) de R. Goublier et « La Voix des érables » de Gustave Goublier - font mention de la feuille d'érable dans leur texte et celle-ci figure encore plus souvent sur la page frontispice. Le violoneux Ward Allen, devenu célèbre grâce à « Maple Leaf Hoedown », est l'auteur de Maple Leaf Two-Step et du populaire Maple Sugar. Parmi les œuvres pour orchestre figurent la marche Land of the Maple de L.-P. Laurendeau (Fischer 1907), Le Vent dans l'érable effeuillé (1927) de J.-J. Gagnier, Sous les érables (1940) d'Hector Gratton et The Land of the Maple and Beaver de Charles O'Neill. Le célèbre Maple Leaf Rag (1899) du compositeur américain Scott Joplin n'a qu'un lien très lointain avec l'emblème canadien (voir Ragtime).